Follow Your Intuition

L'intuition est la vision anticipée d'une vérité : hypothèse pour le savant, rêverie pour le poète (Lucien Arréat)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour un supplément de liberté, pour un complément de fraternité et pour un mouvement vers l’égalité…
Rien de tel qu’un masque pour manifester dignement son mécontentement. Sans violence et en silence, s’il vous plaît... (Le Journal de Personne)

Partagez | .
 

 Comment parler de manière équilibrée et objective du "conflit" israélo-palestinien...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Comment parler de manière équilibrée et objective du "conflit" israélo-palestinien...   Sam 24 Oct - 12:04

Comment parler de manière équilibrée et objective
du "conflit" israélo-palestinien...


Voici le dictionnaire de Majed Bamya, diplomate palestinien qui analyse,
définit les mots les plus fréquemment utilisés dans les médias et par les politiques occidentales
pour qualifier la tournure actuelle du conflit israélo-palestinien...




David Hearst a écrit:

(...) Les citoyens palestiniens d’Israël ont pris part à des protestations au début de la seconde Intifada, mais celles-ci ont été éphémères. Les « Palestiniens de 1948 » n’ont pas été au premier plan de protestations populaires depuis la Journée de la Terre, en 1976. Le 30 mars 1976, des milliers de Palestiniens de la région septentrionale du Triangle avaient marché pour protester contre l’expropriation de vastes étendues de terres dans le cadre d’une politique ouvertement déclarée visant à « judaïser » la zone. Les attaques de la semaine dernière ont eu lieu dans des zones non contrôlées par l’OLP : Jérusalem-Est, Afoula et Tel Aviv. D’autres facteurs interviennent également. C’est la première Intifada dans laquelle lesPalestiniens ne recherchent pas une intervention des États arabes voisins. Peut-être est-ce un signe de notre temps ou du chaos qui entoure les propres frontières d’Israël. Jusqu’ici, la réaction d’Israël à l’intifada a été une perte de confiance vis-à-vis du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et un soutien à des dirigeants encore plus à droite. (...)

~ Une nouvelle intifada pour une nouvelle génération (Middle East Eye)(Octobre 2015) ~

Légèrement modifié sur la forme avant publication, son dictionnaire improvisé permet de mieux comprendre les messages des médias sur les événements de cette région et d’appréhender dans le même temps leurs manipulations sémantiques de manière empirique. Au final, ses définitions féroces et drôles sont accablantes pour certains médias occidentaux dont la couverture orientée fausse les données du conflit avec l’usage de termes au sens tronqué.

• L’Escalade est un terme utilisé par le gouvernement israélien et certains médias dès qu’un Israélien est tué. Le problème est qu’il faut plusieurs centaines de morts palestiniens pour parler d’un début d’escalade de la violence du côté israélien.

• Le mot Civil ne s’applique jamais à un Palestinien, y compris à un enfant. Par contre, il s’applique sans scrupules aux colons armés, aux réservistes de l’armée israélienne et il est sérieusement envisagé d’étendre son utilisation aux soldats d’occupation en exercice.

• La Sécurité est un droit exclusivement réservé aux Israéliens qui permet de tout justifier : bombardements aveugles, massacres, édification d’un mur en plein territoire palestinien, arrestations arbitraires de masse, incursions, exécutions extrajudiciaires, démolitions de maison, et punitions collectives comme le siège imposé à 1,8 million de palestiniens à Gaza.




Antoine Besson a écrit:

(...) À ce jour, l’État hébreu garde donc tout pouvoir sur le développement de la zone C, riche en ressources naturelles et en terres arables. Des logements aux infrastructures de services, la moindre installation devrait en théorie être approuvée par le Coordinator of Government Activities in the Territories Unit (COGAT), l’institution israélienne qui coordonne les activités dans ces territoires. Mais quand les Palestiniens demandent des permis de construire, ils sont rejetés dans 98,5% des cas... (...) « On intervient en zone C car c’est là qu’il y a les populations les plus vulnérables, et une réelle crise humanitaire », explique un diplomate européen. « Israël, en vertu des accords d’Oslo, a gardé la responsabilité de la zone. Mais ils ne fournissent pas les services de base à la population, notamment aux bédouins, qu’ils veulent déplacer pour étendre des colonies, raconte un travailleur humanitaire dont l’ONG bénéficie de fonds européens. Alors on se retrouve à devoir pallier les urgences. Les communautés ont besoin de routes, d’accès à l’eau, d’abris décents… Et nous sommes contraints de faire tout cela sans permis. » Selon la Commission européenne, de 2001 à 2011, les Israéliens ont détruit pour 49 millions d’euros de projets de développement, dont 29 millions en provenance de l’Union européenne et de ses États membres. Quand les bulldozers s’attaquent à des structures de la zone C financées par des bailleurs internationaux, c’est l’argent public de l’aide humanitaire qui part en fumée. Actuellement, selon des sources diplomatiques, plus de deux millions d’euros de fonds européens seraient menacés. (...)

~ Palestine : quand les projets financés par l’Europe partent en fumée,... (Basta!)(Octobre 2015) ~

• L’expression Regain de violence permet de mettre dans le même sac le colonisateur et le peuple occupé en niant les causes pour ne s’intéresser qu’aux effets. Cela permet surtout de dédouaner la puissance occupante de sa responsabilité dans l’irruption de la dite violence.

• Un Territoire palestinien occupé est l’endroit où tout se passe ou presque mais qu’on évoque si peu. Si on parle d’un colon installé illégalement en territoire palestinien occupé, il vaudra mieux parler de civil sans la moindre précision géographique.

• L’Occupation, hein, pas compris ce que c’est. C’est un terme trop complexe qu’il vaut mieux éviter pour ne pas créer davantage de confusion dans l’esprit des bonnes gens. Il est préférable de se contenter d’évoquer les parties ou les Palestiniens ET les Israéliens. Ainsi, les termes "oppression" et "déni des droits" s’appliquent à tous les contextes du monde sauf à celui du Moyen-Orient.




United Nations a écrit:

(...) 6. Les colonies israéliennes continuent à s’étendre et le nombre de colons a quadruplé depuis les accords d’Oslo. Aujourd’hui, le nombre de colons dépasse celui des Palestiniens dans la zone C (61% de la Cisjordanie), zone incluant les ressources naturelles palestiniennes les plus vitales. En tout, 341 000 colons israéliens vivent dans 235 installations de la zone C contre 300 000 Palestiniens. La violence des colons contre les Palestiniens et leur moyens de production continue avec 9 333 arbres détruits ou vandalisés en 2014. Et elle a encore augmentée en 2015 avec encore 5 600 arbres déracinés ou vandalisés en Cisjordanie, rien qu’au mois de janvier.

7. Vers la fin de l’année 2014, les déplacements des Palestiniens et des marchandises à travers la Cisjordanie était gênés par les 490 barrières installées par Israël, dont des postes de contrôle, des barrières routières, des tranchées et ce grand mur de séparation qui traverse les Territoires palestiniens occupés et redéfinit unilatéralement les frontières internationalement reconnues de la Ligne Verte. Gaza reste soumis à un blocus qui l’isole du reste du monde et même de la Cisjordanie qui absorbait 85% de ses exportations avant le blocus. (...)


~ Report on UNCTAD assistance to the Palestinian people... (United Nations, pdf)(Juillet 2015) ~

• La Résistance (à l’occupant s’entend) est apparemment interdite sous toutes ses formes par le droit international pour le seul peuple palestinien. En revanche, elle est pleinement autorisée pour tous les autres peuples du monde. Les Palestiniens ont un traitement de faveur avec pour seul droit d’avoir recours à la négociation.

• Les Négociations sont un processus de dialogue où Israël explique aux Palestiniens, l’arme au poing, toutes les raisons pour lesquelles elle ne peut mettre fin à la colonisation. Dénonçant l’intransigeance palestinienne, la puissance occupante refuse à la fois d’évoquer la perspective de la fin de l’occupation, le retour des réfugiés et un contrôle palestinien sur ses frontières, ou de discuter du statut final de la ville de Jérusalem.

• Le BDS (boycott, désinvestissements, sanctions) : une campagne ayant largement contribué à la fin de l’apartheid est considérée de fait comme une campagne héroïque contre l’apartheid en Afrique du Sud. Par contre, quand cette même campagne vise l’apartheid israélien, elle est clairement assimilée à de l’antisémitisme.



~ Le Boycott des produits Israéliens est considéré comme un acte Antisémite??? (Ian Deitch via FYI)(Février 2014) ~

• La Paix veut dire que les Palestiniens doivent demeurer tranquilles pendant que l’occupation continue et que leurs droits sont quotidiennement violés et leurs terres volées. Toute révolte de ces populations menace en effet les efforts de paix alors que l’occupation et la colonisation sont, elles, tout à fait compatibles avec les efforts de paix.

Majed Bamya

Source de l'article :
Palestine : Le cinglant dictionnaire de Majed Bamya (Média 24)(Octobre 2015) via Le Grand Soir

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
 

Comment parler de manière équilibrée et objective du "conflit" israélo-palestinien...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Intuition :: Guerres et Conflits :: Moyen et Proche Orient-