Follow Your Intuition

L'intuition est la vision anticipée d'une vérité : hypothèse pour le savant, rêverie pour le poète (Lucien Arréat)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour un supplément de liberté, pour un complément de fraternité et pour un mouvement vers l’égalité…
Rien de tel qu’un masque pour manifester dignement son mécontentement. Sans violence et en silence, s’il vous plaît... (Le Journal de Personne)

Partagez | .
 

 Un article qui remet en cause le fondement de la pensée du FMI...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 49
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Un article qui remet en cause le fondement de la pensée du FMI...   Ven 2 Sep - 11:43

Un article qui remet en cause le fondement de la pensée du FMI...

Dans un article signé de trois de ses économistes,
le FMI estime que les politiques “néolibérales” ont été “survendues”,
notamment l’ouverture des marchés de capitaux et les politiques d’austérité. Un tournant ?...



~ Neoliberalism: Oversold? (Jonathan D. Ostry, Prakash Loungani, and Davide Furceri, Finance & Development)(Juin 2016) ~

Dans les années 1980, le FMI était le bras armé de la révolution libérale qui avait commencé sous l’influence des penseurs monétaristes lors de la décennie précédente. L’institution promouvait partout où elle allait les mêmes politiques : réduction de la taille de l’Etat, excédents budgétaires, déconstructions des politiques sociales, privatisations massives et ouvertures des marchés. Ces politiques ont même été connues sous le nom de « consensus de Washington » en référence au siège du FMI. Cette tradition vacillerait-elle ? Le FMI serait-il sur le point de prendre conscience de ses erreurs passées ? Alors qu’il lutte actuellement avec l’Eurogroupe pour en finir avec le songe de la « soutenabilité de la dette grecque » grâce à des excédents budgétaires primaires gigantesques et infinis, le Fonds vient de publier ce jeudi 26 mai un article dans son magazine Finance & Development qui remet en cause la toute-puissance des recettes « néolibérales ».

Dans cet article titré « Le néolibéralisme est-il survendu ? », les trois auteurs, Jonathan Ostry, Prakash Loungani et Davide Furceri, tous trois économistes à la section de recherche du FMI, soulignent les effets négatifs de deux types de politiques longtemps soutenues par le FMI : l’ouverture du marché des capitaux et les politiques d’austérité et de privatisations. Certes, le texte souligne qu’il existe « beaucoup de raisons de se réjouir à propos de l’agenda néolibéral », citant le développement des économies émergentes, la sortie de la pauvreté de millions de personnes et la meilleure efficacité des services fournis. Mais le texte cherche clairement à corriger l’idée d’une solution miracle et insiste sur les effets néfastes des politiques néolibérales.


~ Brève histoire du néolibéralisme (Editions Les Prairies Ordinaires)(Avril 2014) ~

Robert Laplante, directeur général de l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC) a écrit:

« C’est évident que le néolibéralisme sert d’abord de puissants intérêts qui tiennent à ce qu’il demeure l’idéologie dominante.De plus, depuis la chute du mur de Berlin, donc du communisme et du socialisme, il n’existe pas de doctrine de rechange unifiée qu’on pourrait opposer au néolibéralisme. Les solutions de rechange sont plus ou moins expérimentales, plus éclatées aussi, ce qui pour le moment laisse le champ plutôt libre au néolibéralisme. (...) Il n’y a pas qu’un seul capitalisme, car le capitalisme varie selon les nations et l’espace que celles-ci laissent à l’intervention de l’État dans l’économie. Un second facteur qui vient modifier la pratique du capitalisme est la tolérance d’une nation aux inégalités. Par exemple, les États-Unis sont plus tolérants aux inégalités que ne le sont la France ou le Québec, deux nations qui se sont donné un filet de protection sociale et où l’arbitrage des débats sociaux n’est pas seulement guidé par les rapports marchands. »

~ Des solutions de rechange au néolibéralisme économique (Pierre Vallée, Le Devoir)(Août 2014) ~

Sur l’ouverture des marchés de capitaux, l’article souligne combien le lien entre ce phénomène et la croissance est un lien complexe. Si les investissements directs étrangers sont clairement favorables au développement économique, il n’en va pas de même d’autres flux financiers comme les flux bancaires, les flux spéculatifs à court terme (« hot money ») ou les flux purement de portefeuilles. Ces flux financiers alimentent des bulles qui débouchent sur de la volatilité et des crises. « Depuis 1980, indique l’article, il y a eu 150 épisodes de forte hausse des flux entrants de capitaux dans plus de 50 économies émergentes (…) et dans 20 % des cas, ceci s’achève par une crise financière qui, souvent, débouche sur un recul de la production ». Pour les économistes du Fonds, « l’ouverture accrue au marché des capitaux figure en permanence comme un facteur de risque ». Le FMI souligne aussi le biais distributif de ces flux de capitaux qui accroissent les inégalités et donc pèsent sur la croissance, notamment lorsqu’un krach survient. Au final, les économistes jugent même que le contrôle des capitaux, avec le taux de change et la réglementation financière, peut être une « option viable quand la source d’une hausse insoutenable du crédit vient directement de l’étranger ».

Les économistes passent ensuite aux politiques d’austérité. Tout en défendant l’idée d’une nécessaire consolidation budgétaire lorsque le pays est menacé de perdre son accès au marché, ce qui semble justifier les politiques menées en Europe du sud depuis 2010, les auteurs soulignent qu’une dette élevée n’est pas toujours un problème pour la croissance, notamment lorsque le pays dispose d’une bonne réputation et n’est pas menacé de perdre cet accès, la réduction de la dette à tout prix « semble avoir un bénéfice remarquablement faible » en termes d’assurance contre les futures crises budgétaires. Passer d’une dette de 120 % du PIB à 100 % du PIB apporterait bien peu pour les économistes. L’élément le plus intéressant est que le FMI souligne ici que « la mise en garde contre une politique de recette qui vaut pour tous est justifiée ». Or, c’est cette politique qui a été menée en Europe entre 2010 et 2013.

Le FMI a écrit:
(...) Avec ses activités de conseil, de financement et d’assistance technique, le FMI est très présent en Europe. Il travaille à la fois de manière indépendante et, dans les pays de l’Union européenne (UE), en coopération avec les institutions européennes, telles que la Commission européenne (CE) et la Banque centrale européenne (BCE). Dès le début de la crise financière mondiale en 2008, le FMI a intensifié ses travaux en Europe puis les a encore accélérés au milieu de 2010 lorsqu’a éclaté la crise de la zone euro. (...)

~ Le FMI et l’Europe (Fond Monétaire International)(pdf, MàJ Avril 2015) ~

Arté a écrit:

Pour obtenir les prêts dont ils ont besoin pour faire face à la crise, les Etats européens doivent se soumettre aux exigences de trois institutions phares qui forment la troïka : le Fonds monétaire international (FMI), la Commission européenne (CE) et la Banque centrale européenne (BCE). Ce sont des hauts fonctionnaires, agissant sans aucun contrôle parlementaire, qui prennent les décisions, que les gouvernements doivent ensuite exécuter. Pour mieux comprendre ce processus, le journaliste économique allemand Harald Schumann s’est rendu en Irlande, en Grèce, au Portugal, à Chypre, à Bruxelles et aux États-Unis. Voici une enquête édifiante sur le rôle controversé de cette troïka.


~ Puissante et incontrôlée la troïka - Documentaire 2015 (Chaîne YT de Paulo Coimbra)(Février 2015) ~
Si le lien venait à disparaître : Cliquez Ici

Les auteurs remarquent ensuite que l’intérêt de l’austérité doit prendre en compte son coût. Or, ils insistent sur le fait que ce coût est très élevé. Le texte nie l’existence de la « consolidation budgétaire favorable à la croissance », chère à Jean-Claude Trichet, ancien président de la BCE et nouveau membre du Conseil européen du risque systémique. « En pratique, les épisodes de consolidations budgétaires ont été suivies par un recul plutôt que par une hausse de la production », explique le texte qui quantifie cet effet : toute consolidation de 1 % du PIB conduit à une hausse de 0,6 point du taux de chômage à long terme et à une hausse de 1,5 point du coefficient de Gini qui estime les inégalités. Bref, le FMI découvre les multiplicateurs budgétaires et le manque de sérieux de la théorie de l’équivalence ricardienne.

Malgré les appels à la prudence des auteurs, ce texte semble prouver que le FMI s’interroge sur ses fondements théoriques. Son attitude face à la crise grecque semble le confirmer. Le changement ne se fera sans doute pas en un jour, mais cet aggiornamento semblait in fine nécessaire.

Romaric Godin

Source de l'article : Quand le FMI critique le néolibéralisme... (La Tribune)(Mai 2016)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
 

Un article qui remet en cause le fondement de la pensée du FMI...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un bel article de journal
» article 21 avril Journal de Québec
» Article dans le journal L'Oeil Régional
» L'article 6.1 (les fiches d'assiduité) HELP!
» Comment une jeunette de 12 ans remet à leur place les dirigeants du monde à l'ONU

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Intuition :: Les Institutions Financières :: Le Fond Monétaire International-