Follow Your Intuition

L'intuition est la vision anticipée d'une vérité : hypothèse pour le savant, rêverie pour le poète (Lucien Arréat)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour un supplément de liberté, pour un complément de fraternité et pour un mouvement vers l’égalité…
Rien de tel qu’un masque pour manifester dignement son mécontentement. Sans violence et en silence, s’il vous plaît... (Le Journal de Personne)

Partagez | .
 

 Les ennemis de la Syrie ne s’arrêteront pas sur le sentier de la guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Les ennemis de la Syrie ne s’arrêteront pas sur le sentier de la guerre   Mer 18 Sep - 12:57

Les ennemis de la Syrie ne s’arrêteront pas sur le sentier de la guerre

Le journaliste d’enquête Pepe Escobar dit que les ennemis de la Syrie ne cesseront pas de pousser pour la guerre et avertit que les militants entraînés par la CIA sont déjà entrés dans le pays.



Escobar, qui travaille avec le quotidien Asia Times Online, basé à Hong Kong (et Bangkok), a fait ces remarques pendant un entretien avec la chaîne Press TV Mardi. Lundi, l’ONU a publié un rapport de ses enquêteurs, qui ont dit que le gaz sarin a été utilisé dans une attaque qui a de manière supposée tuée quelques centaines de personnes dans la grande banlieue de Damas le mois dernier. Le mandat de mission de l’équipe de l’Onu ne comprenait pas la tâche de définir qui était à blâmer pour l’attaque. Le secrétaire de l’ONU Ban Ki-Moon a condamné l’utilisation des armes chimiques en Syrie comme un “crime de guerre” et a demandé que les perpétrateurs de cette attaque mortelle soient amenés devant la justice.
Pépé Escobar a écrit:

“les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne veulent une résolution des Nations-Unies impliquant le chapitre 7 de la charte qui induit la possibilité de lancer une guerre contre la Syrie si elle n’obéit pas aux injonctions et ils ne précisent pas de quel type de refus d’obtempérer il s’agirait !…”

“En fait, ils veulent un chapitre 7 du style de l’Irak avec possibilité de résolution pour attaquer. Cela ne passera pas le conseil de sécurité. Nous le savons déjà tous. La Russie et la Chine y mettront un veto et Américains, Français et Britanniques le savent très bien. Donc il s’agira probablement d’une résolution en deux étapes.”

“La seule possibilité d’avoir une résolution maintenant est d’avoir une résolution non contraignante. Plus tard, s’il y a une attaque fausse-bannière, si les inspecteurs de l’ONU sont attaqués par les rebelles par exemple, des tirs de tireurs d’élite, cela est déjà arrivé auparavant, alors tout le monde retourne à l’ONU et son CS et il y aura alors une seconde résolution.”


Depuis Mars 2011 la Russie et la Chine ont mis leur veto trois fois au CS de l’ONU contre des propositions de résolutions par les Etats européens menaçant d’une action militaire et de sanctions contre Damas. Escobar indique aussi que des forces spéciales qataries et israéliennes sont sur le terrain en Syrie et que l’Arabie Saoudite et la Turquie donnent un soutien logistique aux militants.
Pépé Escobar a écrit:

“Les gens qui sont entraînés en Jordanie par la CIA ont déjà traversé la frontière, ils sont déjà près de Damas ainsi que les armes soi-disant non-létales dont parlait le gouvernement Obama, cela a déjà commencé.”

“Donc, il y a un déplacement d’armes vers la Syrie et les rebelles se refont une santé, depuis la frontière syro-jordanienne jusqu’à la frontière turco-syrienne en passant par la proche banlieue de Damas. Ces gens veulent la guerre, ils n’abandonneront pas. C’est aussi simple que cela.”
Une étude récente de la défense britannique montre qu’il y a plus de 100 000 mercenaires étrangers en Syrie, fragmentés en quelques 1000 différents groupes et qui se battent en Syrie contre le gouvernement et le peuple syriens. Des extraits de cette étude du ministère de la défense britannique ont été publiés lundi par le consultant de la défense IHS Jane. L’analyse démontre aussi qu’un grand nombre d’extrémistes de pays étrangers sont aussi actifs en Syrie.


La Syrie est troublée par des combats mortels depuis mars 2011. D’après certains rapports, les puissances occidentales et leurs alliés régionaux, spécifiquement le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Turquie, soutiennent les militants agissant de l’intérieur de la Syrie. D’après l’ONU, plus de 100 000 personnes ont été tuées et plus de 7,8 millions ont été déplacées à cause des violences.
~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

Source originale de l'article : Syria’s enemies won’t give up on war, Pepe Escobar says



Dernière édition par Golden Awaken le Lun 23 Sep - 11:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Les ennemis de la Syrie ne s’arrêteront pas sur le sentier de la guerre   Lun 23 Sep - 11:16

Sergueï Lavrov dénonce le "chantage" occidental sur la crise syrienne

Le ministre russe des Affaires étrangères estime que ses partenaires, "aveuglés" par le changement de régime en Syrie, font pression pour l'adoption d'une résolution contraignante à l'ONU.



Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a accusé dimanche les États-Unis de faire du chantage à la Russie pour qu'elle soutienne une résolution contraignante à l'ONU contre la Syrie, et reproché à l'Occident d'être aveuglé par l'idée d'un changement de régime dans ce pays. Dans une interview à la chaîne russe Pervyi Kanal, le ministre des Affaires étrangères a vertement critiqué l'attitude des Occidentaux, au moment où les tractations diplomatiques s'intensifient en vue d'une résolution à l'ONU sur le désarmement chimique de Damas.

L'adoption de cette résolution bute sur l'inscription ou non du texte sous le chapitre VII de la Charte des Nations unies qui prévoit des mesures coercitives allant de sanctions économiques à l'usage de la force, en cas de non-respect par la Syrie de ses engagements. "Nos partenaires américains commencent à nous faire du chantage en disant : si la Russie ne soutient pas une résolution en vertu du chapitre VII au Conseil de sécurité de l'ONU, nous arrêterons de travailler à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques" (OIAC), a déclaré Sergueï Lavrov dans cette interview qui doit être diffusée dimanche soir à Moscou et dont le script est disponible sur le site du ministère des Affaires étrangères.


Selon lui, l'OIAC est "sur le point de prendre une décision" sur la Syrie, mais le processus est menacé par la "position arrogante de certains partenaires occidentaux". "Ils ont besoin du Chapitre VII, qui prévoit en cas de violation des lois internationales des mesures coercitives, y compris des sanctions et la possibilité de recourir à la force", a-t-il dit. Le chef de la diplomatie russe estime que Washington, Paris et Londres ont une démarche contraire à l'accord sur le désarmement chimique de la Syrie, obtenu avec son homologue américain John Kerry à Genève le 14 septembre.

"Nos partenaires sont désormais aveuglés par leur objectif idéologique de changement de régime (en Syrie)", a-t-il estimé. "Tout ce qu'ils disent, c'est que Bachar el-Assad doit partir." "Ils ne veulent pas reconnaître qu'ils se sont encore une fois trompés : comme ils se sont trompés en Libye en bombardant le pays et en le laissant au bord du chaos ; comme ils se sont trompés en Irak en faisant la même chose et en menant en plus une opération terrestre, laissant le pays dans une situation extrêmement difficile, où des dizaines de personnes meurent chaque jour dans des attentats", a-t-il énuméré. "Le seul intérêt pour eux est de prouver leur supériorité", a-t-il encore fustigé. Or, si le régime syrien tombe et que les rebelles arrivent au pouvoir, "il n'y aura plus d'État laïque" en Syrie, a averti Sergueï Lavrov, affirmant qu'"entre deux tiers et trois quarts" des rebelles étaient des "djihadistes". Il a ajouté que la Russie était prête à envoyer des troupes en Syrie dans le cadre d'une présence internationale pour sécuriser le travail des experts sur les sites d'armes chimiques : "Nous sommes prêts à affecter nos militaires, la police militaire, pour participer à ces efforts."

~ "Plus de 50% des rebelles syriens sont djihadistes" selon Carla Del Ponte ~
Publiée le 18 sept. 2013 par LeJournalduSiecleTV

Le coût du désarmement moins important qu'annoncé par Damas

Le ministre russe a également contesté l'affirmation du président Assad selon laquelle le programme de désarmement coûterait un milliard de dollars. "À Genève, nous avons discuté du coût éventuel de ce programme. Les chiffres étaient beaucoup moins importants", a-t-il ajouté. Il a enfin rejeté l'idée selon laquelle la Russie était désormais responsable du programme de démantèlement de l'arsenal chimique syrien.

"Je voudrais préciser que nous ne sommes pas le garant du désarmement chimique en Syrie", a-t-il dit, ajoutant que Moscou avait seulement permis que Damas accepte d'adhérer à la convention sur l'interdiction des armes chimiques sans aucune clause. "Maintenant la Syrie est l'un des signataires de ce document juridiquement contraignant. C'est la raison pour laquelle, désormais, c'est toute la communauté internationale qui est garante du respect par la Syrie de ses obligations", a-t-il souligné.
Source de l'article : Syrie : Sergueï Lavrov dénonce le "chantage" occidental

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: La triste comédie des ennemis de la Syrie   Ven 25 Oct - 10:30

La triste comédie des ennemis de la Syrie

La rencontre de ceux qui s’appellent "les amis de la Syrie" à Londres
a débouché sur un communiqué final dont le contenu montre
toutes les intentions belliqueuses de ses participants




Le groupe, formé de 11 pays, les Etats-Unis, la Turquie, la Grande-Bretagne, la France, l’Italie, l’Allemagne, l’Egypte, les Emirats arabes unis, le Qatar, la Jordanie et l’Arabie saoudite, remet sur le tapis des velléités "de changement de régime" et brandit à nouveau l’option militaire (sous-entendu : intervention étrangère). Il n’y a donc rien de changé au programme. On remarquera au passage que le programme reste aussi le même pour l’Egypte avec ou sans Morsi.

Parallèlement, on entend des discours lénifiants de John Kerry nous assurant qu’il « n’y a pas de solutions militaires » en Syrie, en même temps que des groupes de combat dits modérés, ceux qui bénéficient officiellement de toute l’aide militaire extérieure, réclament encore plus d’armes et de soutien.


~ Bassam Tahhan sur le naufrage collectif des "amis de la Syrie" à Londres ~
Ajoutée le 23 oct. 2013 par Myriam Bloch

Pas de solutions militaires ? Peut-être bien que si. Ce slogan repris par les uns et les autres ne vise qu’à essayer de stopper l’action de l’Armée syrienne qui est en train de bousculer les mercenaires sur le terrain. L’armée syrienne tient la victoire au bout du fusil, mais les Etats-Unis et ses alliés se comportent comme si c’était eux qui détenaient la victoire et Bachar Al Assad le vaincu. Ils se préparent déjà à agir en vainqueurs à Genève, dictant leurs conditions, partageant le pays comme ils le souhaitent. Pour l’instant la coalition est incapable d’envisager les choses autrement, mais elle n’a aucun moyen d’inverser la situation en sa faveur. La seule solution qui lui reste est d’épuiser l’armée syrienne, pour pouvoir valider l’idée qu’il n’y a ni gagnant, ni perdant. Avec de tels objectifs la conférence de Genève 2 n’est pas pour demain. Il ne reste à l’armée syrienne qu’à tenir bon en toute lucidité et, si possible, écraser l’ennemi. La solution serait alors militaire.

Avic

Source de l'article : Syrie : Nouveaux slogans de paix pour mieux continuer la guerre

Pour aller plus loin sur ce dossier :
~ Ingérence impérialiste en Syrie: Le sinistre plan du Nouvel Ordre Mondial… ~
~ Le rapport de la commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie est un scandale ~



Dernière édition par Golden Awaken le Mar 30 Sep - 15:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: "Smoke and Mirrors" d'un journaliste du magazine "Le Point"...   Mer 5 Fév - 15:51

"Smoke and Mirrors" d'un journaliste du magazine "Le Point"

Le journaliste du Point Armin Arefi a encore frappé.
Dans un dernier article, publié le 4 février (voir ci-dessous), il nous ressert la même vieille soupe
des rivalités entre les Saoud et Al Qaïda pour tenter de nous convaincre que l’Arabie saoudite
ne finance pas al-Qaida en Syrie.



~ Non, l'Arabie saoudite ne finance pas al-Qaida en Syrie ~

Peu importe leur nom, Monsieur Arefi, tous les groupes armés actifs en Syrie, qu’ils arborent l’emblème d’al-Qaida ou non, qu’ils aient prêté allégeance ou non à al-Qaida, qu’ils aient été reniés ou pas par al-Qaida, tous utilisent la même rhétorique et les mêmes méthodes barbares. Rappelez-vous des massacres d’Adra, de Sadad et de Lattaquié, ils ont été perpétrés par toutes les composantes de la rébellion syrienne, Armée syrienne libre comprise. Tous ces groupes armés ont les mêmes références confessionnelles sectaires et le même projet politique. Nous l’avons expliqué de manière limpide, preuves et citations à l’appui dans un récent article titré “La guerre des Saoud contre la Syrie”. Les autorités saoudiennes ont déversé des milliards de dollars sur des groupes armés qu’ils croyaient contrôler et dont ils attendaient un résultat rapide et radical en Syrie. Chemin faisant, l’argent et les armes en provenance d’Arabie saoudite ont circulé entre djihadistes syriens et étrangers au gré des scissions et des fusions de leurs mouvements armés. Un journal électronique tunisien (Al Chourouk) vient d’évaluer à 12.000 le nombre de combattants saoudiens engagés en Syrie.

Les Saoudiens représentent aujourd’hui le deuxième contingent djihadiste après les Tchétchènes. Certains de ces combattants saoudiens sont des proches de la famille royale. Tout ce beau monde se radicalise en Syrie, comme les Belges, les Français, les Néerlandais, les Maghrébins et les Asiatiques qui s’engagent dans le conflit. A présent, la dynastie des Saoud a peur du retour de bâton à l’instar des gouvernements européens. Comme toujours, les va-t-en guerre européens et leurs alliés du Golfe ont joué les apprentis sorciers. Et comme toujours, leur politique aventurière s’est retournée contre eux.


~ La guerre contre la Syrie et l’illusion des compromis ~

L’article d’Armin Arefi est un pur enfumage à l’image du décret royal saoudien qui punit l’engagement d’un citoyen saoudien dans un groupe armé à l’’étranger. De l’Arabie saoudite à la France, des USA à la Coalition nationale syrienne, ils tentent tous nous de faire croire qu’al-Qaida en Syrie est une création des services secrets syriens, iraniens et du Hezbollah. Monsieur Arefi, nous avons bien compris le stratagème comme vous pouvez le constater dans notre article “France : élites et médias versent dans les fantasmes conspirationnistes”. Vous avez beau caresser la barbe wahhabite dans le sens du poil, vos "reductio ad hitlerum", "lepenum" et autres raccourcis douteux n’y feront rien. Les citoyens du monde bien informés ne croient plus aux thèses officielles du Quai d’Orsay que vous reproduisez servilement.

Bahar Kimyongür

Source de l'article : Syrie : Un enfumage classique du journaliste Armin Arefi (Le Point)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Diversion tactique en Syrie septentrionale, une nouvelle baie des cochons en préparation...   Mer 15 Oct - 12:02

Diversion tactique en Syrie septentrionale,
une nouvelle baie des cochons en préparation...


Il semble de plus en plus certain que la lutte pour le contrôle de la ville kurde syrienne
d’Ain Al-Arab ou Kobané en Syrie septentrionale entre les comités de la défense populaire kurde
et les combattants de Daech (Etat Islamique en Irak et au Levant) ne soit qu’une tactique de diversion
que Washington et ses alliés tentent de prolonger le plus longtemps possible pour masquer
d’intenses préparatifs visant à renverser le gouvernement syrien via une opération similaire
à celle de la baie des cochons, à Cuba, en avril 1961.



~ Real objectives of Transnational Elite in Syria (Takis Fotopoulos, Pravda) ~

Des centaines de tonnes d’équipements militaires et des dizaines d’instructeurs en guérilla venus d’une dizaine de pays ont afflués ces deux dernières semaines dans trois différents sites du Moyen-Orient pour relancer la rébellion syrienne dite modérée dans le cadre de la création de ce que les stratèges US décrivent comme « la troisième force ». La mise sur pied et l’entraînement de cette troisième force vise prioritairement à la rendre assez efficace pour affronter Daech et les forces de l’armée régulière syrienne à la fois.

D’après des indiscrétions diplomatiques, l’Arabie Saoudite a cette fois vraiment mis le paquet pour la réussite de ce projet. La nouvelle version de l’ASL devra compter de 50 000  à 70 000 hommes dans un premier temps puis ces effectifs seront portées à environ 140 000 hommes avant de se stabiliser à 300 000 hommes en cas de l’effondrement de l’Etat national syrien. C’est cette armée qui devra remplacer l’armée régulière syrienne, empêcher le pays de sombrer dans le chaos et assurer une transition vers un régime pro-américain lequel aura comme premier objectif de ratifier la paix avec Israël.


~ Israël s’empare du sous-sol du Golan syrien occupé (Dossier sur Le Dormeur doit se Réveiller) ~

L’armée syrienne libre (ASL), dont la plupart des unités combattantes ont été anéanties au cours de la confrontation  avec l’armée syrienne durant les années 2011 et 2013 avant que les résidus de cette organisation rebelle ne soient achevés par des combats fratricides avec leurs alliés d’Al-Qaïda et de Daech pour le contrôle du butin et du racket, sera bientôt de retour sur l’échiquier des forces en présence en Syrie. Une série de malversations et de détournements de fonds ont eclaboussé la couverture politique de la rébellion dite modérée par Washington et ses alliés. La plupart des représentants politiques de l’ASL ont fui en Turquie et en Europe où ils y ont caché d’énormes sommes d’argent. Souvent investi dans l’immobilier de luxe. L’ASL a tenté à plusieurs reprises de prendre Damas par surprise mais ses tentatives sont demeurées vaines. C’est pour cette raison que l’instruction des nouvelles troupes de l’ASL a été confiée cette fois directement aux américains.


The Neoconservative Hit List: Iraq, Libya and now Syria?... (Steven MacMillan, New Eastern Outlook)

Ces préparatifs sur lesquels les pays hostiles à la Syrie fondent de très grands espoirs butent cependant sur un problème de taille: l’Iran. Dans une déclaration tonitruante, l’Arabie Saoudite a appelé aujourd’hui l’Iran de « retirer ses forces d’occupation de la Syrie » !! Pour Ryad, Téhéran est le grain de sable susceptible de gripper la formidable machine en train d’être mise sur pied. Officiellement l’Iran ne dispose pas de troupes en Syrie. Techniquement aussi. Mais des unités des milices paramilitaires et notamment la brigade « Al-Quds »(Jérusalem) y ont été détachées au sein de certaines unités de choc de l’armée syrienne. Il n’en sera pas toujours le cas néanmoins. Une irruption de cette fausse troisième force laquelle n’est qu’une nouvelle variante boostée d’un des protagonistes initiaux du conflit syrien entraînera systématiquement une implication militaire iranienne de plus en plus explicite en Syrie. Le ton a été donné par les iraniens au dessus et au dessous des tables de négociations informelles avec Washington et Londres: l’Iran n’acceptera pas un renversement du régime syrien par des terroristes comme il n’acceptera pas ce qu’il a qualifié comme un affaiblissement, voire une destruction d’une partie de l’axe de la résistance. Et pour une fois, les iraniens ont publiquement mis en garde contre l’établissement d’une zone d’interdiction aérienne au dessus d’une partie de la Syrie. Cet avis est partagé à Moscou, malgré les problèmes crées à la Russie sur les fronts économiques et militaires par les mentors de la fameuse coalition.


~ Avis de tempête en Iran (Thierry Meyssan, Réseau Voltaire) ~

Donc on a une diversion via Daech, laquelle a permis à des avions de combat US et arabes hostiles à la Syrie de survoler et d’agir sur une partie de son territoire sous prétexte de lutte contre l’hydre terroriste. Tout en préparant une nouvelle armée mieux structurée et surtout bien équipée, une version de Daech mais acceptables pour la communauté internationale pour renverser le gouvernement de Damas. En attendant, les combats continuent à Ain-Al-Arab/Kobané où les observateurs militaires syriens sont étonnés par l’incapacité des kurdes à se battre en milieu urbain et par le choix apparament irrationel sur le plan militaire des frappes aériennes US visant sinon à détruire Daech du moins l’amoidrir pour qu’elle soit à la portée des forces rivales dans cette ville.

Strategika51

Source de l'article : Diversion tactique en Syrie septentrionale, une nouvelle baie des cochons en préparation

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Les états-unis et leurs alliés se préparent-ils à envahir la Syrie ?...   Jeu 20 Nov - 17:05

Les états-unis et leurs alliés se préparent-ils à envahir la Syrie ?...

Alors que Washington prétend avec opiniâtreté lutter contre le terrorisme international
représenté par ISIS en Syrie et en Irak, la Maison Blanche est en réalité en train de préparer activement
une opération afin de renverser Bachar-al-Assad à Damas...



~ La Syrie se prépare en cas d'attaque américaine (Belga via 7sur7.be) ~

Le président Obama a ordonné l’envoi en Irak de 1500 hommes pour entraîner l’armée irakienne et les Peshmergas kurdes dans le cadre de la guerre contre ISIS. Les 50 premiers soldats sont déjà arrivés dans le Kurdistan irakien. Une question se pose cependant : les soldats américains ont-ils été envoyés en Irak pour lutter contre ISIS ou pour préparer une base arrière dans le cadre d’une invasion de la Syrie ? Particulièrement si vous prenez en compte le fait qu’une semaine auparavant, le leader des Peshmergas du Kurdistan irakien, M Barzani, s’est rendu dans la ville de Kobané par la Turquie, ville assiégée par les forces d’ISIS sur le sol syrien. Barzani est connu pour être un allié des américains sur lequel ceux-ci ont misé afin de créer un Kurdistan irakien, et éventuellement un Kurdistan syrien. Ainsi, et devant l’insistance de Washington, Ankara a finalement autorisé les combattants kurdes à traverser son territoire. Dans le même temps, une route logistique permanente a été ouverte pour les combattants kurdes à travers la Turquie.

Silvia Cattori a écrit:

(...) Vérités bafouées mettant en accusation les élites politiques et médiatiques qui, depuis 2011, dans leur parti pris contre Bachar el-Assad, ont menti par omission, délibérément masqué les atrocités perpétrées par les « rebelles », ignoré les souffrances que le peuple syrien endurait. Il est indécent de les entendre aujourd’hui parler de l’EIIL comme d’un phénomène circonscrit qui, en Syrie, ne frapperait que les Kurdes de Kobané. Il est indécent de les entendre affirmer que le président Assad est « l’allié objectif des terroristes de l’EIIL » alors que son armée et le peuple syrien n’ont cessé de les combattre au prix de nombreuses pertes. (...)

~ Syrie: Une guerre programmée dès le départ... (Flashback 2012)(Arrêt sur Info) ~

Un autre point important est le basculement du centre de gravité de la lutte contre ISIS dans le secteur syrien. Les combats en Irak sont en effet entrés dans une phase beaucoup moins intense. Avec la participation active des états-unis, Riyad et Ankara ont équipé massivement un segment de l’opposition syrienne armée constitué du groupe islamiste pro-saoudien « Front-Al-Nosra» et des restes de l’Armée Syrienne Libre. La possibilité pour ce groupe d’obtenir un soutien aérien de la part de la Turquie et de l’Arabie Saoudite, est actuellement sérieusement étudiée. Les armées des deux pays effectuent déjà des vols de reconnaissance réguliers sur le territoire syrien.

Selon des rapports récents, le scénario militaire contre Damas serait mis en oeuvre immédiatement après l’achèvement de l’armement et de l’entraînement de la nouvelle « opposition syrienne » et la stabilisation de la situation à Kobané. Tout cela renvoie aux précédentes tentatives des américains, saoudiens et turques, de renverser le régime de Bachar-al-Assad, sous le prétexte de lutter contre ISIS. Ce n’est pas un hasard si les occidentaux ont défendu à l’ONU un nouveau projet de résolution autorisant la lutte contre ISIS en Irak et en Syrie. Les médias étrangers ont déjà commencé un travail actif de préparation de l’opinion publique dans ce sens. Le principal frein à l’adoption de cette résolution est une nouvelle fois la position de Moscou et Pékin. Il y a là une tentative de répéter la « version libyenne » de la légitimation d’une intervention militaire étrangère et d’établir une « zone d’exclusion aérienne » au dessus du territoire syrien sans laquelle la poursuite des plans américains, turques, et saoudites, sera très compliquée en Syrie.


~ Le nouveau plan de « Regime Change »: attaquer Damas par le sud (Moon of Alabama via Oulala Info) ~

La position de Téhéran, qui a une influence certaine à Damas et est capable de fournir une assistance militaire à Assad, est extrêmement importante. Mais les iraniens manœuvrent de manière à maintenir leur relation privilégiée avec Damas en même temps qu’ils doivent faire des concessions sur leur programme nucléaire durant les négociations qui se tiennent à Oman. Le point positif c’est que l’Iran est en train de créer rapidement un analogue irakien moderne du corps de la Garde Révolutionnaire Iranienne, le noyau de la future résistance anti-américaine, l’armée du Mehdi. Cela montre que l’Iran n’a pas l’intention de laisser tomber les chiites d’Irak et de Syrie face aux états-unis et à l’Arabie Saoudite. En ce qui concerne ISIS, son potentiel militaire s’élève à 45 000 combattants parmi lesquels 10 à 12 000 étrangers représentant l’ensemble des pays arabes. Parmi ceux-ci, il y a une majorité de djihadistes venant d’Arabie Saoudite. L’élimination d’une telle structure militaire par une opération terrestre nécessitera le déploiement en Irak de 100 à 120 000 soldats américains. Barack Obama souhaite obtenir l’autorisation du congrès pour conduire une opération terrestre, alors qu’il a perdu la majorité après les dernières élections. Maintenant qu’il est devenu un « canard boiteux », le président américain essaie de partager les risques d’une intervention avec ses rivaux aux états-unis, mais les républicains tomberont difficilement dans ce piège.


Why the United States Shouldn't Enter the Civil War—But Why It Might Anyway
~ Staying Out of Syria (Steven Simon, Foreign Affairs) ~

Le fait alarmant c’est que lorsqu’elle évoque cette opération terrestre, la Maison Blanche mentionne toujours la Syrie, alors même que le gros des forces d’ISIS se trouve toujours en Irak. Nous pouvons donc y voir une tentative d’Obama pour réaliser les projets US de renverser le régime de Bachar-al-Assad sous le prétexte de lutter contre les islamistes, spécialement parce que dans « l’option syrienne », les américains pourront compter sur le fait qu’une opération terrestre sera majoritairement composée de troupes turques et saoudites, qui se préparent activement pour un tel scénario. De plus, une analyse de la situation politico-militaire en Syrie montre que les principaux combats entre le gouvernement et l’opposition armée ont eu lieu durant le mois d’octobre et début novembre sur quatre fronts : dans la banlieue de Damas, dans les régions de Quneitra et Deraa au sud du pays, dans la région d’Hama au nord, et dans la région d’Alep. Les troupes gouvernementales ont beaucoup de difficultés à soutenir des batailles simultanées sur différents fronts. Cela est dû à des pertes humaines importantes durant les trois années de la guerre civile aussi bien qu’à des pertes en matériel importantes. Au début du conflit, l’armée syrienne comptait 320 000 soldats, elle n’en compte plus que 175 000. Les 140 000 personnels perdus comprennent les morts, les blessés, et les déserteurs. De plus, toutes les unités de l’armée n’ont pas été engagées. Une partie significative est utilisée pour garder les frontières avec la Turquie et Israël et pour tenir les zones arrières. Il y a également 120 000 soldats des forces nationales d’auto-défenses engagés aux côtés des troupes régulières, mais leurs capacités militaires sont limitées.


Thierry Meyssan - "Syrie : Laurent Fabius... par zapataguevara

Les troupes régulières ont cependant obtenu des succès significatifs dans la banlieue de Damas mais ont échoué à repousser les islamistes dans la province d’Idlib. En outre, le 27 octobre, les militants de « l’état islamique » ont réussi à s’introduire dans la ville et à s’en assurer le contrôle des deux tiers. Elle est devenue la seconde plus grande ville de Syrie, après Raqqa, à tomber aux mains des djihadistes. La ville a une population de 200 000 habitants et est située entre Alep et la côte méditerranéenne. De manière générale, ni les forces gouvernementales ni l’opposition armée n’ont les capacités pour faire basculer la situation militaire en leur faveur, ce qui ouvre la voie à des forces ouvertement extrémistes comme ISIS. Le chef de guerre pro-saoudien Zahran Alloush est actuellement activement promu par ses sponsors comme un candidat islamiste « modéré » afin de prendre la tête de l’opposition armée, et ce en dépit du fait qu’il ne collabore pas uniquement avec le groupe terroriste « Front-Al-Nosra», mais qu’il se distingue aussi par son engagement dans le salafisme radical. Typiquement, dans les batailles contre les troupes gouvernementales, les moudjahidines de la faction dite « modérée » « Harakat al-Hazm », sponsorisée par Washington et qui a reçu au printemps de cette année des missiles anti-char des services secrets américains, ont combattu aux côtés des djihadistes de « Jaish al-Muhajireen » sous le commandement du chef tchétchène Omar al-Shishani, qui a prêté allégeance à Al-Qaïda.



Belga a écrit:

La Turquie et les Etats-Unis ont finalisé leur accord en vue d'équiper et d'entraîner sur le sol turc environ 2.000 combattants de l'opposition syrienne modérée au régime de Damas, a rapporté samedi le journal Hürriyet Daily News. L'entraînement de ces forces de l'Armée syrienne libre (ASL) devrait débuter "à la fin décembre" au centre d'entraînement de la gendarmerie de Kirsehir (centre), à environ 150 km au sud-est de la capitale Ankara, a ajouté le quotidien turc de langue anglaise sur la foi de sources non identifiées. La formation de ces hommes de l'ASL sera dispensée par des militaires turcs et américains mais leur équipement et le coût de leur entraînement seront entièrement pris en charge par les Etats-Unis. (...)

~ La Turquie et les USA vont former 2.000 opposants syriens (7sur7.be) ~

Lorsque le « Front-Al-Nosra » a capturé un certain nombre de régions dans la province d’Idlib et s’est rapproché de la frontière turque, parmi les 5000 hommes de « l’opposition syrienne armée modérée » envoyés pour lui faire face, certains ont rejoint ses rangs et d’autres ont gagné la Turquie, ce qui a constitué un nouvel échec des états-unis au moyen-orient. Six mois auparavant, Washington avait décidé de créer un nouveau mouvement d’opposition armée « laïc » en Syrie, qui était sensé contrer le pouvoir éclatant des islamistes du « Front-Al-Nosra » et de « l’état islamique ». 500 millions de dollars US ont été alloués dans ce but, et la majeur partie de cet argent a été effectivement dépensé. Après la reddition de cette nouvelle faction militaire à Idlib il est devenu clair que toute l’opération était un échec. Comme vous le savez, en août de cette année, les états-unis, la Turquie, l’Arabie Saoudite et la Jordanie, ont mis en place plusieurs camps d’entraînement en Turquie destinés à la formation de nouveaux groupes armés. Les grandes lignes de la stratégie poursuivie sont claires : donner un nouvel élan militaire à l’opposition syrienne avec des milices contrôlées par Riyad et Ankara. Si la Turquie était à la manœuvre derrière l’ancienne « armée syrienne libre » maintenant disparue, les saoudiens disposent toujours du « Front-Al-Nosra » qu’ils ont créé. La prise de contrôle de la frontière dans la région d’Idlib s’inscrit dans ce schéma en permettant la création d’un corridor destiné à la reconstitution logistique de ces unités de l’opposition. Elles peuvent agir avec le soutien aérien de plusieurs hélicoptères pris à l’armée régulière syrienne. En réalité ces hélicoptères serviront de plus en plus de couverture aux avions de combat de l’Arabie Saoudite de la Turquie et des Emirats Arabes Unis qui coordonnent les opérations aériennes depuis une de leur base en Turquie.


~ (Flashback) La Turquie prête à déclencher un conflit avec la Syrie... (FYI) ~

Il n’y a donc rien d’inattendu dans la capture de cette région frontalière par les islamistes. Les saoudiens poursuivent leurs objectifs. La CIA, avec l’aide des services secrets jordaniens, prépare activement la renaissance du groupe islamique « Junud al-Sham », en le convertissant en force militaire indépendante, qui est maintenant composé de volontaires jordaniens dont la plupart sont d’anciens soldats de l’armée nationale jordanienne. Washington, malgré sa rhétorique anti-islamique, travaille activement dans le même sens que les saoudiens. La phase préparatoire de l’agression contre Assad par les saoudiens et les turques, sous le couvert d’une « nouvelle » opposition syrienne, a bel et bien commencé.

Alexander Orlov

~ Traduction de Ender pour Les Moutons Enragés ~

Source originale de l'article :
The US and its Allies are Preparing to Invade Syria (New Eastern Outlook)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: La France aurait armé les rebelles syriens malgré l'embargo...   Jeu 7 Mai - 10:29

La France aurait armé les rebelles syriens malgré l'embargo...

La France a livré en secret des armes offensives aux djihadistes syriens en 2012
en dépit d’un embargo européen en vigueur depuis 2011, assure un ouvrage intitulé
« Dans les coulisses de la diplomatie française » à paraître le 13 mai...




Silver Wisdom a écrit:

(...) Il faut savoir que l'UE a pris la décision visant à instaurer des mesures restrictives à l’encontre de la Syrie et des personnes responsables des violentes répressions menées contre la population civile dans le pays. Si cet embargo existait, alors comment expliquer que la France avait décidé de le contourner côute que côute en 2012. De plus il semblerait que tous les membres de l'UE ne soit pas sur la même longueur d'onde. Si Londres, Paris et Rome semblent favorables à la livraison d'armes aux rebelles, plusieurs pays, dont l'Allemagne, hésitent à franchir le pas. Au lendemain de la déclaration de David Cameron en faveur d'armer les rebelles, Sergueï Lavrov, depuis Londres, a indiqué qu'une telle décision irait à l'encontre du droit international. (...)

~ Paris et Londres veulent livrer des armes aux rebelles syriens (Nombreux liens)(Le Dormeur doit se Réveiller)(Mars 2013) ~

« Nous avons commencé quand nous avons eu la certitude qu’elles iraient dans des mains sûres. Pour les armes létales, ce sont nos services qui ont procédé aux livraisons », a déclaré le président français François Hollande à l’auteur de l’ouvrage, Xavier Panon, lors d’un entretien en mai 2014. Selon ce journaliste, spécialiste des questions diplomatiques et militaires, la France a remis aux rebelles syriens en guerre contre le pouvoir syrien des canons de 20 mm, des mitrailleuses de 12,7 mm, des lance-roquettes et des missiles antichars. Les livraisons entamées au deuxième semestre 2012 ont été irrégulières et visaient plus à aider la rébellion que d’avoir un impact décisif en changeant le cours de la guerre, selon l’auteur. Grand nombre des armements livrés à la milice pro occidentale de l’Armée syrienne libre ont été retrouvés entre le mains des miliciens takfiristes jihadistes d’al-Qaïda, dont le front al-Nosra. A l’époque, un embargo européen sur les armes était en vigueur depuis juin 2011. Il a été levé le 29 mai 2013. Jusqu’à présent, la France n’avait admis officiellement que des livraisons d’armes dites non létales (n’ayant pas vocation à tuer) aux rebelles, des gilets pare-balles ou des lunettes de visée nocturne.



Jean-François Goulon a écrit:

(...) Permettez-moi de vous dire que vous commettez une erreur magistrale et même de douter de votre sincérité. L'enquête de l'ONU en cours n'a toujours pas démontré l'origine certaine de ces frappes chimiques, tandis que les services secrets russes et d'autres intervenants de l'opposition syrienne (par exemple Haytahm Manna, de l'opposition syrienne non-armée) ont développé des arguments tangibles impliquant une utilisation d'armes chimiques lancées par un groupe proche d'al-Qaïda à l'aide de missiles artisanaux.

Vous ne parviendrez jamais à convaincre tous les Français, dont une bonne partie de vos électeurs, de vos bonnes intentions humanitaires. Tous les initiés savent que les interventions humanitaires cachent systématiquement un agenda politique et géopolitique où les valeurs humaines n'ont que peu d'importance par rapport à la "raison d'Etat" qui bien souvent ne se rapporte qu'à la protection d'intérêts particuliers. (...)


~ Syrie : Lettre ouverte à François Hollande (Jean François Goulon via Questions Critiques)(Août 2013) ~

Pour ces livraisons secrètes, « nous avons dû nous entourer d’un maximum de garanties », a indiqué à l’auteur sous couvert d’anonymat un témoin, en évoquant l’effacement de toute trace d’origine des armes et la mise en place d’une chaîne politico-militaire donnant « toute assurance de contrôle et de destination finale sûre ».

De Nicolas Sarkozy (2007-2012) à François Hollande, entré en fonctions en 2012, l’ouvrage revient sur une série d’avancées et de reculades diplomatico-militaires, alimentées par des citations des acteurs impliqués dans la vie diplomatique et militaire française (outre le chef de l’Etat, des ministres, des conseillers…). Parmi les épisodes abordés, figure celui évoquant la préparation avortée à la fin de l’été 2013 de frappes aériennes contre le régime syrien. L’ouvrage évoque certaines cibles alors retenues, le « service de renseignement de l’armée de l’Air syrienne qui contrôle le système chimique », et souligne, en citant un conseiller, que l’action aérienne dont n’ont finalement pas voulu les Etats-Unis, avait un double objectif: changer la « donne politique » en Syrie et déstabiliser la Russie, soutien de Damas, pour qu’elle change son approche du conflit.

Al Manar

Source de l'article : La France arme les terroristes. Ensuite elle vote des lois pour les combattre ? (Al Manar via Arrêt sur Info)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les ennemis de la Syrie ne s’arrêteront pas sur le sentier de la guerre   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les ennemis de la Syrie ne s’arrêteront pas sur le sentier de la guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Intuition :: Guerres et Conflits :: Moyen et Proche Orient-