Follow Your Intuition

L'intuition est la vision anticipée d'une vérité : hypothèse pour le savant, rêverie pour le poète (Lucien Arréat)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour un supplément de liberté, pour un complément de fraternité et pour un mouvement vers l’égalité…
Rien de tel qu’un masque pour manifester dignement son mécontentement. Sans violence et en silence, s’il vous plaît... (Le Journal de Personne)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 Ce monstre insatiable qui est en train de mener une lutte acharnée pour le pouvoir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Ce monstre insatiable qui est en train de mener une lutte acharnée pour le pouvoir...   Ven 20 Mai - 11:01

Ce monstre insatiable qui est en train de mener
une lutte acharnée pour le pouvoir...


C’est une sorte d’hydre à plusieurs têtes ; avant on l’appelait « GAFA »
pour « Google, Apple, Facebook, Amazon » mais d’autres têtes lui ont poussé depuis…
Twitter, Netflix, Uber… Et puis il y a toujours Monsanto, Total, Goldman Sachs,
et quelques autres encore… mais elles ne sont pas tant que ça en définitive...



~ Le Minotaure planétaire (L’ogre américain, la désunion européenne et le chaos mondial)(Yanis Varoufakis, Les Editions du cercle)(Décembre 2014)~

Sauf que ce monstre insatiable est en train de mener une lutte acharnée pour le pouvoir, et ce sur deux fronts en même temps : contre les citoyens bien sûr (les lanceurs d’alerte vous le confirmeront !), mais aussi contre les Etats qui refusent de se soumettre à leurs exigences, ou ne le font pas assez vite. On soupçonnait bien qu’un jour les financiers finiraient par se confronter aux politiques , inévitablement: leurs intérêts divergent à partir du moment où la compromission du pouvoir politique par le pouvoir financier commence à être rendue publique (Luxleaks, Panama papers pour ne citer que les affaires les plus récentes). Internet, et sa force de frappe planétaire, est un danger pour tous les tricheurs qui veulent rester discrets : c’est pour cela qu’ils poussent les politiques à adopter, pour leur propre sécurité mutuelle, des mesures restrictives sur tout ce qui concerne les libertés sur internet ; le terrorisme étant le biais idéal pour faire passer la fin des libertés sur internet comme un sacrifice difficile, mais nécessaire, à accepter.

Sacrifice qui s’ajoute à ceux exigés par les politiques quand les financiers commandent des lois aux politiques qui les servent (et se servent eux-mêmes au passage)… Contraints de faire passer la pilule auprès des peuples qui ne sont pas toujours d’accord (ce qui ajoute une raison de contrôler internet !), nos hommes politiques sont parfois quelque peu réticents à risquer leur place pour quelques accommodements avec leurs convictions. Regardez le TAFTA : des dispositions légales impliquant une égalité de pouvoir entre une entreprise et un Etat pose des problèmes à tous : les politiques rechignent à signer par peur du peuple qui doit continuer de les élire, tandis que les entreprises payent des sommes considérables pour obtenir ces signatures. Même si au bout du compte ces accords seront adoptés bon gré mal gré, le temps et l’argent perdu par les multinationales pour obtenir la légalisation de leurs comportements immoraux les empêche d’avancer comme ils veulent… d’autant que ces traités sont sujets à changements au gré des alternances gouvernementales.



Pepe Escobar a écrit:

(...)De façon prévisible, la Commission européenne infestée de lobbies défend farouchement le TAFTA, soulignant qu'il pourrait apporter des bénéfices s’élevant à 150 milliards de dollars par an à l'économie de l'Union européenne, et augmenter les exportations de voitures de 149%. De toute évidence, il ne faut pas s’attendre à ce que la Commission fasse un lien entre ces « exportations de voitures » et une invasion de l'Europe, par les OGM et menée par les USA. Au moins, certaines nations se sont enfin réveillées de leur sommeil (induit par le lobby des entreprises). Le secrétaire d'Etat au Commerce extérieur en France, Matthias Fekl, a déclaré que les négociations sur un « mauvais accord » devraient cesser. Il est allé au cœur de la question, blâmant l'intransigeance de Washington : « Il ne peut pas y avoir d'accord sans la France, et encore moins contre la France ». Perpétuellement inefficace, le président François Hollande, pour sa part, a menacé de bloquer complétement l'accord. Il y a trois ans, Paris avait déjà obtenu une exemption pour l'industrie du cinéma français la protégeant d’un « engloutissement » par Hollywood. Maintenant, il s’agit aussi de la question fondamentale de l'agriculture. Hollande a dit qu'il n’accepterait jamais une « remise en cause des principes essentiels de notre agriculture, notre culture, de la réciprocité pour l'accès aux marchés publics ». (...)

~ En Europe et en Asie, le marché de l’OTAN est voué à l’échec (RT France)(Mai 2016) ~

Quand on pense que certaines entreprises possèdent des ressources financières parfois bien plus importantes que celles d’Etats entiers (dettes comprises !) on est en droit de se demander si des pays entiers ne pourront pas être définitivement achetés par une entreprise, un peu comme dans « les condamnés à mort », un livre que j’ai découvert il y a peu, écrit en 1920 par « Claude Farrère ». Ainsi ils supprimeraient les intermédiaires gênants qui ralentissent le bon déroulement des affaires. Du coup se pose également la question de la démocratie : ne nuirait-elle donc pas aux affaires ? Alors que la Chine rachète tout ce qu’elle peut de par le monde, la démocratie devrait-elle empêcher « l’Occident » de continuer de vivre dans l’opulence ? Cette façade idéologique marque bien toute l’hypocrisie de ce genre de discours, alors que ce sont ces mêmes Apple, Facebook ou Amazon qui exploitent le travail de ces Chinois, dont les plus corrompus gagnent des fortunes. C’est qu’en réalité il n’y a pas de combat entre le nord et le sud, pas plus qu’entre l’est et l’ouest. Le combat est celui des riches contre les pauvres. A l’heure où il est de bon ton de s’alarmer du climat, de la surpopulation, des terroristes, de la pollution, on peut se demander si l’on essaye pas de nous faire peu à peu comprendre qu’il n’y a pas de place pour tout le monde, et que par conséquent on ne gardera que « les meilleurs »… Ce qui se passe actuellement est une offensive directe de la part de quelques entreprises géantes qui ne veulent plus se laisser emmerder par la démocratie, même fictive. Ils veulent lever le rideau et prendre les commandes en direct. Quitte à imposer la dictature.

Le mouvement de concentration des médias et leur rachat malgré leur faible rentabilité montre également à quel point la bataille de l’opinion doit quand même leur être acquise avant de donner l’assaut final. Prêts à dépenser des milliards pour obtenir nos données, pour nous faire voir le monde à leur manière, ils désirent contrôler ce que nous avons le droit de savoir ou de ne pas savoir, ce que nous devons vouloir ou ne pas vouloir, afin de continuer à nous vendre leurs produits, ainsi que leur idéologie : soyez les meilleurs, sinon vous n’aurez pas votre place parmi les « élus ». Cette concentration constitue la dernière étape du système capitaliste, qui pourrait conduire au rachat de pays entiers par des multinationales qui gèreront les peuples à la manière de leurs entreprises, avec les moyens techniques de surveillance et de contrôle dont ils disposent. Les riches ont pris l’ascendant et sont bel et bien en train de gagner la lutte des classes. Leur puissance a atteint de tels sommets qu’il est désormais impossible de leur faire entendre raison : too big too fail, un point c’est tout !


~ Prediction: Economic Collapse, Civil Unrest in America by 2016 (Selwyn Duke, The New American)(Novembre 2014) ~
~ British Spymaster Fears The EU Has "Run Its Historical Course"; Warns Of "Populist Uprising" (Tyler Durden, Zero Hedge)(Mai 2016) ~

Brandon Smith a écrit:
(...) Dans notre système interdépendant à l’Ouest, où plus de 80 % de la population a été domestiquée et est psychologiquement incapable d’autonomie, il est très probable qu’une perturbation des chaînes et des services d’approvisionnement normaux entraînerait une pauvreté et une mortalité considérable. Une telle menace amènerait invariablement les gens effrayés et non préparés, à demander des contrôles accrus du gouvernement pour qu’ils puissent revenir au niveau de confort auquel ils se sont habitués à l’intérieur de la matrice. Un facteur important à noter, sont les justifications que les globalistes vont offrir pour une centralisation accrue et le contrôle mis entre les mains de quelques-uns. Dans mon article, The Linchpin Lie: How Global Collapse Will Be Sold To The Masses, j’étudie le récit habile du membre de la Rand Corporation John Casti et sa Théorie Linchpin. Dans la théorie de Casti (plus de la propagande que de la théorie), l’effondrement est inévitable pour ce qu’il appelle les « systèmes trop complexes ». Plus les éléments sont indépendants au sein d’un système, plus il y a de chances pour que des événements imprévisibles mènent à la supposée catastrophe. Ostensiblement, la solution serait de rationaliser tous les systèmes et d’éliminer les radicaux libres. Autrement dit, la centralisation complète est la réponse. Quelle surprise. (...)

~ Comment l’économie mondiale va sortir du « Grand Reset »? (Alt Market via Vers où va-t-on?)(Mai 2016) ~

De leur point de vue, c’est d’une logique imparable : de la même manière que Monsanto achète petit à petit toutes les entreprises qui produisent des semences « non-OGM » afin de les empêcher de « nuire aux affaires », chaque multinationale dominante désire racheter ses concurrents pour les rendre inoffensifs. Toutes les barrières réglementaires qui contraignent leur puissance est un ennemi à abattre. Et la démocratie nuit aux affaires. Comme l’écologie et les journalistes, ou les droits sociaux. Tant que l’on ne remettra pas en cause l’idéologie qui érige la rentabilité en valeur supérieure à toutes les autres il ne peut y avoir ni démocratie ni écologie ; mais il y aura des guerres, et de la misère aussi. Car dans un monde où la rentabilité est la valeur supérieure, il n’y a pas de limite à l’exploitation de l’homme.

Caleb Irri

Source de l'article : La fin des Etats ? (Les Pensées Doubles de Caleb)(Mai 2016)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
 

Ce monstre insatiable qui est en train de mener une lutte acharnée pour le pouvoir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Streety, je prends ou pas?
» stage de conduite avant l'Algérie !!
» le petit train chez malala et c'est parti pour l'aventure
» 1847 - Train Rouen-Le Havre, PAILLETTE, Tremblement de terre ...
» Procès suite au blocage du train de déchets nucléaires italiens

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Intuition :: Economie Mondiale :: Mondialisation-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet