Follow Your Intuition

L'intuition est la vision anticipée d'une vérité : hypothèse pour le savant, rêverie pour le poète (Lucien Arréat)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour un supplément de liberté, pour un complément de fraternité et pour un mouvement vers l’égalité…
Rien de tel qu’un masque pour manifester dignement son mécontentement. Sans violence et en silence, s’il vous plaît... (Le Journal de Personne)

Partagez | .
 

 De quelle façon démarre une bonne correction boursière ?...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: De quelle façon démarre une bonne correction boursière ?...   Jeu 30 Avr - 15:51

De quelle façon démarre une bonne correction boursière ?...

Lorsque personne ne s’y attend… c’est classique.
De façon furtive et, dans l’idéal… à partir d’un « tout petit rien ».
Il ne faut pas que l’élément déclencheur retentisse comme un coup de canon à étourneaux :
ne surtout pas faire s’envoler les acheteurs à tire d’aile...




Investir.fr a écrit:

(...) Le mois de mai cette année est en avance si l’on en croit l’adage boursier « sell in may and go away ». En avance puisque, en deux jours, le Cac 40 a décroché de 4,3%, renvoyé non loin du seuil des 5.000 points pour la première fois depuis le 7 avril. Jamais cette année, si l’on ne se réfère qu’aux cours de clôture, l’indice vedette parisien n’avait décroché autant en deux séances. Rien que ce jour, il a dévissé de 2,59%, dans un volume très important de 5,1 milliards d'euros, ramenant ses gains sur avril à 0,11%, faisant de ce mois, jusque-là, le plus mauvais de cette année alors que statistiquement, depuis la création du Cac 40, c’est le meilleur. (...)

~ Le Cac 40 chute de plus de 4% en deux jours, du jamais vu cette année (Les Echos) ~

Grâce à Wall Street mercredi soir, qui affichait un repli dérisoire et qui préservait tous ses supports court ou moyen terme, le vent de déprime qui a soufflé sur l’Europe et emporté de nombreux seuils de soutien majeurs, devrait se transformer en une simple brise marine… Voire en vents portants pour ceux qui auront l’audace de jouer le rebond avant le pont du 1er mai. Il faut entretenir la conviction qu’il faut « payer tous les creux », ce qui est d’autant plus facile qu’il suffit de rappeler que cela marche à tous les coups depuis mi-octobre 2014.

La cassure des 5 140Pts sur le CAC40, des 11 700Pts sur le DAX30, des 3 669Pts sur l’Euro-Stoxx50, ne font certes pas très bonne impression d’un point de vue chartiste. Le verdict baissier est soudain devenu unanime. Résultat, plus un acheteur entre 14h31 et 17h35 ce mercredi… et la totalité des gains du mois d’avril est partie en fumée.Les initiés ont commencé à vendre… mais pas des actions : c’est bien trop visible et cela ne permet pas de dégager massivement des liquidités. Le marché obligataire est beaucoup, vraiment beaucoup, plus profond… et avec une BCE prête à tout racheter, à raison de 60 Mds€ par mois, la contrepartie ne risque pas de se dérober comme sur le CAC40 ou le DAX30. Les marchés obligataires ont connu ce mercredi 29 avril la pire séance de l’année sur le plan de l’étendue de la correction : toutes les dettes souveraines, toutes maturités confondues, ont été laminées de part et d’autre de l’Atlantique.



Eyes on Europe a écrit:

(...) Ce n’est cependant pas la crise financière et bancaire de 2007-2008 qui est à l’origine de l’endettement excessif des Etats membres de la zone euro. En effet, les finances publiques des Etats étaient vulnérables avant l’éclatement de la crise. La vulnérabilité des finances publiques trouve sa raison d’être dans plusieurs facteurs. Les Etats européens ont développé une protection sociale généreuse qui engendre des coûts importants et n’ont pas veillé à garantir suffisamment les moteurs de croissance. Ils n’ont en outre pas anticipé le vieillissement démographique, les taux d’emploi faibles, les contraintes environnementales qui augmentent les dépenses publiques. La crise des dettes souveraines n’aurait pas pris une telle ampleur s’il y avait une convergence entre les politiques économiques des Etats de la zone euro. La crise de 2007 et 2008 n’a en réalité fait que révéler les problèmes structurels de la zone euro. (...)

~ La crise des dettes publiques : l’impasse? (Eyes on Europe) ~

Et la dégradation ne s’est pas déclenchée avec les mauvais chiffres en provenance des États-Unis de 14H30 (le PIB américain en chute libre, de +2,2% vers 0,2%). Le phénomène a démarré furtivement dès le début de la matinée avec le semi-échec d’une émission de bons à 5 ans par la Bundesbank. Etrange cas de figure puisque la veille (mardi), une adjudication d’OAT de maturité 2020 par l’Agence France Trésor s’était merveilleusement déroulée (largement sursouscrite) et le taux de rendement ressortant négatif pour la première fois de l’histoire sur du 5 ans. L’élément déclencheur aurait été l’indice d’inflation allemand du mois d’avril, ressorti à 0,3% contre 0,2% attendu, ce qui demeure à des années lumières de l’objectif des 2% de la BCE.

Cela peut sembler surréaliste comme prétexte d’une vague mais comme je l’ai déjà expliqué à de nombreuses reprises, les marchés peuvent se retourner radicalement le jour où un ou plusieurs initiés se convainquent « qu’il n’y a plus rien à gratter à la hausse ». Juste cela et ça suffit… Fin de la partie, l’orchestre du Titanic financier dépose ses instruments et va boire un dernier verre : ce n’est plus la peine continuer à jouer puisque les danseurs se ruent vers la sortie la plus proche. Oui vers la sortie car cette fois, nous n’observons pas d’arbitrages entre grandes zones économiques (USA, Europe du Nord, Europe du Sud) : l’aversion pour le risque devient totale.



Anne Bodescot a écrit:

(...) La Bundesbank trouvera-t-elle suffisamment d'emprunts d'État allemands à acheter? Deux jours seulement après le coup d'envoi de la nouvelle politique de quantitative easing de la BCE, le doute s'installe sur les marchés. Chaque banque centrale est chargée d'acquérir les obligations souveraines de son pays et, outre-Rhin, la mission se révèle difficile: les investisseurs qui détiennent des Bunds (les emprunts d'État allemands) ne sont pas pressés de les vendre. Les fonds de pension et les assureurs les gardent, contraints et forcés par la réglementation, pour garantir leur solvabilité. Certaines banques centrales étrangères en ont besoin pour diversifier leurs réserves et ne sont pas non plus enclines à en céder. Il y a plus d'espoirs du côté des investisseurs étrangers, mais ils ont intérêt à attendre pour faire monter les enchères. (...)

~ La Bundesbank peine à acheter des emprunts d'État allemands (Le Figaro) ~

Pas de rescapés parmi les bons du Trésor les mieux notés, aucune maturité de taux n’a été épargnée : la brusque tension de 13 points de base des Bunds à 0,29% est absolument spectaculaire puisque la hausse de rendement a été de +80%. Sur les Bunds à 9 ans, c’est carrément du +100% à 0,23% contre 0,107% la veille. Bill Gross aurait-il eu raison d’évoquer il y a 10 jours le « short du siècle » sur la dette germanique ? Nous supposions qu’il avait déjà pris position à la baisse mais avec un horizon de réalisation lointain de son scénario baissier : il est peut-être le premier surpris que les marchés lui donnent raison aussi rapidement. N’oubliez jamais : le but des initiés, c’est de vendre le maximum de papier au plus haut, à un maximum d’idiots… Donc ils vont s’efforcer de convaincre tout le monde qu’il faut se ruer à l’achat et qu’une telle opportunité ne se représentera pas de sitôt. Pour que le piège fonctionne, il faut effectivement exciter l’avidité des « retardataires » avec des promesses d’OPA, de rachats massifs de titres, et démontrer que c’est de l’argent facile, sans risque. Et si cela ne suffit pas, asséner l’argument massue : « voyez, les grosses mains commencent à se délester des obligations et pour toutes ces liquidités, il n’existe pas d’autre possibilité d’allocation que les actions ».

Mais la réalité, c’est que c’est déjà miraculeux d’avoir pu revendre des bons du Trésor à des niveaux aussi stratosphériques… Si les rendements obligataires se retendent malgré le QE de la BCE et le report de toute hausse des taux par la FED au-delà de fin 2015, alors tout le raisonnement qui consiste à acheter des actions à n’importe quel prix (puisque les Bunds ou les OAT rapportent zéro) s’effondre. Face aux 2,06% de rendement sur les T-Bonds US, jugez-vous que les 1% du Nasdaq sont attractifs ? N’oubliez pas que pour les initiés, des liquidités, même peu rémunérées, cela vaut mieux qu’un portefeuille boursier qui se désintègre !

Philippe Béchade

Source de l'article : De quelle façon démarre une bonne correction boursière ? (La Bourse au Quotidien)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
 

De quelle façon démarre une bonne correction boursière ?...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la bonne heure pour le coucher?
» Une bonne réception ADSL
» Quelle maternité dans le 78 ?
» Bien se nourrir pour avoir une bonne mémoire
» Quelle(s) pierre(s) pour protéger le coeur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Intuition :: Opinions d'Economistes :: Philippe Béchade :: Les articles du "Pitbull"-