Follow Your Intuition

L'intuition est la vision anticipée d'une vérité : hypothèse pour le savant, rêverie pour le poète (Lucien Arréat)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour un supplément de liberté, pour un complément de fraternité et pour un mouvement vers l’égalité…
Rien de tel qu’un masque pour manifester dignement son mécontentement. Sans violence et en silence, s’il vous plaît... (Le Journal de Personne)

Partagez | .
 

 Un Regard sur l'Actualité Anglo-Saxonne ~ Février-Mars 2015 ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Black Swan
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 72
Avez vous apprécié ce post? : 47
Date d'inscription : 27/09/2014
Localisation : Sur une planète, dans la Voie Lactée...

MessageSujet: Un Regard sur l'Actualité Anglo-Saxonne ~ Février-Mars 2015 ~   Mer 18 Fév - 14:03

TBS News Report
(Spécial Dette de la Grèce)


Ce bulletin d'information fait la synthèse de la presse Anglo-Saxonne
sur un sujet donné ou sur différents thèmes pertinents...
(Avec la collaboration de 09991)




Pepe Escobar a écrit:

(...) Un bref historique est nécessaire. La troïka a imposé à la Grèce un racket économique, mais c’est la population grecque qui en paie le prix. Essentiellement, la dette publique grecque est passée du privé au public lorsque la BCE et le FMI ont sauvé les banques privées (allemandes, françaises, espagnoles). La dette est évidemment montée en flèche. La troïka est intervenue, pas pour sauver la Grèce, mais pour sauver le système bancaire privé. La BCE a acheté la dette publique des banques privées à prix fort, parce qu’elle ne peut pas acheter la dette publique directement de l’État grec. La cerise sur ce mille-feuilles, c’est que les banques privées ont trouvé les liquidités pour acheter la dette publique de la Grèce. Et auprès de qui? De la BCE, bien sûr, et ce à des taux d’intérêt ultralégers. C’est purement et simplement du vol et ce sont les voleurs qui ont établi les règles du jeu d’un bout à l’autre. (...)

Comment s'est endettée la Grèce...

Beat Balzli a écrit:
(...) "Autour de 2002 en particulier, diverses banques d'investissement ont offert divers produits financiers complexes dont les gouvernements pouvaient repousser leurs engagements dans le futur," rappelle un initié, ajoutant que les pays méditerranéens étaient friands de ces produits. Les gestionnaires de la dette Grèce ont accepté cet énorme contrat avec les banquiers avertis de la banque d'investissement américaine Goldman Sachs au début de 2002. Des accords SWAPS portant sur des devises dans lesquelles la dette publique émise en dollars et en yens a été échangée en euro pendant une certaine période avant être a nouveau échangée vers les monnaies d'origine à une date ultérieure. (...)

Goldman Secret Greece Loan Shows Two Sinners as Client Unravels (Nicholas Dunbar and Elisa Martinuzzi, Bloomberg)
Greek debt crisis: how did the Greek economy get into such a mess? (Dan Roberts, The Guardian)
Greek Debt, Austerity and Past Military Contracts (Sara Flounders via Global Research)

Comment sortir de cette crise de la dette ? L'Austérité ? ...

Wikipédia a écrit:

(...) Dans de nombreux cas, les mesures d'austérité sont associées à une baisse du niveau de vie et conduisent à la contestation populaire. Un exemple représentatif est la nation Grecque. La crise financière, en particulier le plan d'austérité mis en avant par l'UE et le FMI, a été accueillie avec une grande colère par le public grec, conduisant à des émeutes et des troubles sociaux. Le 27 Juin 2011, les organisations syndicales ont organisé une grève avant le vote parlementaire sur le paquet d'austérité, la première grève depuis 1974. Les manifestations massives ont été organisées dans toute la Grèce, dans le but de faire pression pour que le parlement vote contre l'austérité. Une deuxième série de mesures d'austérité a été approuvée le 29 Juin 2011, avec 155 sur 300 membres du parlement en faveur. Cependant, un fonctionnaire des Nations Unies a averti que le deuxième paquet de mesures d'austérité en Grèce pourrait constituer une violation des droits humains. En 2011, le FMI a commencé à émettre des directives suggérant que l'austérité pourrait être nocive lorsqu'elle est appliquée sans tenir compte des fondamentaux sous-jacents d'une économie. En 2013, il a publié une analyse détaillée concluant que si les marchés financiers se concentrent sur le court-terme du ratio de la dette, ou si les autorités du pays s'engageaient dans des cycles répétés de pression dans un effort d'obtenir une convergence vers l'objectif officiel, les politiques d'austérité pourraient ralentir ou inverser la croissance économique et inhiber le plein emploi. (...)

L'article en question : Austerity (Typical effects)

Greek government austerity measures (Reuters, Greek Ministry of Finance Economic Policy Programme Newsletter via la BBC)
Tough austerity measures in Greece leave nearly a million people with no access to healthcare... (Charlie Cooper, The Independant)
Europe’s Ideologues of Austerity Stand in Way of Reforms (Katrina vanden Heuvel, Common Dreams)
Greece, the Troika, and the New York Times (William K. Black, Common Dreams)
Euro Bankers Kick Syriza in the Face (The Latest Assault on Greek Democracy)(Mark Weisbrot, CounterPunch)
Greek Bail-Out: 77% went into the Financial Sector (Attac)

Seulement, il y a eu un (gros) hic dans le programme imposé...

Chris Martenson a écrit:

(...) Pour résumer, l'establishment européen considère Syriza comme étant des radicaux n'ayant aucune expérience à gouverner, agissant de façon chaotique, gaffant en brandissant la rhétorique immature étant plus convenable à de jeunes étudiants qu'à gouverner sérieusement. (...) Bien sûr, ce n'est pas différent des situations de l'Italie, du Portugal, de l'Irlande, de l'Espagne, du Royaume-Uni, de la France, du Japon, ou même des Etats-Unis, ce qui est précisément pourquoi Syriza est considéré comme une énorme erreur pour la Grèce quand il parle publiquement aujourd'hui. Cette honnêteté n'a pas sa place dans la politique moderne, et plus dangereusement, elle menace la confiance de l'ensemble du système. (...) Les tentatives de calomnier et intimider les politiciens Syriza en conformité avec les pratiques standard de l'UE est susceptible d'échouer. Les politiciens Syriza ont un mandat de la population qui ne durera pas s'ils se contentent d'adopter un comportement attentiste vis-à-vis de Bruxelles. (...)

Will Syriza Become the Saviour of the EU? (Seth Ferris, New Eastern Outlook)
Greece’s Syriza Government Pledges to Serve the EU (Christoph Dreier, WSWS)
The Greeks Have Shaken the Pillars of the Temple (Conn Hallinan, CounterPunch)
Fate of the Greeks (Alexandros Orphanides, CounterPunch)

Alors, la Grèce a-t-elle une solution plus viable pour son peuple ? ...

A revealing Financial Times comment on the Greek debt crisis (Nick Beams, WSWS)
Greek FinMin Warns "Euro Will Collapse If Greece Exits", Says Italy Is Next (Tyler Durden, Zero Hedge)
'Humanitarian crisis' brought on by austerity must be eased, Greek PM Alexis Tsipras warns eurozone (Ben Chu, The Independant)
No agreement reached between EU finance ministers and Greece (Robert Stevens and Barry Grey, WSWS)
Greece could seek Russian, US, Chinese cash if Germany blocks new deal (RT)

D'autres article à consulter...

Greek Deal Falls Apart After EU Says "No Way Forward"... (Tyler Durden, Zero Hedge)
How Fast Would Contagion Spread If Greece Exits The Eurozone? (Tyler Durden, Zero Hedge)
If You Listen Carefully, The Bankers Are Actually Telling Us What Is Going To Happen Next (Michael Snyder, The Economic Collapse)
Wall Street and the Crisis in Greece (Rob Urie, CounterPunch)

(...)

Be Safe Everyone...

Revenir en haut Aller en bas
The Black Swan
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 72
Avez vous apprécié ce post? : 47
Date d'inscription : 27/09/2014
Localisation : Sur une planète, dans la Voie Lactée...

MessageSujet: TBS News Report (Spécial Minsk 2.0)   Mer 4 Mar - 11:54

TBS News Report
(Spécial Minsk 2.0)


Ce bulletin d'information fait la synthèse de la presse Anglo-Saxonne
sur un sujet donné ou sur différents thèmes pertinents...
(Avec la collaboration de 09991)




Paul Craig Roberts a écrit:
(...) Comment pourrait-on faire respecter un accord de paix, alors que Washington, qui a pris des décisions politiques pour intensifier le conflit et l’utiliser comme une guerre par procuration contre la Russie, n’est pas un des partenaires de cet accord? (...) En analysant la transaction elle-même, on ne peut que constater qu’elle est vouée à l’échec ; les seules parties qui ont dû signer l’accord sont les dirigeants des républiques séparatistes de Donetsk et de Lougansk, un représentant de l’OSCE, qui est le groupe européen qui est censé surveiller le retrait des armes lourdes par les deux parties, l’ancien président ukrainien Viktor Koutchma, et l’ambassadeur russe à Kiev. Ni la chancelière allemande ni les présidents français, ukrainien, ou russe, qui ont négocié l’accord, ne l’ont signé. (...) Les termes de l’accord dépendent d’actions à mener par le parlement ukrainien et par son Premier ministre, dont aucun n’est sous le contrôle de Porochenko, ce dernier étant lui-même sous le contrôle de Washington. En outre, l’armée ukrainienne ne contrôle pas les milices nazies. Sachant que certains éléments à Washington et dans l’extrême-droite en Ukraine veulent un conflit avec la Russie, la paix ne pourra pas émerger. (...)

Que contiennent ces accords...

L'Elysée a écrit:

• 1 Cessez-le-feu immédiat et universel dans les zones actuellement contrôlées par les républiques de Donetsk et de Lougansk et respect strict de ce cessez-le-feu à compter du 15 février 2015 à minuit (heure ukrainienne).

• 2 Retrait de tous les armements lourds par les deux côtés, à des distances égales, afin de créer des zones de sécurité : d’une largeur de 50 km minimum d’écartement pour les systèmes d’artillerie d’un calibre de 100 mm et plus, d’une largeur de 70 km pour les lance-roquettes multiples, et d’une largeur de 140 km pour les lance-roquettes Tornado-S, Ouragan, Smertch et les systèmes de missiles tactiques Totchka (Totchka U).

• 3 L’OSCE assurera une surveillance et un contrôle efficace du régime de cessez-le-feu et du retrait des armements lourds dès le premier jour du retrait, en y employant toutes les ressources techniques nécessaires, notamment des satellites, des drones, des systèmes de radiolocalisation, etc.

(...)

• 5 Garantir la grâce et l’amnistie, par le biais de l’adoption et de la mise en vigueur d’une loi interdisant la poursuite et la condamnation des personnes en lien avec les événements ayant eu lieu dans les régions ukrainiennes actuellement contrôlées par les républiques de Donetsk et de Lougansk.

• 6 Garantir la libération et l’échange de tous les otages et personnes illégalement détenues sur la base du principe « tous contre tous ». Ce processus devra être achevé au plus tard cinq jours après le retrait.

• 7 Garantir l’accès sécurisé, la fourniture, la conservation et la distribution d’aide humanitaire aux nécessiteux sur la base d’un mécanisme international.

(...)


Scholars: Minsk Cease-Fire Agreements Are Inadequate (Isabela Cocoli, Voice of America)
Capitulation in Minsk (Leon Aron, American Enterprise Institute)
Why There’s Too Much Hope Over Minsk-II (Andrew Korybko, Oriental Review)
Don't Doubt the Ceasefire (Minsk II Could Freeze the Conflict in Ukraine)(Foreign Affairs, CFR)
The Wise Men, Please Step Forward (Edward Lozansky & Martin Sieff, RT)

Ces accords seront-ils respectés...

RT a écrit:

Le chef de file ultranationaliste de l'Ukraine, Dmitry Yarosh, a déclaré que son mouvement radical rejette l'accord de paix de Minsk et que leurs unités paramilitaires dans l'est de l'Ukraine continueront de combattre activement selon leurs propres plans. (...) Dans sa déclaration, Yarosh a affirmé que les accords de Minsk sont contraires à la Constitution ukrainienne, donc que les citoyens ukrainiens ne sont pas tenus de s'y conformer. Ainsi, si l'armée reçoit l'ordre de cesser les activités militaires et de retirer les armes lourdes des régions orientales, les paramilitaires ultranationalistes se réservent le droit de poursuivre la guerre. (...)

Minsk II: Derailed Before the Ink Was Dry (Eric Draitser, New Eastern Outlook)
Peace? Ukraine "Preparing For Full-Scale War" With Russia, Demands The West Supply Lethal Weapons (Tyler Durden, Zero Hedge)
Ukraine - The Ceasefire Stalemates (Moon of Alabama)
US and Ukrainian officials seek to torpedo Minsk cease-fire agreement (Niles Williamson, WSWS)

Et les Américains, les Britaniques, l'OTAN dans tout ça...

Kurt Nimmo a écrit:

(...) “Roll Call”, un journal couvrant les développements législatifs et politiques sur la colline du Capitole, rapporte que “la sécurité en Europe demande un nouveau plan d’action: l’accélération des initiatives de modernisation des forces de l’OTAN en Europe de l’Est et immédiatement délivrer le surplus d’équipement de la guerre froide à l’Ukraine.” Benjamin Jensen, un universitaire en résidence a l’école de service international de l’American University et qui gère le programme d’études avancées pour le commandement du corps des Marines (USMC) et de son collège de cadres, écrit que “le prochain National Defense Authorization Act (NDAA) devrait inclure une procédure d’accélération de ventes d’armes aux pays étrangers comme les membres de l’OTAN de l’europe de l’Est. Ces pays ont besoin d’une forte garantie que les Etats-Unis sont impliqués et volontaires pour l’OTAN et désireux de suppléer à leurs stocks d’armes et de munitions qu’ils envoient pour défendre la souveraineté de l’Ukraine.” (...)

Ukraine Ceasefire Holds; NATO and Its Fascists Desire To Shake It Loose (Brandon Turbeville, Activist Post)
U.S. Pushes For Escalation, Arms Kiev By Laundering Weapons Through Abu Dhabi (Moon of Alabama)
British Lords say EU sleepwalked into Ukraine crisis (Jim W. Dean, Veterans Today)
Ukraine now a 'crisis for Russia and West', says ex-MI6 boss (BBC)

La bataille de Debaltsevo (Défaite écrasante pour l'Occident)...

Mike Withney a écrit:
(...) La semaine dernière, Washington a subi sa plus grande défaite militaire en plus de dix ans, lorsque l’armée ukrainienne conseillée par les États-Unis a été sévèrement battue autour de l’important nœud ferroviaire de Debaltsevo. En gros, 8 000 hommes de l’armée ukrainienne régulière, ainsi qu’une quantité innombrable de chars et d’unités blindées, ont été encerclés dans ce qui a été nommé le chaudron. L’armée de la République populaire de Donetsk, sous le commandement d’Alexander Zakharchenko, a encerclé les envahisseurs et a progressivement resserré le cordon, en tuant ou en capturant les troupes prises dans la poche. Les Forces armées ukrainiennes ont enregistré de nombreuses victimes, entre 3 000 et 3 500, tandis qu’elles abandonnaient derrière elles une grande quantité de matériel militaire offensif. (...)

Debaltseve withdrawal puts Minsk Agreement on the line as shelling continues (Cameron Kilmister, Blasting News)
The "West's" Dilema After Debaltseve: What To Do About Poroshenko? (Moon of Alabama)
A year after Euro-Maidan, Ukraine coming apart at the seams (Nile Bowie, New Eastern Outlook)

D'autres articles à consulter...

Pepe Escobar a écrit:

(...) L’Empire du Chaos a certes des raisons de jubiler à propos de la coupure douloureuse qui s’est faite entre l’UE et la Russie. L’hypothèse de travail de Moscou, c’est que les sanctions ne seront pas levées de sitôt. Vous pouvez aussi oublier un retour à la normale avant longtemps. Ce qui fait fulminer les grands industriels allemands. Pourtant, il y a quelques années à peine, le président Poutine avait proposé, en Allemagne d’ailleurs, un élargissement de l’Europe s’étendant de Lisbonne à Vladivostok. La tragédie ukrainienne a eu pour effet de turbo-propulser le mouvement vers l’Est, sous la forme du partenariat stratégique russo-chinois, une sorte d’Eurasie s’étendant de Shanghai à Saint-Pétersbourg, qui s’avère être aussi l’une des pierres de touche du projet d’infrastructure massif piloté par la Chine que sont les nouvelles routes de la soie, qui relieront la Chine à l’Europe en passant par l’Asie centrale, notamment au moyen d’une version TGV du Transsibérien. Le mythe que font circuler Washington et ses vassaux à propos de l’isolement de la Russie est une mauvaise blague. La guerre froide 2.0 imposée par l’Empire du Chaos n’est pas la fin du monde en Russie. La diplomatie russe s’active sur tous les fronts, de l’Asie du Sud (Inde) au Moyen-Orient (Égypte). Cet été, la Russie va accueillir deux sommets d’une importance cruciale : le sommet des BRICS et le sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS). (...)

Merkel in Moscow and Minsk: Der Spiegel Says Putin Has Won (Alexander Mercouris, Russia Insider)
Post-Minsk EU Sanctions on Russia (Stephen Lendman, Global Research)
Putin: Success of Minsk Deal Key to Avoid "Apocalyptic" War in Ukraine (Jon Queally, Common Dreams)

(...)

Be Safe Everyone...

Revenir en haut Aller en bas
The Black Swan
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 72
Avez vous apprécié ce post? : 47
Date d'inscription : 27/09/2014
Localisation : Sur une planète, dans la Voie Lactée...

MessageSujet: TBS News Report (Spécial Torture & Guantanamo)   Mer 11 Mar - 10:56

TBS News Report
(Spécial Torture & Guantanamo)


Ce bulletin d'information fait la synthèse de la presse Anglo-Saxonne
sur un sujet donné ou sur différents thèmes pertinents...
(Avec la collaboration de 09991)




Barry Grey a écrit:

(...) L'étude du programme d'interrogation «amélioré» de l'administration Bush documente le recours systématique à des méthodes de torture sadiques, comme la simulation de noyade, la privation de sommeil (parfois jusqu'à une semaine), des coups à la tête, la privation sensorielle, le maintien de détenus dans des températures extrêmes ou des positions douloureuses, le confinement dans des boîtes de la grosseur d'un cercueil, l'«hydratation» et l'«alimentation par voie rectale». Le rapport qualifie ces pratiques d'illégales, d'immorales et d'inefficaces et dénonce la CIA pour avoir caché des informations au Congrès et prétendu faussement que ses méthodes d'interrogation brutales avaient permis de contrecarrer des attaques terroristes, capturer et tuer des agents d'Al-Qaïda et « sauver des vies ». Cependant, les questions les plus importantes et évidentes qui sont soulevées par le rapport ne sont pas posées par l'establishment politique et les médias: Qui seront tenus responsables? Qui seront accusés? Qui seront poursuivis en justice? (...)

L'origine de Guantanamo...

Scott Packard a écrit:

(...) La Navy trouva les eaux protégées de la baie utiles, et dans le traité de 1903, le gouvernement cubain décida de louer des zones définies autour de la baie de Guantánamo aux États-Unis afin qu'ils l'utilisent comme une base navale. Ce fut le début de la plus ancienne base outre-mer des États-Unis et la seul (à terme) sur un territoire communiste. (...) Après son accession au pouvoir, Castro refusa de reconnaître le traité en ce qui concerne cette base. Il a également refusé d'encaisser les chèques américains après l'incident de la baie des cochons de 1961. Le gouvernement de Castro soutient que la disposition de bail à perpétuité du traité de 1934 pour la base est illégale. (...) En novembre 2001, les opérations militaires en Afghanistan pour soutenir la guerre contre le terrorisme avaient fait un certain nombre de prisonniers, assez pour forcer les décideurs à chercher un endroit où les interroger. Plusieurs de ces terroristes et les combattants ont été recueillies et temporairement détenus à la base d'opérations avancée à Kandahar, en Afghanistan. Les détenus ont été évalués afin de déterminer leur statut comme combattants légitimes, nécessitant un traitement spécifique au regard du droit international, et leur valeur à des fins de renseignement pour contrer les futures opérations terroristes. Malheureusement, les installations à Kandahar étaient limitées et insuffisantes pour la détention à long terme (...). La nécessité d'une installation plus robuste est vite devenue évidente. La grande question : où pouvait-on trouver une telle installation ? (...)

Notes on Guantánamo Bay (History of Cuba)
How Did Guantanamo Become a Prison? (Jane Franklin, History News Network)

Des agents de la CIA dénoncent le programme de torture à Guantanamo...

Sputnik a écrit:

(...) M.Kiriakou, qui a reçu plusieurs récompenses pour son travail au sein de la CIA, a longtemps soutenu le programme gouvernemental de mesures antiterroristes extraordinaires. (...) Dès que des informations concernant les tortures ont filtré, l'administration présidentielle a rejeté la responsabilité sur la CIA et ses agents. M.Kiriakou a été le seul agent de la CIA à être condamné dans le cadre de l'affaire des tortures. Il a été accusé d'avoir violé l'Acte sur l'espionnage pour avoir déclaré que les Etats-Unis torturaient les terroristes présumés. (...) Selon lui, le gouvernement américain utilise l'Acte sur l'espionnage "comme un marteau". Cet acte "n'a pas été conçu pour poursuivre en justice les gens qui parlent avec les journalistes, mais pour juger les gens qui commettent des faits de haute trahison contre les Etats-Unis en vendant des informations secrètes", a précisé M.Kiriakou. (...)

Prison Dispatches from the War on Terror: Ex-CIA Officer John Kiriakou Speaks (Andrew Jerell Jones, Information Clearing House)
How Guantánamo Diary Escaped the Black Hole and Got Past the Censors (Mostly)(Cora Currier, The Intercept)
Why the CIA Is So Eager to Demolish Whistleblower Jeffrey Sterling (Norman Solomon, Common Dreams)
CIA Torture Whistleblower Wants to Know: 'Where's the Prosecution?' (Lauren McCauley, Common Dreams)
US Enhanced Interrogation Akin to ‘Gestapo’ Tactics: Former CIA Analyst (Sputnik)

Suite à ces allégations, le Sénat américain demande un rapport...

Mr Mondialisation a écrit:

(...) Le Sénat américain aura donc attendu le 9 Décembre, veille de la journée internationale des droits de l’homme (sic), pour publier son rapport sur les techniques de tortures pratiquées par la tristement célèbre agence de renseignement américaine. Très attendu par la société civile, par les familles de victimes des attentats du 11 Septembre, par les opposants à la guerre, par les lanceurs  d’alerte et par les ONG  militant pour les droits de l’homme et les libertés individuelles, le rapport explique en détails les excès et erreurs de la « lutte contre le terrorisme » lancée en grande pompe par George W. Bush et ses ministres et conseillers néo-conservateurs (surnommés « faucons ») au lendemain du 11 Septembre. Si les cas de torture suite au 11 Septembre 2001 ont déjà été mis en lumière par des lanceurs d’alertes et quelques ONG, ce rapport de 525 pages, qui est un résumé de l’enquête comportant 6700 pages, apporte détails, méthodes, informations et plus généralement, légitimité aux opposants à la guerre et à la torture, qui pendant longtemps n’étaient pas écoutés ou pris au sérieux. Parmi les méthodes utilisées : simulation de noyade, coups, simulacres d’exécution, menaces et sévices sexuels, enfermement dans des boîtes de taille réduite, privation de sommeil, nudité, réhydratation et alimentation par voie rectale. (...)

Committee Study ofthe Central Intelligence Agency's Detention and Interrogation Program (pdf)
Senate Torture Report and Panetta Report (ACLU)
Senate report on CIA torture claims spy agency lied about 'ineffective' program (Spencer Ackerman, Dominic Rushe and Julian Borger, The Guardian)
Did the CIA Really Get a “Bum Rap” on Torture? (The Curious Case of David Cole)(Melvin A. Goodman, CounterPunch)
U.S. Senate Torture Report Ignores CIA’s Most Brutal Crimes (Andrew Emett, Tlaxcala)

L'administration Américaine mise à mal...

Patrick Martin et David North a écrit:

(...) « Les Américains avaient connaissance de bon nombre de ces actes depuis des années, mais le résumé de 524 pages du rapport de la Commission du renseignement du Sénat élimine tout doute résiduel quant à leur caractère dépravé et illégal. En plus de nouvelles révélations à propos de tactiques sadiques telles que ‘l'alimentation rectale’, des vingtaines de détenus ont subi le waterboarding [la baignoire], la pendaison par les poignets, le confinement dans un cercueil, la privation de sommeil, les menaces de mort ou les tabassages brutaux. En novembre 2002, un détenu qui a été enchaîné à un sol en béton est mort d’‘hypothermie présumée’ ». Ce sont tout simplement là des crimes. Ils sont interdits par la Loi fédérale qui définit la torture comme le fait d’infliger délibérément « de la souffrance physique ou mentale ». Ces crimes sont aussi interdits par la Convention contre la torture, le traité international que les Etats-Unis ont ratifié en 1994 et qui exige des poursuites en justice contre tout acte de torture. (...)

Dick Cheney and the Worship of Torture (The Will to Bend and Break)(Thomas Larson, CounterPunch)
Cheney on CIA torture: “I’d do it again in a minute” (Patrick Martin, WSWS)
Washington buries the CIA torture report (Patrick Martin, WSWS)
Why Obama Won’t Prosecute Torturers (Eric Posner, Slate)
Obama Responds To CIA Torture Report: Enhanced Interrogation 'Contrary To Our Values' (Ashley Alman, The Huffington Post)

Cas de torture identique à Chicago...

Andre Damon a écrit:

(...) Dans les années qui ont suivi le lancement de la « guerre contre le terrorisme » par le gouvernement Bush, toute une suite de révélations ont dévoilé les horribles méthodes de torture appliquées aux prisonniers à Guantanamo Bay, dans les « sites noirs » (centres de détention secrets de la CIA) et dans d’autres prisons hors des Etats-Unis, méthodes qui étaient politique d’Etat. Ces pratiques barbares, documentées récemment dans un rapport du Sénat sur le programme de torture de la CIA avec tant de détail qu’on en avait l’estomac retourné, ont leur origine dans les objectifs mêmes de l’impérialisme américain: le pillage du monde et sa domination par la répression violente de toute opposition à ses desseins prédateurs. (...) On l’a vu concrètement la semaine dernière avec la révélation par le journal britannique The Guardian, qu’un des principaux interrogateurs de Guantanamo Bay avait mis au point, à Chicago où il travaillait comme enquêteur de la police, les méthodes qu’il a utilisées ensuite dans le camp de torture. Selon le Guardian, Richard Zuley avait au moins une fois obtenu des aveux ayant conduit à une condamnation injustifiée avec les méthodes qu’il devait utiliser plus tard à Guantanamo Bay. Celles-ci comprenaient l’enchaînement prolongé à l’aide de menottes en « position de stress, » les menaces à l’égard de membres de la famille, la menace de condamner les inculpés à la peine capitale s’ils n’avouaient pas et l’exigence que ceux soumis à la torture s’accusent eux-mêmes ainsi que d’autres. (...)

L'article en question : Guantanamo in America (WSWS)


Guantanamo Interrogator Also Tortured Suspects as Chicago Detective (Nadia Prupis, Common Dreams)
Four More Victims Come Forward from Chicago Secret Prison, Man Tortured Over Weed (Cassius Methyl via Global Research)

D'autres articles à consulter...

4 Two-Faced Trends In The CIA’s Torture Report (Ted Corless, News Munchies)
US Expects Blowback After CIA Torture Report Released (Jason Ditz, Antiwar)
'Torture Report' Reshapes Conversation In Guantanamo Courtroom (David Welna, NPR)
US court overturns “terrorism” charge against Australian Guantanamo prisoner (Richard Phillips, WSWS)
The Strange World Of Guantanamo Bay's War Court (David Welna, NPR)

(...)

Be Safe Everyone...

Revenir en haut Aller en bas
The Black Swan
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 72
Avez vous apprécié ce post? : 47
Date d'inscription : 27/09/2014
Localisation : Sur une planète, dans la Voie Lactée...

MessageSujet: TBS News Report (Spécial Affaire Boris Nemtsov)   Mer 18 Mar - 11:40

TBS News Report
(Spécial Affaire Boris Nemtsov)


Ce bulletin d'information fait la synthèse de la presse Anglo-Saxonne
sur un sujet donné ou sur différents thèmes pertinents...
(Avec la collaboration de 09991)




Inna Doulkina a écrit:

(...) Nemtsov battait dans les sondages tous ses concurrents potentiels, à savoir l’éternel leader du parti communiste Guennadiï Ziouganov et le très charismatique général Alexandre Lebed. Le vice-Premier ministre Boris Nemtsov était jeune et beau, et avait beaucoup de bonnes idées. C’est lui, notamment, qui avait proposé que les fonctionnaires n’aient plus le droit de se déplacer dans des voitures de marques étrangères et optent pour des Volga. Si l’initiative n’a jamais été suivie d’effet, elle avait néanmoins marqué les esprits. Le 17 août 1998, la Russie a connu sa plus grande crise financière depuis la chute de l’URSS. La cote de Nemtsov a dégringolé à 1 %. Il a donné sa démission et quitté le gouvernement pour, un an plus tard, fonder son parti, l’Union des forces de droite, qui a recueilli 8,2 % des voix aux législatives de 1999. Nemtsov a obtenu un siège à la Douma. Mais au bout de quatre ans déjà, aux législatives de 2003, l’Union des forces de droite ne recueillait plus que 4 % des voix et échouait à franchir le seuil électoral. Boris Nemtsov est entré dans l’opposition. Il a soutenu la « Révolution orange » en Ukraine et a été un des conseillers de Viktor Iouchtchenko. Il a tenté de se faire élire à la mairie de Sotchi, mais en vain. Son dernier succès électoral date de 2013 : il s’est fait élire député de la Douma de Iaroslavl. (...)

Boris Nemtsov, l'opposant à Poutine...

Elena Kremencova a écrit:

(...) "La Russie est en train de devenir une colonie de la Chine. La Russie est en train de perdre sa souveraineté. C'est le point principal de la politique étrangère moderne du Kremlin", accuse Nemtsov, le leader de l'opposition. Apparemment, il a oublié qu'en 1997 en tant que vice-premier ministre, il a lui-même amorcé ce processus en arrivant à Pékin la veille du voyage du Président Yeltsin qui avait pour but de finaliser l'accord sur le gazoduc du champ de gaz de Kovyktinskij dans la région d'Irkoutsk allant de la Sibérie occidentale à la Chine. (...)

Media Portrays Nemtsov as "The Driving Force of Russia’s Opposition Movement"...(Russia Insider)
Nemtsov Wanted Color Revolution Change in Russia (Stephen Lendman, RINF Alternative News)
The selling of brand "Saint Nemstov" & Western Media Self Censoring (Penny for your thoughts)
Is Russia Aware of the Threat? Washington Intends to Destabilize Russia and Overthrow the Russian Government (Paul Craig Roberts)

L'Occident accuse immédiatement la Russie...

Who framed Vladimir Putin? (Jacques Sapir)
"Nemtsov is a Malaysian Boeing shot down at the walls of the Kremlin" (Mikhail Delyagin, Fort Russ)
Putin Predicted Washington Would Employ Assassination Tactic Against Russia (Paul Craig Roberts)


A qui peut bien bénéficier cet assassinat alors...

Moon of Alabama a écrit:
(...) L’ancien président soviétique Gorbatchev pointe du doigt ceux qui vont tirer avantage de la mort de Nemtsov : Mikhaïl Gorbatchev a manifesté sa conviction selon laquelle l’assassinat de l’opposant politique Boris Nemtsov au centre de Moscou est un complot visant à ‘aggraver et peut-être même déstabiliser la situation du pays et intensifier la confrontation (entre l’Occident et la Russie). Sollicité sur la possibilité du fait que les forces anti-russes à l’étranger pourraient exploiter ce crime pour servir leur propre agenda, il a fait valoir que cela allait se produire sans le moindre doute. "Bien sûr, certaines forces vont essayer de tirer profit de ce crime pour réaliser leur propre agenda, ils se demandent tous comment se débarrasser de Poutine, n’est-ce pas ? Mais après tout, je ne pense pas que l’Occident ira aussi loin que cela, qu’il va utiliser ce crime pour atteindre ses propres fins. Cependant, c’était là sans aucun doute l’objectif des criminels qui ont assassiné Boris", a-t-il déclaré. "Les crimes de cette nature sont perpétrés par des exécuteurs qui sont difficiles à trouver. Tous les efforts doivent être faits pour trouver les criminels", a déclaré l’ex-président. (...)

L'article en question : Whodunnit? (Moon of Alabama)

US State Department Admits Russia had Nothing to Gain from Killing Boris Nemtsov (Tony Cartalucci)
The Boris Nemtsov Assassination: Russia’s “Non-system” Opposition Refuses to Blame the Kremlin (The Saker via Global Research)
Russian opposition leader murdered two days before a planned rally against involvement in Ukraine (Marcus Williamson, The independant)

La piste tchétchène serait-elle un leurre ? ...

J.Hawk a écrit:
(...) L'enquête sur le meurtre Nemtsov se concentre sur la théorie que le crime a été organisé par un commandant militant tchétchène Adam Osmayev, du bataillon Dzhokhar Dudayev, qui fut aussi nommé dans l'affaire de la tentative d'assassinat de Vladimir Putin. Les enquêteurs pensent possible que des militants, qui ont combattu les RMR et LPR, aient opéré sous couvert des services secrets ukrainiens, alors que l'assassinat du chef de l'opposition discrédite les dirigeants russes et déstabilise la situation politique. (...)

Why Nemtsov's Murder Got Pinned on Chechens (Leonid Bershidsky, Bloomberg)
Boris Nemtsov Assassination: Confession of Former Russian Officer could Prompt “Mole-Hunt” (Dr. Christof Lehmann via Global Research)
The Murder of Boris Nemtsov. A 'Spring' in the Air? Cui Bono? (Penny for your thoughts)

D'autres articles à consulter...

Dean Henderson a écrit:

(...) L’assassinat s’est produit juste trois jours après que la Grande-Bretagne ait annoncé qu’elle allait envoyer des conseillers militaires en Ukraine pour entrainer l’armée de Kiev, qui ces dernières semaines s’est faite considérablement fesser par les révolutionnaires du Donbass, forçant le régime de Kiev à signer les accords de paix de Minsk. Tandis que les combattants du Donbass ont honoré le cessez-le-feu, l’annonce par la Grande Bretagne d’envoyer ses conseillers des services spéciaux du SAS est une tentative de torpillage des accords de Minsk. (...)

Was Kadyrov the target in Nemtsov's murder? (Fort Russ)
Nemtsov Murder: Case Closed? (Fort Russ)
Colleagues say Islamist motive for killing Nemtsov is nonsense (Christian Lowe & Vladimir Soldatkin, Reuters)
12 US top political figures murdered like Boris Nemtsov (Sage Eurasian, Oriental Review)

(...)

Be Safe Everyone...

Revenir en haut Aller en bas
The Black Swan
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 72
Avez vous apprécié ce post? : 47
Date d'inscription : 27/09/2014
Localisation : Sur une planète, dans la Voie Lactée...

MessageSujet: TBS News Report (Spécial destabilisation du Vénézuela)   Mer 25 Mar - 21:23

TBS News Report
(Spécial destabilisation du Vénézuela)


Ce bulletin d'information fait la synthèse de la presse Anglo-Saxonne
sur un sujet donné ou sur différents thèmes pertinents...
(Avec la collaboration de 09991)




Eric Zuesse a écrit:

(...) Lundi 9 mars, Reuters publie « Les États-Unis déclarent que le Venezuela menace leur sécurité nationale, et sanctionnent des hauts fonctionnaires », leur rapport donne le mot de la fin à un politicien de l’opposition, soutenu par Obama et qui dit: « Ce n’est pas un problème avec le Venezuela ou les Vénézuéliens; c’est un problème avec ceux qui sont corrompus » (c’est à dire, Maduro et son gouvernement). En d’autres termes, une fois encore, le sempiternel prétexte promu par Obama: nous essayons simplement de remplacer un chef d’État élu corrompu. La Maison Blanche explique son décret le 9 mars en disant: « Le président Obama a publié aujourd’hui un nouveau décret exécutif (EO) déclarant une urgence nationale suite à la menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis posée par la situation au Venezuela. (…) Plus précisément, le décret cible les menaces décelées par le Département du Trésor, en consultation avec le Département d’État, impliquant le Venezuela dans des actions (…) ou des politiques qui sapent les processus ou les institutions démocratiques. » (...)

Donc, le Vénézuela est une menace pour les Etats Unis...

Ted Snider a écrit:

(...) La déclaration que le Venezuela est une menace pour la sécurité de l'Amérique ressemble à celle du Président Ronald Reagan considérant que le Nicaragua des années 80 était une menace pour la sécurité nationale américaine parce qu'il se trouve « juste à deux jours de route de Harlingen, Texas. » (...) Depuis des générations, l'Amérique ne tolère aucune menace quant à son hégémonie, surtout dans son hémisphère. Et, comme peut en témoigner les Cubains, alliés du Venezuela, les États-Unis rejettent l'existence d'une politique et de systèmes économiques alternatifs présentant une concurrence au modèle américain pour l'Amérique latine, alors que des sociétés américaines font main basse sur les ressources de la région. (...) Le gouvernement américain considère que cette sorte de nationalisme démocratique comme un défi dangereux au modèle de « marché libre » préféré par Washington. Après tout, de véritables dirigeants démocratiques sont obligés de faire selon la majorité de leur peuple. Et, quant à choisir, le peuple choisira de garder ses richesses nationales aux mains de leur nation. (...)

Face aux sanctions américaines, les pays d'Amérique Latine (entre autres) font front... (

Jorge Capelán a écrit:

(...) Qu’est-il advenu de cet intrépide et lumineux Obama qui, en 2008 et à travers sa campagne présidentielle, a parlé de changement, d’un VRAI changement qui emporterait l’adhésion du peuple? Tu as redonné l’espoir à des millions de personnes, non seulement aux Etats-Unis mais partout dans le monde, à nous y compris. (...) Tu es bien placé pour savoir que les Etats-Unis ont toujours été le pays le plus haï dans l’histoire du monde pour son arrogance et son obsession nationaliste, diabolique, de domination planétaire. Contrairement à des leaders comme Ronald Reagan et Georges W. Bush, qui ne se sont pas distingués par leur intelligence, tu es sans nul doute une personne douée d’intelligence. (...) Tu devrais savoir qu’en Amérique Latine, il existe un sentiment croissant d’unité et de solidarité, dans toute cette région Latino-américaine et afro-antillaise que le peuple considère comme la terre de ses ancêtres. En même temps que nous rejetons ton ordre exécutif arrogant et interventionniste, nous t’adjurons de te tourner vers la fraternité et la solidarité, et de rejeter une fois pour toutes, les démons de la cupidité, de la guerre et de la domination planétaire. (...)

Regard sur les relations américano-vénézuelienne ainsi que sur l'impérialisme américain en Amérique Latine...

James Petras a écrit:

(...) Une approche historique comparative met en évidence les différentes politiques, les contextes et les résultats des politiques impériales au cours de deux périodes présidentielles distinctes : la montée en puissance des régimes néolibérale (Perez et Caldera) de la fin des années 1980 à 1998 ; et la montée et la consolidation d'un gouvernement populiste nationaliste dirigé par le président Chavez (1999-2012). (...) De 1980 à 1990, l'Amérique a réussi à mettre en place des politiques économiques leur étant favorables. (...) La politique américaine envers le Venezuela dans les années 90' et ses succès faisaient partie intégrante d'une étreinte générale des régimes électoraux néolibérale en Amérique latine. Washington et ses alliés du Fonds Monétaire International (FMI), de la Banque mondiale (BM) et de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) ont promu et soutenu des régimes dans toute l'Amérique latine, tout en privatisant et nationalisant de plus de cinq mille entreprises publiques dans les secteurs économiques les plus lucratifs. (...)

(...)

Be Safe Everyone...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un Regard sur l'Actualité Anglo-Saxonne ~ Février-Mars 2015 ~   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un Regard sur l'Actualité Anglo-Saxonne ~ Février-Mars 2015 ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Langue Normande.
» Cichlidés africains " appellation anglo-saxonne "
» Les actualités de la Marine Française
» Mer et marine, toute l'actualité marine.
» une ile anglo-normande de plus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Intuition :: Les Revues de Presse :: TBS News Report-