Follow Your Intuition

L'intuition est la vision anticipée d'une vérité : hypothèse pour le savant, rêverie pour le poète (Lucien Arréat)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour un supplément de liberté, pour un complément de fraternité et pour un mouvement vers l’égalité…
Rien de tel qu’un masque pour manifester dignement son mécontentement. Sans violence et en silence, s’il vous plaît... (Le Journal de Personne)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 L'Info-Scénario de Personne ~ Septembre 2015 ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: L'Info-Scénario de Personne ~ Septembre 2015 ~   Jeu 3 Sep - 9:04

Comment lutter contre le fondamentalisme ?

Notre fondamentalisme logique ou moral ne vaut guère plus,
ni mieux que le fondamentalisme religieux. C'est une autre forme d'obscurantisme.
Une autre forme d'intolérance. Une autre forme de tyrannie...




Je dirais paradoxalement en réexaminant le problème à fond... jusqu'à accéder au fond du problème.
Nous savons déjà a priori, que ce n'est pas évident de venir à bout d'une conviction, de la remettre en question, surtout face à celui qui croit détenir la réponse, il n'est pas question de lui reposer la question !
Ce qu'il redoute par dessus tout c'est le doute... d'autant plus qu'il croit disposer de la solution, la solution de tous les problèmes, de la clé du mystère, de la lumière qui dispense de la lumière.
En un mot : de la vérité !
C'est le fond qui manque le moins à nos fondamentalistes.
À y regarder de près, il ne s'agit le plus souvent que d'un fond de commerce, d'un capital qui finit par nous décapiter.
Vous songez sans doute au fondamentalisme religieux, le plus ennuyeux à vos yeux.

Détrompez-vous ! Ce n'est pas le plus dangereux... parce qu'il y a d'autres fondamentalismes, d'autres bailleurs de fond qui font encore plus de mal que les fous de Dieu.

Le fondamentalisme moral, par exemple, celui qui croit dur comme fer à la valeur de sa vérité et à la vérité de sa valeur prétendument universelle. Raison morale qui fait presque autant de mal que la Foi fondamentale. La raison n'est pas tout. Tout n'est pas rationnel.
Et nous sommes loin d'être raisonnables.

Nos lumières, nous avons du mal à l'admettre, n'éclairent peut-être pas toutes les consciences ?
Les droits de l'homme n'émancipent peut-être pas toutes les existences ?
Notre sens du bien n'a peut-être pas toujours un sens.
En un mot, notre fondamentalisme logique ou moral ne vaut guère plus, ni mieux que le fondamentalisme religieux. C'est une autre forme d'obscurantisme. Une autre forme d'intolérance. Une autre forme de tyrannie... la tyrannie du logos. Un dogmatisme de plus, qui s'ignore et que nul hélas ne déplore !

Mais il y a pire que le dogmatisme moral et le religieux, le dogmatisme politique qui vous enchaîne à son sens de la liberté et vous libère de toutes les chaines que vous vous êtes procurées en dehors de son supermarché.
Il est tour à tour laïc ou cynique. Laïc en décrétant que tout se vaut. Et cynique en prétextant que rien ne vaut.
Dans tous les cas de figure, il n'y a qu'une manière de lutter contre toutes ces dérives de la raison humaine :
Ne pas les craindre et ne pas les plaindre.
C'est la peur qui les nourrit et la peur de la peur qui les enrichit.
Autrement dit : notre angoisse... devant les choses de la vie.



Comment lutter contre le fondamentalisme ? (Le Journal de Personne)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: 11 septembre : Américaïn   Sam 12 Sep - 8:23

11 septembre : Américaïn

C'est un peu comme si, Caïn assassinait son frère pour prouver à la terre entière
qu'il ne reculera jamais devant rien pour asseoir son pouvoir totalitaire...




Pour réaliser ce qui s'est passé le 11 septembre 2001, certains ont imaginé les américains dans la peau de Caïn.
Et les deux tours jumelles comme abritant son frère Abel...
L'imbroglio entre les deux frères inspira le plus incroyable info-scénario, un chef d'œuvre d'hypocrisie.
Pour le résumer, je dirais : les américaïns ont détruit ce fameux 11 septembre, leurs deux tours de Babel pour semer définitivement les germes de la confusion dans tous les esprits et être les premiers à en récolter les fruits.
Et le rêve de Ben Laden devint une réalité sur toutes les antennes...

Caïn sut transformer le hasard en destin en détruisant les deux tours jumelles.
C'est un peu comme si, il assassinait son frère pour prouver à la terre entière qu'il ne reculera jamais devant rien pour asseoir son pouvoir totalitaire.
Ben Laden, les arabes et les musulmans payent encore aujourd'hui les pots cassés parce qu'il n'y a qu'une volonté, qu'une puissance, qu'une volonté en puissance, celle de Caïn qui a tué Abel pour que son histoire soit plus belle !

Le plus malin ce sera toujours Caïn, qui n'a pas fini d'enrichir ses scenarii, en Iran, en Irak ou en Syrie... pour parfaire sa légende et refaire le monde.

Et nous autres, nous ne sommes rien d'autre que les restes d'Abel, les cendres ou la poussière des deux tours de Babel.



11 septembre : Américaïn (Le Journal de Personne)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: La démocrachie   Dim 20 Sep - 8:44

La démocrachie

Ils ont substitué à la loi de la jungle, les rois de la jongle
où ce n'est plus la nature qui couronne les plus forts mais la fortune...




La démocrachie est résolument résolue à mettre de côté l'Absolu parce qu'elle considère qu'il n'y a que des géométries variables.
Car les principes ne sont pas du tout, rentables.
La real-politique dégage l'idéal. Oui à la charité, si et seulement si elle est ordonnée. Oui, si et seulement si elle obéit à un ordre économique et financier.
La démocrachie est une parfaite imperfection, une pseudo-entéléchie qui couvre les fins qu'elle fait semblant de découvrir.
En son sein, ce n'est jamais le peuple qui réfléchit mais une oligarchie qui prétend nous épargner le gâchis.
La question des réfugiés est archi-préoccupante pour nos dirigeants avachis qui craignent ou nous font craindre l'anarchie.
Ils ont substitué à la loi de la jungle, les rois de la jongle où ce n'est plus la nature qui couronne les plus forts mais la fortune.
La richesse qui se substitue à la noblesse des cœurs et des âmes.
La démocrachie veut bien accueillir ceux qui fuient la guerre mais en aucun cas ceux qui fuient la misère.
Parce que la démocrachie ne veut toujours pas réaliser que tous les migrants et sans exception fuient la guerre parce qu'ils sont dans la misère... ou fuient la misère parce qu'on leur fait la guerre en cherchant à exploiter leurs matières premières et à leur imposer les bonnes manières !
Parce qu'il s'agit ni plus, ni moins que d'une guerre économique qui fait encore plus de morts qu'une guerre atomique.
Le plus tragique, pour tous ces réfugiés, c'est qu'ils cherchent inconsciemment ou désespéramment une position d'abri chez leur pire ennemi : la démocrachie, qui a tout fait pour qu'il en soit ainsi.
C'est la ruse de la raison financière qui se plaint de devoir panser des plaies qu'elle a elle-même ouvertes...



La démocrachie (Le Journal de Personne)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Onfray : Qui n’est pas couché ?   Lun 21 Sep - 7:57

Onfray : Qui n’est pas couché ?

Les certitudes de Michel Onfray



Dix certitudes du dimanche... ou peut-être dix manches pour une certitude ! Michel Onfray est loin d'être un manche à balai : il plaît dès qu'il se met à penser... peut-être parce qu'il ne se soumet jamais au prêt à penser. Il oscille comme un pendule entre l'impensé et l'impensable. Et à ce petit jeu, il est imbattable. Il change les codes, démode la mode et se dérobe à ceux qui s'efforcent de l'enrober, l'enrôler ou lui fixer un rôle.

Je suis désolée d'avoir attendu le dimanche pour en parler, parce que je viens seulement de réaliser que tout le monde en parle de cette fièvre du samedi soir enregistrée les jeudis et qui en dit long sur les médias à la masse.
Je vais vous refaire le match en dix manches et je demande pardon d'avance à tous ceux qui sont contre le travail du dimanche ! Ils ne composent pas de dissertation. Ils se reposent...

Première manche : Onfray défraye la chronique d'entrée en disant "je ne suis pas congolais". C'est beaucoup plus parlant, plus signifiant que de déclarer "je suis français de souche" y a pas mieux pour moucher ceux qui ne sont pas couchés devant le libre penseur qu'il est, incapable de se contenter d'une banalité. L'originalité c'est sa tasse de thé : il ne peut pas faire autrement que faire autrement. Il n'est pas congolais : voilà de quoi fermer le clapet à tous ceux qui en doutaient ou le prenaient pour un belge congolais.

Il a enfoncé le clou encore plus profond qu'à l'accoutumée : non, il n'est pas niais, ni aliénant, ni aliéné... il est blanc comme neige... blanche neige comparé à nous autres, nains d'Afrique ou de Belgique : "je ne suis pas congolais" c'est ce qu'on appelle : un principe d'identité : je ne suis pas ce que je ne suis pas... autrement dit : je suis... celui que je suis... comme l'a dit Dieu à Moïse.

Deuxième manche : Je suis le peuple. Je suis issu du peuple même si le peuple est par définition sans issue. La définition la voici : le peuple c'est celui sur qui s'exerce le pouvoir... pas celui qui l'exerce mais celui qui le subit. Dieu merci, Onfray le grand n'est pas marteau, il fait partie des enclumes, des poids plumes dont nous faisons partie. Il pâtit pour qu'on compatisse. Il compatit pour qu'on se rapetisse... qu'on se fasse, comme lui, tout petit. Pour qu'il croisse, il faut qu'on diminue...

Seigneur, quel sens de l'humilité. Il a écrit plus d'un chef-d'œuvre et il ne se prend toujours pas pour un chef. Il a démonté tous les grands, déboulonné toutes les statues, craché à la face de toutes les idoles, foulé au pied toutes les icônes... lui, l'iconoclaste parfait, admet sans rougir qu'il est comme nous tous le jouet du pouvoir qui s'exerce sur lui comme sur le peuple.

Voyons , voyons Michel même si votre définition est pertinente, ce pouvoir que vous prétendez ne pas avoir, il va falloir le reprendre, fissa fissa, sous peine de cesser d'être digne du peuple dont vous vous réclamez.

Troisième manche : vous êtes comme vous ne cessez de le rappeler l'envers de Saint-Thomas, l'auteur d'un énorme traité d'athéologie. Une somme qui assomme. Vous n'êtes pas seulement athée mais assuré et rassuré, pour vous, Dieu n'a pas d'attrait et les croyants ne méritent aucun respect... il faut sans cesse les réveiller et leur rappeler qu'on n'est pas couchés.
L'éveil est sans merveilles, il y a une nature humaine mais aucun Dieu pour la concevoir.
Vous êtes français, pas congolais. Il y a Onfray, pas besoin de Dieu pour le certifier.

Quatrième manche : vous reconnaissez et avec quelque subtilité, dont seul le peuple a le secret que la France pratique une certaine islamophobie à l'extérieur tout en étant "un peu trop" islamophile à l'intérieur... de l'intérieur.
Je traduis pour les élites et les biens pensants : la France ne supporte pas les musulmans chez eux, mais les porte aux nues chez elle. Un raciste ne dirait pas mieux mais comme vous n'êtes pas raciste, je peux vous le dire à vous (mais ça reste entre nous) la France ne supporte les musulmans ni chez elle, ni chez eux.

Cinquième manche : Bernard-Henri Levy est un clown. Je ne vous le fais pas dire. Il a conduit ceux qui exercent le pouvoir au pied du mur de Benghazi à Paris. C'est l'intello-barjot par excellence. Mais vous, Michel Onfray et vos semblables, penseurs avertis et non convertis, pourquoi vous vous êtes laissés avoir par leur pouvoir ? Pourquoi vous vous êtes laissé faire en sachant que le paradis qu'il promettait était pire que l'enfer ? Pourquoi tous les penseurs issus du peuple ne se sont pas dressés sur sa route pour l'empêcher de provoquer notre déroute ?

Vous vous êtes laissés conduire à l'abattoir sous ouvrir la bouche... comme l'agneau de Dieu auquel vous ne croyez pas.
À tous les BHL, vous avez tendu l'autre joue, la joue de l'autre et vous avez le culot de lui reprocher son second soufflet...
La Bosnie ne vous a pas suffi... vous lui avez offert la Lybie !

Sixième manche : vous vous réclamez de Jean-Pierre Chevènement... l'homme politique qui a prouvé qu'on vit bien deux fois : sa vie et la vie des autres aussi. C'est son souverainisme qui vous rattache à lui ou vous le rend si proche. Cela relève de la géo-stratégie : un savant distinguo entre chez soi et chez les autres... comme tous ces étudiants de sciences-pô qui n'ont toujours pas compris que toute volonté politique veut se sentir chez soi même chez les autres. Vous dîtes être de gauche mais pour votre sens de l'orientation, sachez que Chevènement n'est pas de gauche. Il est ambidextre. On connait ses idées mais non ses idéaux. Tiens, tiens, c'est peut-être votre seul point commun.

Septième manche : Libé vous reproche dans un article que vous n'avez pas eu le temps ni l'envie de lire : que vous faîtes le lit de Marine... parce que vous avez fait preuve de bon sens en rappelant aux français leur bonne vieille maxime : "Charité bien ordonnée passe par soi-même". Il faut être insensé pour reprocher à une âme bien née d'avoir du bon sens, d'être français avec les français et non congolais.

Huitième manche : oui aux réfugiés, avez-vous rectifié mais à condition d'être capable de leur offrir un toit, un emploi et une chemise en soie... mais comme nous n'avons pas les moyens de le leur garantir donc : non aux réfugiés !

C'est d'une logique implacable.
Oui, vous pouvez entrer mais je n'ai pas de clé pour vous ouvrir la porte. Désolé c'est Michel Onfray le français... pas le congolais.

Neuvième manche : je pense donc je suis Michel Onfray... je sais ce que penser veut dire... je sais ce que c'est que s'orienter dans la pensée... rien à voir avec l'orient... ni avec l'occident et sa pensée oxydée... mais tout à voir avec le libre penseur que je suis censé être. Épargnez-moi s'il vous plaît les injonctions de subordination de mauvais interlocuteurs qui n'ont pas osé me poser la seule question qui vaille : qu'est-ce que penser ? Lisez mes livres et vous le saurez.

Dixième manche : Sartre est un affreux bobo... De Beauvoir une sinistre collabo, Sade un enculeur de première et Freud un enculé peu sincère. Et pour en finir avec toute l'histoire et ses revers, j'ai écrit quelques vers... que je ne me vois pas vous lire... il faut acheter le livre... pour vous racheter... Merci Ruquier !

Conclusion: Et pourtant je partage, je like avec lui, cette perle difficile à faire avaler aux non congolais : il n'y avait pas de menace terroriste avant que nous ne la créions en menaçant les pays musulmans et en les bombardant alors qu'ils ne nous ont rien fait...



Onfray : Qui n’est pas couché ? (Le Journal de Personne)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Les réfugiés de la télé   Dim 27 Sep - 8:38

Les réfugiés de la télé

L'image du monde est plus que jamais tributaire d'un monde d'images
où la vérité n'a plus lieu d'être, vu le nombre de contre-vérités...




La télé n'est plus ce qu'elle était. Elle n'était rien. Elle est devenue quelque chose : le seul lien imaginaire avec le monde réel... ou ce qui revient au même... le seul lien réel avec le monde imaginaire... source de richesse pour les pauvres terriens qui n'ont pas la chance ou la malchance d'avoir internet... un vrai lien pour ceux qui ne sont relayés à rien.
L'image du monde est plus que jamais tributaire d'un monde d'images où la vérité n'a plus lieu d'être, vu le nombre de contre-vérités. Il faut juste parler de ce qui parait et non plus parler juste de ce qui est.
J'ai assisté comme tous les assistés aux TD de Taddeï. Ses travaux dirigés à la télé.
Sur le plateau il y avait une belle palette de privilégiés qui cherchaient chacun de son côté à fuir la vérité, à sauver les apparences de tous les réfugiés. Les nouveaux damnés, on ne savait pas trop si c'était eux ou ceux qui débarquaient.
Parmi les invités, mon œil en a retenu trois vieux privilégiés car l'âge a ses privilèges, parmi lesquels, la proximité de la mort qui vous simplifie la vie considérablement. Henri Guaino, Jacques Attali et Edgar Morin étaient là pour reposer le problème que tout le monde se pose sans oser le poser pour de bon, pour de vrai.
La phénoménologie des réfugiés, qu'on a tous intérêt à étudier de près pour ne pas perdre le fil de l'histoire.
Que dit Guaino : Que nous serons submergés par les réfugiés. Si nous ne leur faisons pas la guerre chez eux, ils nous feront la guerre chez nous. Probabilité maximale, risque phénoménal. Le genre de témoignage qui fait mal.

Que dit Jacques Attali : Jacques a dit que cette soit disant invasion est un moindre mal. Le phénomène des réfugiés est un épiphénomène. Chiffres à l'appui. Jacques a dit que l'Europe est plus qu'en mesure d'absorber ces vagues d'immigrés qui ne représentent que 1% de notre population... une goutte d'eau dans l'océan...
Jacques a dit : l'océan... il n'y a que l'océan pour absorber toutes nos vagues inquiétudes.

Edgar Morin, le moins éloquent mais le plus touchant se dépêcha lui aussi, pour nous laver de tous les péchés, de rappeler à mi-mots qu'il n'y a pas de liberté sans responsabilité, ni responsabilité sans solidarité. Pour ne pas pâtir, il faut compatir. La compassion, seule, est susceptible de contenir les passions malheureuses, les leurs et les nôtres.

Et on éteint la télé sans savoir lequel a contesté notre Salut ? Lequel a attesté notre perte ?
Néanmoins, ils ont, par devers eux et malgré eux un ou deux éléments communs... en latence ou en instance : C'est que nous nous acheminons vers un monde où il n'y aura plus de chez soi...
Nous serons tous incessamment sous peu, les uns chez les autres. Privés ou délivrés de nos racines.

Il y aura le même toit pour tous, PLUS DE CHEZ SOI NI DE QUANT A SOI.
Plus d'incantations... mais un unique constat : l'enfer chez soi... le paradis chez les autres.
Des vases clos, on est passé aux vases communicants et pour en finir nous nous apprêtons à casser tous les vases... parce que le monde ne peut survivre que s'il s'ouvre et ne peut s'ouvrir que si on se la ferme !
Ce n'est pas un événement comme un autre mais l'avènement d'un autre monde.

La réalité, ce fut un temps, c'est fini...
Le plus important aujourd'hui, ce sont les mentalités.



Les réfugiés de la télé (Le Journal de Personne)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Info-Scénario de Personne ~ Septembre 2015 ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Info-Scénario de Personne ~ Septembre 2015 ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Septembre 2015] My Little Box "Fashion Box"
» Conseil municipal du 24 septembre 2015
» Salon des Loisirs créatifs de Bourges 4-6 septembre 2015
» Destockage orthoéditions
» VOS CRAQUAGES DU MOIS DE SEPTEMBRE 2015

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Intuition :: Petit tour d'Horizon de Chaînes Vidéos... :: Le Journal de Personne-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet