Follow Your Intuition

L'intuition est la vision anticipée d'une vérité : hypothèse pour le savant, rêverie pour le poète (Lucien Arréat)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour un supplément de liberté, pour un complément de fraternité et pour un mouvement vers l’égalité…
Rien de tel qu’un masque pour manifester dignement son mécontentement. Sans violence et en silence, s’il vous plaît... (Le Journal de Personne)

Partagez | .
 

 Le nouveau moteur de recherche proposé par Le Monde...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 49
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Le nouveau moteur de recherche proposé par Le Monde...   Lun 13 Fév - 12:50

Le nouveau moteur de recherche proposé par Le Monde...

Juge, accusé, et enquêteur à la fois,
Le Monde est dans une position déontologique fort difficile à défendre
avec son nouveau gadget Decodex. Surtout quand ils se permettent de juger les autres...



~ Décodex, notre outil de vérification de la fiabilité des sources, évolue (Samuel Laurent, Le Monde)(Février 2017) ~

Nicolas Clément a écrit:

(...) Pourtant une simple recherche suffit à voir à quel point l’outil lancé par Le Monde est en passe de devenir la risée du web. Mais qu’importe, c’est tout de même eux qui vont distribuer les bons et mauvais points avec influence sur les algorithmes à la clé. (...) Se pose alors la même question que vis-à-vis des élus par rapport à la constitution : Est-ce vraiment à des journalistes professionnels, en plein cœur du réseau médiatique, de faire un tel classement ? Non, certainement pas, ils sont en conflits d’intérêts… (...) Pour celles et ceux qui se diraient que ça n’affectera que les réseaux sociaux, sachez qu’ils ont aussi créé des modules pour Chrome et Firefox. Ainsi quelqu’un qui a installé le module aura les consignes du Décodex partout sur le web… Les Antifas en rêvaient, Le Monde l’a fait. (...)

~ Décodex, un vaccin contre les Gentils Virus ? (entre-autres) (Facebook via ASI)(Février 2017) ~

Le Monde a lancé le Decodex, un site qui indique quelles sont les bonnes publications à lire sur Internet, et quelles sont celles dont il faut se méfier. Dans la pratique, tous les sites subventionnés par le ministère de la Culture employant des journalistes titulaires d’une carte de presse (selon les conditions de remise de laquelle il faudra un jour se pencher: ce sera pas triste !) sont renseignés comme fiables. Tous ceux qui sont indépendants sont suspects de complotisme ou de diverses turpitudes dès lors qu’ils ne délivrent pas la parole officielle. C’est le cas des sites de mes amis Simone Wapler et Olivier Berruyer. L’une se voit (de façon grotesque) reprocher de colporter des thèses complotistes. L’autre se voit reprocher ses positions sur l’Ukraine, au nom du reproche global de propagation de fausses nouvelles. Cette seule classification permet de mesurer l’intelligence et la pertinence de cet outil baroque qui décrédibilise encore un peu plus une vieille dame de la presse papier qui n’en finit pas de sombrer. Sur le fond, il me paraissait indispensable de replacer le sujet moins dans sa dimension politique (après tout, le Monde a bien le droit de violer son principe d’impartialité en disant qui sont ses chouchous et qui sont ses ennemis).


~ La fin de son blog, «  l'opération de calomnie» du Monde,... (Olivier Berruyer, RT)(Février 2017) ~

Olivier Berruyer a écrit:

(...) Sachant pertinemment qu’en agissant ainsi, il vise à détruire ma réputation, à détruire des années de travail ayant permis de publier près de 3 000 billets, voire à détruisant ma vie sociale (parce que de tels propos tamponnés par Le Monde fort de son image peuvent signer une véritable mort sociale). (...) Bruno Zeni semble ignorer que les dépêches d’agence sont soumises à un strict droit d’auteur !! Elles se payent et très cher (genre 3 bras) un abonnement au fil de toutes les dépêches AP !!! Donc si on ne trouve rien, cela signifie que la dépêche n’a été reprise telle quelle par aucun média sur son site internet ouvert, c’est tout. Elle peut être reprise sur un site avec abonnement, sur l’édition papier, ou juste non reprise, point. Cela ne prouve pas sa fausseté ! Une recherche Google avec résultats peut prouver qu’une dépêche est probablement vraie (ce que je n’ai JAMAIS cherché à faire, je ne suis pas toqué, je regarde juste que tous les médias ont la même source AFP…), mais une recherche Google vide ne prouvera jamais rien quant à la véracité de la dépêche… (...) Sérieusement, comment des journalistes professionnels qui ont lu cette simple phrase ont-il pu prendre Bruno Zeni au sérieux ensuite ? On rêve… (...)

~ Un FAKE était la source du Monde pour pourrir ma réputation ! (Les Crises)(Février 2017) ~

Rappelons d’abord un point que le petit milieu connaît bien: Le Monde est abondamment subventionné par l’Etat. Selon les chiffres cités par Le Monde lui-même (mais minorés cette année par le ministère de la Culture), cette société de presse reçoit chaque année plus de 15 millions € pour rester en vie. Quand on se souvient que le quotidien, qui réalise un chiffre d’affaires autour de 350 millions €, est détenu par le trio Bergé-Pigasse-Niel, on mesure une fois plus que le budget de la Culture ne profite pas aux plus pauvres. Bien au contraire. On mesure aussi que l’Etat apporte bon an mal an environ 5% du chiffre d’affaires du Monde. L’Etat, c’est-à-dire le contribuable bien entendu. Manifestement, cet avantage objectif extrêmement important ne suffit pas au Monde pour équilibrer ses comptes et développer son activité de société de presse. Alors qu’il bénéficie d’une aide que l’on cherchera tôt ou tard à qualifier d’aide d’Etat devant la Commission Européenne, il faut maintenant que ce chouchou du pouvoir tire à boulets rouges sur ses petits concurrents du Net. Mais jusqu’où ses gougnaffiers qui vivent sur notre dos pousseront-ils la provocation?

Car, soyons clairs, le fameux Decodex n’est pas un outil financé par le Monde, mais par le contribuable. Sans les subventions de l’Etat, on imagine mal que les actionnaires du journal aient accepté de payer de leur poche cette opération, alors que le titre perd de l’argent. Donc, maintenant, tu paies directement des outils qui te prennent pour un crétin ou qui t’explique que ton site est nul. Mais on rêve là? Et en plus, ce sont des journalistes payés par des militants du PS qui viennent t’expliquer ce qu’il faut lire ou pas. Imagine-t-on Coca-Cola dresser la liste des boissons bonnes ou pas pour la santé ? Imagine-t-on Coca-Cola lancer un site Internet qui recommande de ne pas boire du Breizh Cola ou du Corsicola parce que ces boissons seraient dangereuses, ou contrefaites? Imagine-t-on Renault lancer un site déconseillant de rouler en Volkswagen parce que le moteur des voitures allemande serait plus polluant? Bien entendu, ces marques peuvent toujours s’essayer à dénigrer leurs concurrentes sur des bases qui leur sont propres. Mais elles auront rapidement à faire à quelques procédures juridiques.


~ Entre bonnes intentions et effets pervers,... (Guy Mettan, RT)(Février 2017) ~

Grégoire Lalieu a écrit:

(...) La presse traditionnelle est en crise. Avec Internet, elle ne bute pas seulement sur la concurrence d’un nouveau support où elle peine à trouver sa place et un modèle économique adapté. Elle voit surtout sa crédibilité affectée par l’apparition de nouveaux acteurs. C’était impensable il y a quelques années encore, alors que le paysage de l’information avait été laminé par l’industrialisation des médias, au détriment de la pluralité des opinions. En 2003 par exemple, lorsque George W. Bush envahissait l’Irak, 69 % des Américains pensaient que Saddam Hussein était impliqué dans les attentats du 11 septembre. Cette guerre aurait-elle été possible si les citoyens des Etats-Unis avaient été mieux informés ? Quatorze ans plus tard, l’opération visant à renverser le gouvernement syrien semble conduire l’Otan et ses alliés dans l’impasse. De nombreux facteurs expliquent cet échec. Mais on remarquera que sur ce dossier, les tambours de guerre de la presse traditionnelle ont perdu ce qui leur restait de crédibilité. En décembre 2016, alors que Le Monde et cie s’alarmait sur le sort d’Alep, une courte vidéo d’Eva Bartlett dénonçant la propagande occidentale faisait le buzz. Engrangeant des centaines de milliers de vues en quelques jours, l’intervention de la journaliste se classait dans le top 10 de YouTube. Si bien que la presse traditionnelle se voyait contrainte d’aborder le sujet pour dénoncer le « conspirationnisme » de la propagande russo-syrienne. Sans même juger du fond du dossier, il est intéressant de noter que les commentaires de nombreux internautes ont révélé une certaine frilosité aux accusations des médias traditionnels. De toute évidence, le Web n’est pas acquis à la propagande de l’Otan. Dans ce contexte, l’étrange classement du Décodex apparait comme l’ultime tentative de sauvetage d’une presse aux abois. (...)

~ Décodex: le vieux Monde se meurt (Investig'Action)(Février 2017) ~

S’agissant du Monde, le dénigrement est si massif, et la mauvaise foi des auteurs est si caractéristique, qu’une action de groupe de tous les sites victimes de cette pratique toxique mériterait d’être menée. Ne serait-il pas amusant que toutes les victimes se coalisent et demandent in fine au Monde une réparation du préjudice qui mettrait le journal en faillite? Je m’en réjouis par avance. Une fois de plus, donc, l’ancien monde (sans mauvais jeu de mots) et son aristocratie décadente livre des combats d’arrière-garde pour sauver leurs privilèges. Jusqu’au jour où…

Éric Verhaeghe

Source de l'article :
Décodex : le Monde peut-il impunément dénigrer ses concurrents (Atlantico)(Février 2017) via Les Crises

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 49
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Le label rouge Decodex, un certificat d’excellence?...   Lun 20 Fév - 13:43

Le label rouge Decodex, un certificat d’excellence?...

L’outil mis en place par Le Monde a rapidement indexé
un territoire vaste et bigarré où pullulent les énergumènes, les paranoïaques et les mythomanes,
mais où vivent aussi paisiblement des tribus de penseurs et des chercheurs
d’une haute probité dont les informations n’avaient qu’un seul défaut :
celui de ne pas correspondre à la vision du monde univoque du Monde,
mètre étalon de la pensée unique française...



~ « Qui fact-checkera les fact-checkeurs ? »... (Eugénie Bastié, Le Figaro)(Février 2017) ~

Pierrick Tillet a écrit:

(...) Decodex classe les médias en 4 catégories : Verts pour les très fiables (ceux de la basse-cour officialisée) ; Orange pour les douteux (les vilains canards toujours pas admis dans le saint marigot) ; Rouge pour les carrément répulsifs (tous ceux qui dénoncent leur propagande) ; Bleu pour les rigolos (genre Le Gorafi). Évidemment, l’AFP, qui abreuve en dépêches notre Sainte Église médiatique de plus en plus dépourvue de véritable journalistes, y est en vert pétant (la monumentale bourde de notre agence nationale sur le pseudo-hackage russe des réseaux électriques US y a manifestement été absoute). Par contre, je ne vous dis pas les couleurs qui affublent les médias russes ou nos sites alternatifs favoris ! (...)

~ Transparence « totalitaire », Decodex : la volaille médiatique en émoi (Le Blog du Yéti)(Férier 2017) ~

Traduit en langage technologique: ils ont le tort d’accrocher les fureteurs à mots clefs « chauds » et à sources douteuses du logiciel en question. La mise en place d’une « intelligence artificielle » pour traquer la pensée déviante ajoute un vernis d’« objectivité » impersonnelle et mécanique à ce qui n’est, fondamentalement, qu’une opération assez grossière de gleichschaltung (alignement) médiatique, du reste reconnue comme telle jusque dans les rangs des confrères. Il n’est pas d’intelligence artificielle. Il n’existe que de l’intelligence humaine prolongée par des robots qui accomplissent ce que cette intelligence leur a ordonné de faire. On aurait pu apprendre aux inquisiteurs mécaniques de Decodex à distinguer le deuxième degré et l’antiphrase. Mais c’eût été long, compliqué et coûteux. On n’avait pas besoin d’aller aussi loin. Le but était de contenir rapidement une sédition qui se propageait comme un feu de brousse, or en de tels cas on ne fait pas de détails. On arrose bien au-delà de la limite des flammes. C’est le dilemme classique des nettoyeurs d’urgence: « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ».


~ L'ère de la pensée unique (Chaîne YT du 4ème Singe)(Février 2017) ~

Le Monde ne représente pas, c’est le moins qu’on puisse dire, un parangon de vertu journalistique. Il y a 14 ans déjà, l’immense enquête de Pierre Péan et Philippe Cohen sur La Face cachée du Monde illustrait le profond fossé existant entre les pratiques de ce journal et les règles élémentaires de la déontologie journalistique, voire de l’honnêteté intellectuelle pure et simple. Cela ne s’est pas arrangé depuis. Dès la guerre en ex-Yougoslavie, j’ai collecté une documentation ahurissante sur ses mensonges et ses partis pris. J’avais même eu la folie d’écrire à son rédacteur en chef pour relever une erreur de fait objective, aisément vérifiable dans les encyclopédies. Il m’avait répondu par une caricature de Plantu, me disant en résumé: « allez vous faire foutre, Balkaneux enragé ». Inutile de relever l’effondrement éthique et informationnel du même journal dans les récents conflits du Proche-Orient, qu’il a « couverts »… d’un voile de camouflage imprimé de motifs néocons. Si, par exemple, le parti pris massivement pro-djihadiste des médias occidentaux dans la tragédie d’Alep a été remis en question par certains journalistes et commentateurs français, ces voix-là ne sortaient pas des colonnes du Monde. Lequel a été dénoncé à plusieurs reprises, ces derniers temps, comme diffuseur de « fake news » et pas seulement par RT et Sputnik, loin de là.

Aussi, lorsque cette officine d’influence financée à coups de dizaines de millions par l’État français a annoncé la mise en place de son « outil de vérification », je ne pouvais que sourire. Le Monde traquant la désinformation, c’est comme si le cartel de Medellín se mettait à dénoncer les dealers de coin de rue. Puis, des amis préoccupés m’ont signalé que notre « Main courante » sur l’internet avait été barré de rouge dans la classification simplette du Decodex. Si France-Dimanche est classé vert, le label rouge Decodex ne pouvait être qu’une marque d’excellence. Quelle meilleure réfutation pour cette entreprise de censure que sa propre idiotie? Mais ensuite j’ai lu l’excellente série d’articles qu’Olivier Berruyer a consacrée au Decodex sur son site, l’un des plus intelligents blogs français, évidemment classé dans la zone orange, juste au bord du gouffre rougeoyant. Malgré un soutien considérable des lecteurs et de certains noms illustres du débat public français, Berruyer a décidé d’ajouter l’action en justice à sa réfutation intellectuelle de cet Index librorum prohibitorum des temps modernes. La motivation de son appel aux dons pour le procès à venir donne à réfléchir...



Grégoire Lalieu a écrit:

(...) La grille du Décodex blanchit la presse mainstream. Elle s’assied sur une riche et abondante littérature d’analyse critique des médias, au profit du fact-checking. C’est plus tendance. Mais c’est boiteux dans le cas du Décodex. Aux oubliettes donc l’étude empirique d’Herman et Chomsky ainsi que leur modèle des filtres de l’information. À la trappe, la collusion entre les pouvoirs médiatique, politique et économique, illustrée par Geuens. Oubliée, la marchandisation de l’information dénoncée par Ramonet. Pardonnée, l’inquiétante concentration des médias entre les mains d’une poignée de riches industriels, comme l’a notamment illustré Halimi. Ignoré, le poids de l’habitus social théorisé par Bourdieu, ces lunettes particulières « à partir desquelles [les journalistes] voient certaines choses et pas d’autres ; et voient d’une certaine manière les choses qu’ils voient ». Absentes, les conditions de travail des journalistes dont Accardo a mis en lumière l’impact sur la qualité de l’info. Tous les travers de l’industrie médiatique sont passés entre les mailles du Décodex. Agitant l’épouvantail reptilien, Le Monde tente d’offrir une nouvelle virginité à la presse mainstream. Le Décodex, c’est l’anti-critique des médias 2.0. Un moteur de recherche et une extension Facebook pour ramener les internautes sur le droit chemin de l’idéologie dominante. Y arriveront-ils ? (...)

~ Décodex: le vieux Monde se meurt (Investig'Action)(Février 2017) ~

Eh oui: tout ridicule qu’il soit, Le Monde est la voix même de l’officialité française. Quoi qu’il vaille, ses dénonciations ont un impact sur votre vie réelle. C’est comme d’être cité, jadis, dans la Pravda de Moscou: que vous soyez innocent et eux dépravés ne change rien au fait qu’ils tiennent le couteau par le manche. Aussi ai-je estimé utile de livrer ici une mise au point sur ce que représente réellement, à mes yeux, le Decodex du Monde. Pour mémoire: nous avions épinglé une scène de sauvetage impliquant une seule et même enfant syrienne au bras de trois sauveteurs différents, ces fameux « Casques blancs » qui ont disparu comme par enchantement après la reprise de la ville par l’armée syrienne. Nous ne contestions pas la réalité de ce sauvetage, mais soulignions simplement que le bombardement de photos sous divers angles et avec divers protagonistes avait pour but de « démultiplier » virtuellement le drame. Cette dénonciation de la manipulation a été assimilée à son tour à de la manipulation par les vigiles de Libé : le procédé est classique et grossier. Relevant notamment tout ce que cette dispute sur une mise en scène photographique dissimulait au sujet du rôle des « Casques blancs » et du parti pris de la couverture médiatique de la guerre à Alep. La révélation des pratiques hideuses des « insurgés » après la prise du fameux quartier Est nous a donné amplement raison. Il se peut (c’est même hautement probable) que l’algorithme se base dans son jugement sur d’autres recoupements: par exemple, le fait que nous citons souvent les plateformes russes RT et Sputnik, les ennemis jurés des « nouveaux médias » occidentaux, ou que nous donnons la parole à des « désinvités » sulfureux. Car le principe de base de l’algorithme Decodex est tout entier contenu dans Le Loup et l’Agneau de La Fontaine.

Selon son chef de projet, le Decodex, moteur de recherche et extension pour navigateur, aurait été ficelé avec seulement 50 à 60’000 euros puisés dans le fonds Google. Cette somme et son origine sont hautement intéressantes. On se rappellera que le « fonds Google » consiste en un don forfaitaire de 60 millions consenti par le géant de la Silicon Valley à François Hollande en 2013 en échange de l’abandon de la requête des éditeurs de presse français en vue d’un versement de droits d’auteurs (« droits voisins ») liés à l’exploitation de leurs contenus par le moteur de recherche. Ce don, qui relève du bakchich au vu du chiffre d’affaires de Google, était toutefois assorti d’un « accord commercial » censé permettre aux éditeurs « d’utiliser les plateformes du moteur de recherche à “des conditions attractives” ». Un millième seulement de cette petite monnaie aurait donc été investi dans le développement du Decodex. Pour quiconque connaît tant soit peu les conditions du développement sur internet, c’est une plaisanterie. 60’000 euros pour un site de cette importance, c’est tout juste le prix de de la carrosserie. Mais qu’en est-il du moteur sous le capot? Les algorithmes requis pour « processer » une telle masse de documents et les catégoriser, fût-ce très sommairement, demandent tout de même réflexion et de programmation. De deux choses l’une, donc: soit le Monde a grossièrement menti sur le coût de sa solution; soit le cœur même du Decodex lui a été fourni « clefs en main » dans le cadre bénin de cet « accord commercial » qui libérait Google de toute redevance tout en lui donnant la possibilité de refaçonner le paysage médiatique français empêtré dans sa « conversion numérique ».


~ Google finance de plus en plus l’innovation dans les médias (Alexandre Piquard, Le Monde)(Novembre 2016) ~

Il existe de fait auprès de Google un département appelé News Lab, un « laboratoire de nouvelles » qui « collabore avec journalistes et entrepreneurs pour construire l’avenir des médias ». La première des missions qu’il revendique s’intitule « Trust & Verification », autrement dit: Fiabilité et vérification et se résume ainsi: « L’innovation technologique [lisez l’internet] a offert aux journalistes une facilité d’accès sans précédent à l’information. Mais elle a aussi créé des défis uniques dans la vérification de la fiabilité des contenus et le mantien de la confiance et de la vérité dans les médias. » Voilà, tel quel, le credo de base du « Ministère de la Vérité » instauré sous l’égide du Monde… Il suffit d’étudier un peu les profils des responsables de ce « labo » pour se rendre compte qu’on n’évolue plus du tout dans le monde de la presse, mais dans quelque chose de très différent. Il s’agit de gens jeunes, plus proches du logiciel que de la plume et plus versés dans le quantitatif et la forme que dans le qualitatif et le fond. Prenez par exemple Olivia Ma, la « cheffe des Partenariats » du Lab, autrement dit la personne qui aura probablement collaboré avec les Français pour la sous-traitance des algorithmes Google. Membre de la petite caste des contrôleurs du web, elle est notamment passée par la direction du fameux « Center for Public Integrity », financé par Soros, à l’origine des Panama Papers et autres « fuites » stratégiques organisées par le système d’influence U.S.

Au profil étrange de cette cyberjournaliste 2.0 ne pouvait correspondre, côté Monde, qu’un geek analogue, à savoir Samuel Laurent, le coordinateur du Decodex. L’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique consacre à ce jeune androïde un portrait significatif. La prétention à l’objectivité factuelle, chez cet « automate de la pensée algorithmique » se double d’une morgue et d’un simplisme intellectuel préoccupants, exprimés sur les réseaux par un langage d’adolescent. Comme chez les « désintoxicateurs » de Libé, on est frappé par l’insensibilité, l’aliénation à proprement parler, de ces nouveaux « journalistes » face à tout échange d’arguments respectueux et cultivé. Tant par sa conception que par son personnel ou son organigramme, le Decodex se situe en marge du travail et de la mission d’un journal, fût-il normatif comme Le Monde. Sa création ne résulte pas d’un développement rédactionnel, mais d’un projet stratégique remontant à la direction où siègent Alain Minc et autres globalistes. Il est grossier, hypocrite, stupide et encourage à la stupidité. Du même coup, son échelle de valeurs a rapidement été renversée dans l’opinion, le « rouge » devenant soudain « in » par rapport au « vert » ringard à la France-Dimanche. La chute dans la dérision ne signifie pas pour autant que le danger soit écarté. Sa mise en place témoigne d’une intégration poussée des systèmes non d’information, mais de contrôle de l’information, intégration officialisée dans le cas de la France (on ne l’avait pas saisi sur l’heure) par l’accord léonin avec Google en 2013.


~ Du Contrôle de l'Information (Chaîne YT de Pierre Philo)(Mai 2015) ~
Si le lien venait à disparaître : Cliquez Ici

Avec l’approche de la présidentielle française, d’une importance stratégique pour le monde occidental, on va voir que le Decodex n’était que la première hirondelle d’une invasion autrement plus massive. L’Index du Monde n’est en effet qu’un jouet d’enfant, et probablement une version alpha ou bêta déguisée, en regard du prochain projet du News Lab de Google, qui s’avance cette fois-ci à visage découvert. Avec l’arrivée en France du projet CrossCheck, le contrôle de l’information va prendre une toute autre allure. 17 instances sont déjà « partenaires » de cet outil de catalogage par indexation et contextualisation: l’AFP, BuzzFeed News, France Médias Monde (via les Observateurs de France 24), France Télévisions, Global Voices, Libération, La Provence, Les Echos, La Voix du Nord, Le Monde, Nice-Matin, Ouest-France, Rue89 Bordeaux, Rue89 Lyon, Rue89 Strasbourg, Storyful et StreetPress. Non content de se déployer en essaim, on peut parier que le programme de Trust & Verification de Google aura gagné en précision et en exhaustivité.

Certains médias de grand chemin ont de toute évidence décidé de transformer leur faillite éthique et professionnelle en victoire politique. Ils le réalisent au travers d’une conversion à ciel ouvert en outils d’influence et de contrôle. Et là, l’effet de masse compensera sans doute, en partie, les lacunes de qualité et de conception du projet. Des mensonges grossiers répercutés par 100 androïdes alignés passeront plus aisément pour de la vérité que des évidences écrites par des humains isolés. Ils ont au moins raison sur un point: oui, la vérité dans l’information est un enjeu essentiel de notre temps. Mais ce n’est pas chez eux qu’on la trouvera. La notion même de vérité, dans ce monde-là, n’est qu’un algorithme de plus.

Slobodan Despot

Source de l'article : Le label rouge Decodex, un certificat d’excellence? (Antipresse)(Février 2017)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 49
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Décodons Décodex...   Mar 28 Fév - 10:55

Décodons Décodex...

On pourrait penser que cet outil serait une tentative honnête
pour aider le lecteur. Mais, elle s’avère, en réalité, un outil idéologique servant à la fois
à l’autopromotion de ce journal (ce que l’on peut comprendre sans nécessairement l’approuver)
mais aussi, et c’est sur ce point que toute l’opération est bien plus discutable, un outil de tri idéologique...



~ Charlot ministre de la vérité (Frédéric Lordon, Le Monde Diplomatique)(Février 2017) ~

Drapher a écrit:

(...) Nous avons une presse d’opinion française (en réalité bien moins qu’aux États-Unis, par exemple), qui assume son engagement, et une autre, dite « mainstream », qui tente de se tenir à distance de ses contenus de publications, prétendant être « neutre » ou « objective ». Ce qui est parfaitement faux. La presse désireuse d’être classée comme « objective » ou « neutre » est en réalité une presse qui publie des contenus « orientés », comme toute la presse. Elle est à la fois détenue par des industriels tous proches des institutions de l’État de par leurs activités, mais aussi subventionnée par l’État, tout en étant tributaire de la publicité et… de l’engagement idéologique de ses journalistes. (...)

~ Décodex : quand Le Monde s’habille en Pravda (Reflets)(Février 2017) ~

Cet outil est censé permettre à ses utilisateurs de trier le faux du vrai dans les différents sites. Nul ne contestera ici la nécessité de vérifier les sources. Prétendant lutter contre ce que l’on appelle les « fake news », soit la multiplication des fausses nouvelles, les journalistes du Monde n’ont rien eu de plus pressé que de réinventer l’Index du Vatican. A quand l’Imprimatur ? Decodex se présente donc comme une application que chacun peut utiliser. Une application qui, à l’heure actuelle, n’a pas rencontré un grand succès, n’ayant été téléchargée que 21 000 fois en plus de 15 jours. Cette application classe les sites du vert (garantie de « bonnes » informations) au rouge (site réputé dangereux), avec la couleur orange (site peu sérieux), ou bleu (site parodique). Seulement, pour faire fonctionner un système comme Décodex, il faut au préalable établir une liste de sites d’information que l’on considère comme recommandables ou non et surtout une liste de critères qui permettent de jauger, et de juger, de la crédibilité de tel ou tel. On entre là dans un domaine ou joue à plein la subjectivité idéologique des journalistes du Monde. En mettant les pastilles, qu’elles soient vertes, oranges ou rouges, Le Monde s’arroge un droit de jugement alors qu’il est lui-même, et nul ne le lui reproche par ailleurs, un journal d’opinion, un journal qui défend ses idées, mais des idées qui ne font que représenter sa subjectivité.


~ Décodex : bilan de la chasse aux "fake news" (Chaîne YT de Radio Sputnik)(Février 2017) ~

Ce qui gène, ce qui choque même avec cette création du Monde c’est que ce journal se donne ainsi le rôle de censeur du Web, de l’information en ligne. Il s’approprie un pouvoir qui pourrait, à l’extrême limite, relever d’un comité indépendant, ou du CSA, mais certainement pas d’un journal qui est un acteur de cette sphère de l’information et qui ne peut donc prétendre à l’impartialité nécessaire pour une telle fonction. La dimension idéologique de l’opération se révèle quand on se promène un peu sur Décodex. On constate que les sources de l’établissement médiatique (les journaux avec lesquels Le Monde a des collaborations ouvertes ou implicites) sont systématiquement en vert. Les autres, sont en orange et en rouge, et en particulier les sources dites alternatives. Se révèle alors la dimension « monopoliste » de l’opération.


~ La défiance des Français vis à vis des médias... (Dossier sur FYI)(Janvier 2014) ~

Dans un monde ou le journalisme traditionnel est contesté, car chacun peut, à sa guise, créer un site d’information, l’opération Décodex apparaît comme une volonté un peu puérile et clairement désespérée de certains journalistes pour se garantir le monopole de l’information. Il eut été plus utiles, et plus profitables à tous, que ces dits journalistes s‘interrogent sur les raisons de leurs pertes d’audience.

Jacques Sapir

Source de l'article : Décodons DECODEX (RussEurope)(Février 2017)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le nouveau moteur de recherche proposé par Le Monde...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le nouveau moteur de recherche proposé par Le Monde...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un moteur de recherche pour fonds d'écran.
» Moteur de recherche de matériaux d'artisanat et autre!
» recherche vocabulaire dans le monde du textile en Polonais
» Recherche par numéro sosa
» Yahoo VS Google ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Intuition :: Les Revues de Presse :: Les Archives de FYI :: Les Inclassables-