Follow Your Intuition

L'intuition est la vision anticipée d'une vérité : hypothèse pour le savant, rêverie pour le poète (Lucien Arréat)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour un supplément de liberté, pour un complément de fraternité et pour un mouvement vers l’égalité…
Rien de tel qu’un masque pour manifester dignement son mécontentement. Sans violence et en silence, s’il vous plaît... (Le Journal de Personne)

Partagez | .
 

 Les Livres Conseillés sur les dérives de la Société

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Les Livres Conseillés sur la Liberté d'Expression   Jeu 6 Fév - 10:35

La République des censeurs

Dans « La République des censeurs », qui vient de paraître,
l’intellectuel belge, Jean Bricmont, se livre à un vigoureux plaidoyer pour la liberté d’expression




La République des censeurs
Auteur : Jean Bricmont
Editions de l’Herne, 2014 : 15 € ( 176 pages)
ISBN: 9782851974570


De nombreux conflits en France sont « identitaires », par exemple sur l’Islam, le communautarisme, le sionisme et l’anti-sionisme, le racisme-sexisme-homophobie. Un des facteurs qui alimente ces conflits est que la notion de liberté d’expression et la séparation correcte privé-public n’est que très rarement comprise et encore plus rarement défendue. On aboutit à un climat généralisé de dénonciation mutuelle et une montée des antagonismes entre communautés. Cet ouvrage passera en revue, en les critiquant, les arguments en général avancés pour justifier la censure. Il montrera également qu’aucun critère ne peut être appliqué de façon impartiale (il est facile de donner des exemples de propos « scandaleux » proférés par de grands penseurs et qui sont en pratique non censurables). On tombe inévitablement dans le « deux poids, deux mesures », ce qui ne fait que renforcer la frustration de ceux qui estiment ne pas pouvoir d’exprimer.

La loi Gayssot sera également abordée dans son caractère exceptionnel, et par conséquent absurde (aucun autre propos sur l’histoire n’est censuré). Elle entraîne des peines de prison effectives et de nombreux abus: Gollnisch par exemple a été poursuivi et suspendu d’enseignement pendant 5 ans pour des propos qui n’avaient rien de « révisionniste », ce qui a d’ailleurs été reconnu par la Cour de Cassation. La « lutte contre l’antisémitisme » sert de modèle si on peut dire pour d’autres « luttes »: contre le racisme, le sexisme, l’homophobie, ou l’islamophobie. Comme il n’existe pas de lois explicitement discriminatoires en France (aujourd’hui, contrairement au passé ou à d’autres pays), on ne peut pas « lutter » pour les abolir.

Ces luttes par conséquent ne peuvent plus viser qu’à changer les mentalités (qui sont, bien sûr, le siège de nombreux préjugés). Mais, comme cela n’est pas simple à réaliser, ces luttes reviennent en pratique à « dénoncer » publiquement les propos jugés scandaleux ainsi que leur auteurs, sans jamais débattre réellement du contenu des propos en question ni accorder le droit à la défense aux auteurs diabolisés. Tout cela crée un climat généralisé de dénonciation, qui tourne souvent à la farce, et dont on peut sérieusement douter qu’il contribue de quelque façon positive que ce soit à l’évolution des mentalités.
Source de l'article : La République des censeurs


~ Entretien avec Jean Bricmont : La République des Censeurs ~
Publiée le  5 févr. 2014 par agenceinfolibre

Lire également (recommandé) l'interview de Silvia Cattori « La République des censeurs ». Entretien avec Jean Bricmont

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Les Livres Conseillés sur les dérives de la Société   Dim 13 Avr - 12:15

Du bon usage de la torture

Peut-on justifier l’usage de la torture par l’urgence d’épargner des vies innocentes ?
Depuis le 11 septembre 2001, la torture est devenue, aux États-Unis,
une pratique d'État politiquement et juridiquement justifiée par “The Global War on Terrorism”.




Du bon usage de la torture ou comment les démocraties justifient l’injustifiable
Auteur : Michel Terestchenko
Edition : La Découverte, 2008
ISBN : 9782707149831
Dimensions : 135 x 220 mm, Broché
Nb de pages : 216
Prix : 15,30 €


Y a-t-il un bon usage de la torture ? Michel Terestchenko est philosophe, mais de cette espèce qui lit les journaux et en tire matière à réflexion. Il revient donc d’abord sur les faits. On se souvient des photographies de la prison d’Abou Ghraib, diffusées en avril 2004, montrant des détenus irakiens brutalisés et humiliés. L’opinion s’est indignée, des subordonnés ont été sanctionnés, et une loi, passée aux États-Unis en 2005, a interdit le recours aux « traitements cruels, inhumains et dégradants ». Mais personne n’ignore que la pratique de l’« interrogatoire poussé » et d’autres techniques de déstabilisation chronique relèvent d’une doctrine ouvertement mise en œuvre par le gouvernement de George Bush depuis l’intervention en Afghanistan, grâce à un subterfuge juridique : l’application du statut de « combattant illégal », donc non couvert par les lois de la guerre, aux prisonniers armés et aux autres suspects de terrorisme. Aussi criticables soient-ils, les éléments de cette doctrine et, surtout, les circonstances auxquelles elle répond, le massacre du 11 septembre, le terrorisme aveugle en Irak, ont suscité aux États-Unis un débat public, couramment illustré dans la presse par la parabole dite de la « bombe à retardement » : un terroriste a posé une bombe quelque part dans une grande ville, peut-être dans une école. Pour d'éminents penseurs américains, la torture serait un mal nécessaire, voire un bien, dans certaines situations de menace extrême. Comment comprendre cette dramatique régression de la « première démocratie » ?

Or, la torture de masse a un prix politique : elle institue le crime à l’intérieur de l’État, corrompt les rapports sociaux et suscite la haine. Le bilan de cet examen est assez facile à tirer :
1) la torture n’a de sens qu’appliquée massivement,
2) elle est très marginalement productive et
3) elle criminalise les États qui s’y livrent.


Comment soutenir, dans ces conditions, qu’elle est utile ? En fait, ajoute M. Terestchenko, son efficacité existe, mais n’est pas celle de la fable : la torture sert moins à obtenir des aveux qu’à terroriser l’ennemi, éventuellement la population dans son ensemble. Son usage « chirurgical », tel que l’envisagent les penseurs utilitaristes, est « un leurre ». En fin de compte, mieux vaut s’en référer au droit naturel des principes libéraux et des droits inaliénables de l’Homme (conception déontologique kantienne, selon laquelle « Il ne peut y avoir de nécessité qui rende légal ce qui est injuste ») que de promouvoir un droit positiviste aux contours bien fragiles et aux conséquences incalculables à moyen terme. Le rapport coûts / avantages bascule finalement ainsi rapidement du côté des coûts. En effet, la solution utilitariste entraîne le risque d’une institutionnalisation qui conduirait à des abus incontrôlables. Problème de l’utilitarisme en général, insiste l’auteur, rappelant que Jeremy Bentham était d’ailleurs un adversaire de la doctrine des droits de l’homme, qu’il jugeait trop métaphysique.

Publiée le 22 avr. 2013 par François Jourde

Sources (extraits) utilisées pour ce billet :
Du bon usage de la torture ou comment les démocraties justifient l'injustifiable
Le dilemme de la bombe à retardement (Nicolas Journet)
Du bon usage de la torture (Johan Rivalland)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: L'Amérique en pleine Transe-Formation   Jeu 18 Sep - 14:25

L'Amérique en pleine Transe-Formation

Avertissement des auteurs :
L’ouvrage, qui contient des descriptions susceptibles de choquer,
s’adresse exclusivement à un lectorat adulte.


Hebergeur d'image

L'Amérique en pleine Transe-Formation
Auteurs : Cathy O'Brien, Mark Phillips
Traducteur : Pierre Mazé
Editeur : Nouvelle Terre Eds
Date de parution : 01/03/2013
ISBN : 9782918470014
Prix : 22 €


Pierre Mazé a écrit:

L'Amérique en pleine Transe-Formation est l’autobiographie parfaitement documentée d’une victime des activités gouvernementales américaines de contrôle de l’esprit. Cathy O’Brien est à ce jour l’une des (très) rares témoins conscients et survivante du Projet « Monarch » / « MK-Ultra » et autres opérations de contrôle de l’esprit. On trouve, profondément gravé dans la pierre blanche dont est bâti le quartier général de la CIA à Langley, Virginie, cet extrait d’un verset de la Bible selon Saint-Jean : « […] et la vérité vous libérera. » Cette affirmation, à l’instar de cette agence mondialement connue, est on ne peut plus concrète : le bâtiment dans lequel elle est immortalisée abrite la fabrique de mensonges la plus productive de notre planète, des mensonges destinés à sous-tendre les opérations d’une guerre psychologique menée sur tous les continents. La « Compagnie » utilise ainsi des vérités et des technologies sophistiquées comme matière première pour engendrer les « purs » mensonges en question, en vue de contrôler l’Amérique et ses nombreux alliés. Si vous voulez connaître les dessous sordides, c’est peu de le dire, de tout ce processus, vous les découvrirez dans L'Amérique en pleine Transe-Formation, un livre à ne certainement pas mettre entre toutes les mains : âmes sensibles s’abstenir…

~ Le Mot de l'éditeur : L'Amérique en pleine TranseFormation :... (FNAC) ~


Pierre Mazé: Traducteur et éditeur du livre de... par JaneBurgermeister
Si le lien venait à disparaître : Cliquez Ici

Dans cette autobiographie écrite à quatre mains et parfaitement documentée, Cathy O’Brien raconte comment, d’abord incestée par son père (sa mère étant complice) et par ses oncles depuis son plus jeune âge, elle sera ensuite "vendue" par celui-ci au gouvernement américain. Elle et sa fille Kelly, qui viendra au monde en 1980, deviendront ainsi des esclaves du projet "Monarque", une branche de l’opération "MK-Ultra" de la CIA consacrée aux recherches sur le contrôle de l’esprit. Conditionnée à tout oublier et programmée sur une base trauma-tique, Cathy O’Brien servira indifféremment d’esclave sexuelle à diverses grandes figures politiques de plusieurs pays (dont des sénateurs, gouverneurs et Présidents des É.-U.), de courrier diplomatique très spécial, d’intermédiaire et de "mule" dans le trafic de la cocaïne et autres drogues organisé par la CIA.

Cathy O'Brien a écrit:

Le contrôle de l'esprit est absolu. Soumise au Programme Monarch de contrôle de l'esprit basé sur les traumatismes du Projet MK-Ultra, j'ai perdu le contrôle de mes propres pensées telles qu'elles sont déterminées par le libre arbitre, il ne pouvait pas me venir à l'idée de contester, de raisonner, ou de comprendre consciemment, je pouvais seulement faire exactement ce que j'étais forcée de faire. Ceux qui contrôlaient mon esprit et, en fin de compte, mes actes, prétendaient être "des extraterrestres", "des démons" et "des dieux". Mais j'en ai fait l'expérience, ces perpé-TRAITRES des contrôles du nouvel Ordre mondial étaient et sont toujours tributaires des limites humaines et terrestres, en dépit de leurs illusions et de leurs revendications soutenues par des tactiques de terreur. En effet, les mêmes lois de la nature et les mêmes lois humaines s'appliquent bien aussi à eux. Bien qu'ils me manipulaient en se servant de ma religion, de mes instincts maternels et de mon intérêt sincère pour l'humanité, - ils n'ont jamais "possédé" mon être inné - ils ne sont pas arrivés à faire de moi l'un d'entre eux. Ils n'ont jamais tenu compte de la puissance de l'esprit humain. Ils n'étaient même pas au courant de son existence. Demandez-vous pourquoi.

~ L'Amérique en pleine Transe-Formation (autobiographie de Cathy O'Brien)(Extraits)(Mk-Polis) ~

Lors de sa traversée de l’enfer, elle sera le témoin muet et robotique de certains aspects de la mise en place du Nouvel Ordre Mondial et des délires de ses promoteurs, subissant diverses programmations "technologiques" réalisées dans des installations ultrasecrètes de la NASA et de l’armée américaine, qui lui feront croiser des personnages dignes des pires films d’horreur. Arrachée in extremis en février 1988 à ses "maîtres" par Mark Phillips, un familier de la CIA, elle parviendra grâce à lui à se dépro-grammer, à retrouver la mémoire et à découvrir son libre arbitre. Ses "souvenirs", d’une précision photographique, balayent les illusions que nous pourrions encore avoir quant à la politique et au pouvoir.

Cathy O'Brien a écrit:

Les activités de George Bush dans la retraite de Lampe, dans le Missouri, étaient aussi intenses que celles qu’il menait à Shasta, en Californie. La couverture de Shasta était exactement la même que celle de Lampe : la country music. D’après ce que disaient toutes mes connaissances, c’était l’auteur et interprète de chansons Merle Haggard qui était censé mener le spectacle au mont Shasta, en faisant ainsi totalement diversion par rapport au complexe voisin du même nom. D’après ce que j’en connaissais, Shasta était le plus grand camp secret d’esclaves pour ce qui était du contrôle de l’esprit. Dissimulée dans les collines boisées, une clôture militaire enserrait plus de militaires robotisés à l’esprit sous contrôle que je n’en ai vus dans tout Haïti ainsi qu’une immense flotte d’hélicoptères noirs dépourvus d’immatriculation. Cette activité militaire secrète suivait son propre agenda, pas celui de l’Amérique. On m’a dit (information que j’ai également entendue malgré moi) que c’était l’une des bases des futures forces de police multijuridictionnelles, destinées à faire respecter la loi et l’ordre au sein du Nouvel Ordre Mondial.

Il y avait au centre de ce complexe de haute sécurité une autre zone bien gardée, entourée d’une enceinte militaire, qui était considérée comme une sorte de "Camp David" par ceux qui dirigeaient notre pays. George Bush et Dick Cheney partageaient là-bas un bureau, et revendiquaient les bois du périmètre extérieur comme étant leur terrain de chasse privé, où ils jouaient au "Plus dangereux des jeux". D’après les conversations que j’ai pu surprendre entre eux, c’est son passé militaire dans la police mondiale qui avait valu à Dick Cheney sa nomination de Secrétaire à la Défense sous l’administration Bush.


~ "L'Amérique en pleine transe - formation" (extrait)(BistroBarBlog) ~

Source du Billet :
L'Amérique en pleine TranSEFormation (Editions Nouvelles)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
09991
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 169
Avez vous apprécié ce post? : 139
Date d'inscription : 18/09/2013
Age : 35
Localisation : Un peu partout....

MessageSujet: Théorie du drone - Grégoire Chamayou   Mer 25 Fév - 10:57

Théorie du drone - Grégoire Chamayou





Ajoutée le 22 mai 2013  par Libfly1

Grégoire Chamayou était le mardi 21 mai 2013 à la librairie l'Harmattan à Lille pour présenter son dernier livre édité par La Fabrique : "Théorie du drone". Rencontre aussi passionnante qu'inquiétante autour des usages militaires des technologies du drone et, qui, contrairement aux discours de légitimation qu'ils entraînent dans leurs sillages, recomposent dangereusement les conceptions des interventions militaires dans le monde et ignorent le droit international. A l'heure où le gouvernement nous engage dans l'acquisition de deux drones, Grégoire Chamayou met salutairement en lumière les enjeux que cela représente, y compris pour les usages potentiels de cette technologie à l'intérieur même de notre territoire national.



Le drone est l’instrument d’une violence à distance, où l’on peut voir sans être vu, toucher sans être touché, ôter des vies sans jamais risquer la sienne.

Cette forme de violence télécommandée, qui à la fois supprime le face-à-face et fait éclater la distance impose de repenser des concepts apparemment aussi évidents que ceux de combattant (qu’est-ce qu’un combattant sans combat ?) ou de zone de conflit (où a lieu, une telle violence, écartelée entre des points si distants ?).

Mais, plus radicalement, c’est la notion de « guerre » qui entre elle-même en crise : le drone est l’emblème de la « chasse à l’homme préventive », forme de violence qui débouche, à mi-chemin entre guerre et police, sur des campagnes d’exécutions extrajudiciaires menées à l’échelle globale.

Cette tentative d’éradication absolue de toute réciprocité dans l’exposition à la violence reconfigure non seulement la conduite matérielle de la violence armée, techniquement, tactiquement, mais aussi les principes traditionnels d’un ethos militaire officiellement fondé sur la bravoure et l’esprit de sacrifice.

Car le drone est aussi l’arme du lâche : celle de ceux qui ne s’exposent jamais.

Cela n’empêche pourtant pas ses partisans de la proclamer être l’arme la plus éthique que l’humanité ait jamais connue.

Opérer cette conversion morale, cette transmutation des valeurs est la tâche à laquelle s’attellent aujourd’hui des philosophes américains et israéliens qui œuvrent dans le petit champ de l’éthique militarisée.

Leur travail discursif est essentiel pour assurer l’acceptabilité sociale et politique de cette arme. Dans ces discours de légitimation, les « éléments de langage » de marchands d’armes et de porte-parole des forces armées se trouvent reconvertis, par un grossier processus d’alchimie discursive, en principes directeurs d’une philosophie éthique d’un nouveau genre – une « nécroéthique », dont il est capital de faire la critique.


                   

Parution : 24/04/2013
ISBN
: 9782358720472
Format papier
178 pages (11 x 16,8  ) 14.00 €



Vue sur : http://www.info-palestine.net/spip.php?article15169







A Bientôt
Revenir en haut Aller en bas
09991
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 169
Avez vous apprécié ce post? : 139
Date d'inscription : 18/09/2013
Age : 35
Localisation : Un peu partout....

MessageSujet: Re: Les Livres Conseillés sur les dérives de la Société   Dim 1 Mar - 21:54

Les tueurs de la République






C'est l'un des secrets les mieux gardés de la République : en son nom et sur ordre des plus hautes autorités, des tueurs sont disponibles à tout moment pour éliminer des personnes jugées dangereuses pour la sécurité nationale ou conduire des guerres secrètes contre des ennemis présumés.
Oui, la France tue parfois pour régler des comptes. Oui, la France mène clandestinement depuis des décennies, au nom de la protection de ses intérêts, du Moyen-Orient à la Françafrique, des actions meurtrières inavouables : vengeances d'État, assassinats en série, attentats commandités par l'Élysée, guérillas sanglantes, éradication de chefs terroristes, emploi de mercenaires sulfureux ou de services secrets alliés peu regardants...

Pour ce faire, la DGSE dispose de son Service Action et, en marge de celui-ci, d'une cellule clandestine dont ce livre retrace l'histoire. Ses agents et des commandos des forces spéciales sont entraînés pour mener à bien ces exécutions ciblées, appelées "opération Homo" (pour homicide), ainsi que des opérations plus vastes de "neutralisation", souvent en marge des conflits déclarés. Les présidents successifs de la Ve République, de De Gaulle à Hollande, ont, chacun à leur manière, recouru à ce type d'actions, même s'ils s'en sont défendus.
Au cours d'une enquête de plusieurs années, Vincent Nouzille a recueilli des témoignages exclusifs et des documents inédits. Des acteurs clés qui ont donné ou obtenu ce "permis de tuer" éclairent ici cette face sombre du pouvoir.





EAN :
9782213671765
Témoignages/Doc/Actu
Parution
:
21/01/2015
352pages
Format :
153 x 235 mm
Prix public TTC:
20.00


http://www.fayard.fr/les-tueurs-de-la-republique-9782213671765





Vue sur : http://www.labanlieuesexprime.org/francois-hollande-derriere-ses-airs-de-gentil-homme-se-cacherait-il-un-homme-sans-foi-ni-loi/










A Bientôt

Revenir en haut Aller en bas
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Pilleurs d'Etat   Dim 13 Déc - 11:40

Pilleurs d'Etat

Combien avons-nous d’élus en France ? 600 000  élus ? 700 000 mandats électifs ?
Nous ne le savons pas exactement... Ce que nous savons en revanche,
c’est que la France est proportionnellement le pays au monde avec le plus d’élus par habitant !...




Pilleurs d'Etat
Auteur : Philippe Pascot
Editions : Max Gallo
Date de parution : 14 mai 2015
Broché: 309 pages
ISBN-10: 2315006368
ISBN-13: 978-2315006366
Prix : 19,90 €


Maire adjoint d'Évry auprès de Manuel Valls puis conseiller municipal, ancien conseiller régional, Chevalier des Arts et des Lettres, Philippe Pascot a 25 ans de vie politique derrière lui et a fréquenté la plupart des élus politiques de premier plan. Il milite pour une transparence totale de l'exercice politique et est engagé dans de nombreux combats de société (gaz de schiste, dons d'organes, création d'un orchestre philarmonique dans la banlieue de Kinshasa...).

Philippe Pascot a écrit:

« J'ai découvert avec effarement qu’en dehors des délits  référencés dans le Code pénal et justifiant d’une procédure judiciaire, il y a aussi, derrière, devant ou conjointement à un délit, une multitude d’abus, commis joyeusement par nos élus, dans une opacité savamment distillée et auto-entretenue, toutes tendances confondues. Ces abus, privilèges, passe-droits, avantages me laissent pantois et désespéré sur le genre humain. Le pire, c’est que la plupart de ces « abus » sont revêtus d’une légalité de façade qui permet à ces élus de se draper dans une innocence de circonstance qui, à défaut d’être répréhensible pénalement, m’enveloppe de beaucoup plus qu’un doute sur l’éthique et la probité de ceux qui en profitent. »

Philippe Pascot a côtoyé les élus de tout bord pendant près de 25 ans. Il recense dans cet ouvrage les abus légaux dans lesquels tombe la classe politique française : salaire exorbitant, exonération d’impôts, retraite douillette, cumuls, emplois fictifs, déclarations d’intérêts et d’activités bidons et tant d’autres petits arrangements entre amis. Derrière une volonté affichée de transparence et de « moralisation » de la sphère politique, nos élus entretiennent leurs propres intérêts au travers de lois de plus en plus incompréhensibles, quand nous, simples citoyens, devons nous serrer la ceinture. Sans parti pris, l’auteur rend compte de ce pillage d’État et du système qui le permet.

Philippe Pascot nous entraine à la découverte de ce que nos élus cachent sous le tapis de leur exemplarité affichée et de leur moralité élastique quand elle touche à leurs privilèges. Il démontre à travers des faits concrets que le système lui-même, dans son immobilisme calculé, ne peut donner naissance qu'à des dérives illicites ou légales mais toujours totalement immorales ! Si tous les élus ne sont pas pourris, beaucoup sont complices... Cet ouvrage recense tous les abus légaux dans lesquels se vautre sans vergogne la classe politique française : salaires exorbitants, exonération d'impôts, retraites douillettes, passe-droits et autres petits arrangements entre amis, le tout dans le cadre d'une loi faite sur mesure et qu'ils connaissent sur le bout des doigts. Des faits et des actes révoltants, mis à jour sans concession mais sans esprit partisan, dans le seul but du droit à l'information pour tous.


~ Pilleurs d'état (Bob vous dit toute la Vérité)(Chaîne YT de MrChoutben ) ~



Philippe Pascot a écrit:

(...) Le pouvoir que l’on vous octroie procure les avantages qui en sont l’accessoire (téléphone, Internet, frais de représentation, invitations diverses et variées…), eux-mêmes doublés d’un soupçon de privilèges et d’un zeste de passe-droits qui font que très vite, de tout là-haut sur le petit nuage, les vraies gens deviennent tout petits, voire insignifiants. Vous venez de toucher le gros lot et plus rien ne compte vraiment que la contemplation de ce que vous êtes devenu. Une fois bien installé, l’élu, prenant goût à la fonction, commence à réfléchir et se demande comment faire pour que de locataire de son mandat, il en devienne propriétaire. Sans s’en rendre compte ou par calcul (pour toujours davantage d’élus), l’élu fait ce qu’on appelle « un plan de carrière ». Il commence alors à cumuler : un mandat pour la soif, un autre au cas où, une vice-présidence par-ci, un petit mandat local comme base de repli par-là, un territoire à garder pour avoir sa base arrière… (...)

(...) Dans un rapport du Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof ), on constate qu’il n’y a quasiment plus aucun parlementaire qui le devient au titre d’un premier mandat. Quasiment tous ont déjà une longue carrière politique ou d’appareil derrière eux. La plupart ayant commencé leur parcours avant 25 ans dans des instances politiques soit comme assistants parlementaires, soit comme conseillers municipaux ou régionaux. La politique n’est plus vue comme un sacerdoce dans lequel on s’engage pour défendre la veuve et l’orphelin mais comme une carrière au long cours. Il faut la gérer avec prudence au sein d’un groupe qui vous protégera, et sa continuité passera, pour beaucoup, par une soumission profonde sous des dehors de liberté apparente. Sans soutien, sans appui, sans argent, il est quasiment impossible aujourd’hui de gagner une élection parlementaire. Le trublion qui vient déranger la machine bien huilée du parcours obligatoire du candidat programmé ne passe plus que très rarement la barre du premier tour. Il faut être du « sérail ». (...)


~ Pilleurs d'Etat : pourquoi nos élus en arrivent à se prendre pour des surhommes (Extraits de Pilleurs d'Etat)(Atlantico)(Mai 2015) ~

Sources (extraits) utilisées pour ce billet :
PILLEURS D’ÉTAT (Philippe Pascot)(Politic News)(Mai 2015)
Philippe Pascot : Pilleurs d'Etat (Editions Max Gallo)(Mai 2015)
Pilleurs d'Etat (Amazon)(Mai 2015)

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
09991
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 169
Avez vous apprécié ce post? : 139
Date d'inscription : 18/09/2013
Age : 35
Localisation : Un peu partout....

MessageSujet: Re: Les Livres Conseillés sur les dérives de la Société   Mer 13 Juil - 21:48

Dictionnaire des symboles




C'est trop peu de dire que nous vivons dans un monde de symboles, un monde de symboles vit en nous. De la psychanalyse à l'anthropologie, de la critique d'art à la publicité et à la propagande idéologique ou politique, sciences, arts et techniques essaient de plus en plus aujourd'hui de décrypter ce langage des symboles, tant pour élargir le champ de la connaissance et approfondir la communication que pour apprivoiser une énergie d'un genre particulier, sous-jacente à nos actes, à nos réflexes, à nos attirances et répulsions, dont nous commençons à peine à deviner la formidable puissance.

Des années de réflexions et d'études comparatives sur un corpus d'informations rassemblées par une équipe de chercheurs, à travers des aires culturelles recouvrant la durée de l'histoire et l'étendue du peuplement humain, les auteurs ont tenté de donner à voir le cours profond du langage symbolique, tel qu'il se ramifie dans les strates cachées de notre mémoire.

Chacun sentira bien l'importance de ce Dictionnaire. Plus de mille six cents articles, reliés par des comparaisons et des renvois, souvent restructurés à la suite d'une longue maturation, permettent de mieux approcher la nudité du symbole, que la raison dans sa seule mouvance ne parviendrait pas à saisir. Cette somme unique ouvre les portes de l'imaginaire, invite le lecteur à méditer sur les symboles, comme Bachelard invitait à rêver sur les rêves, afin d'y découvrir la saveur et le sens d'une réalité vivante.



Jean Chevalier
Alain Gheerbrant

ISBN : 222108716X
Éditeur : ROBERT LAFFONT (1997)




http://www.babelio.com/livres/Chevalier-Dictionnaire-des-symboles/9133










A Bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Livres Conseillés sur les dérives de la Société   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les Livres Conseillés sur les dérives de la Société

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Consultation Livres Hebdo? (&autres revues professionnel
» Le maghreb des livres 2010
» Idée: une bourse aux livres
» livres prénoms ou internet ?
» des livres pas comme les autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Intuition :: Musiques, Conseils de lecture... :: Les Livres recommandés à la lecture-