Follow Your Intuition

L'intuition est la vision anticipée d'une vérité : hypothèse pour le savant, rêverie pour le poète (Lucien Arréat)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour un supplément de liberté, pour un complément de fraternité et pour un mouvement vers l’égalité…
Rien de tel qu’un masque pour manifester dignement son mécontentement. Sans violence et en silence, s’il vous plaît... (Le Journal de Personne)

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | .
 

 Mondialisation: un étrange commerce triangulaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Mondialisation: un étrange commerce triangulaire   Mar 3 Déc - 15:37

Mondialisation: un étrange commerce triangulaire

L’économie mondialisée, le capitalisme total, une vieille histoire ?
De tout temps, l’avidité des uns à imposer l’exploitation à d’ autres.




De la traite négrière à la sous-traitance sordide au Bangladesh, c’est toujours la même histoire, la recherche effrénée du profit sur le dos de ceux qui créent de la valeur par leur travail, leur habilité et leur génie.
XVIIIème Siècle : La Traite Négrière

Aimé Césaire a écrit:

"J'entends de la cale monter les malédictions enchaînées, les hoquettements des mourants,
le bruit d'un qu'on jette à la mer...les abois d'une femme en gésine... des raclements d'ongles cherchant
des gorges... des ricanements de fouets... des farfouillis de vermine parmi des lassitudes..."


~ Cahier d'un retour au pays natal ~

Au XVIIIé siècle, il y eu le commerce triangulaire avec l'ignominie de la traite négrière. On échangeait alors des esclaves contre des produits manufacturés (textiles), des armes ou des produits de luxe (cadeaux, vins, etc...). Cette main d’œuvre réduite à l'état de marchandise était alors vendue aux colons du Nouveau Monde essentiellement pour l'exploitation de la terre (sucre de canne) et de ses richesses minières (or), produits qui étaient ensuite rapatriés dans les métropoles européennes au profit d'une aristocratie négrière qui occupait alors le haut du pavé.
XIXème Siècle : L'Exploitation de la force de travail
dans les ateliers et les mines


Paul Lafargue a écrit:

"La France capitaliste, énorme femelle, velue de la face et chauve du crâne, avachie,
aux chairs flasques, bouffies, blafardes, aux yeux éteints, ensommeillée et bâillant, s'allonge sur un canapé
de velours ; à ses pieds, le Capitalisme industriel, gigantesque organisme de fer, à masque simiesque,
dévore mécaniquement des hommes, des femmes, des enfants dont les cris lugubres et déchirants
emplissent l'air ; la Banque à museau de fouine, à corps d'hyène et mains de harpie, lui dérobe prestement
les pièces de cent sous de la poche. Des hordes de misérables prolétaires décharnés, en haillons,
escortés de gendarmes, le sabre au clair, chassés par des furies les cinglant avec les fouets de la faim, apportent aux pieds de la France capitaliste des monceaux de marchandises, des barriques de vin,
des sacs d'or et de blé."


~ Le droit à la paresse (1881) ~

Si au XIX° siècle, l'esclavage est aboli (1793 et 1848 en France), les empires coloniaux sont préservés. Avec les progrès de la technique, c'est le développement des manufactures et des mines dans les pays européens et du commerce à travers le monde. Pendant que le pillage de diverses matières premières et des produits agricoles exotiques continue dans les pays colonisés, c'est l'exploitation effrénée de l'être humain, enfants compris, dans les pays de la métropole, pour, d'une part, fabriquer les infrastructures nécessaires aux échanges et pour, d´autre part, le commerce des biens avec la bourgeoisie nationale et les comptoirs et colonies d'outre-mer. Le salaire misérable de l'ouvrier ne sert qu'à reconstituer sa force de travail, simultanément les patrimoines de la bourgeoisie et des grands capitaines d'industries explosent et ce, jusqu'à la première guerre mondiale.
XXème Siècle : Le Développement du Grand Marché

Karl Polanyi a écrit:

"Au lieu que l'économie soit encastrée dans les relations sociales,
ce sont les relations sociales qui sont encastrées dans le système économique. L'importance vitale
du facteur économique pour l'existence de la société exclut tout autre résultat. Car, une fois que
le système économique s'organise en institutions séparées, fondées sur des mobiles déterminés
et conférant un statut spécial, la société doit prendre une forme telle qu'elle permette à ce système
de fonctionner suivant ses propres lois. C'est là le sens de l'assertion bien connue qui veut
qu'une économie de marché ne puisse fonctionner que dans une société de marché."


~ La Grande Transformation (1944) ~

Mais ce marché est étroit. Avec le développement des luttes sociales et l'élévation des qualifications, les salaires augmentent. Pour reprendre en partie ce que l'on a dû concéder, on passe, dans les pays occidentaux, d'un modèle où la production domine à un modèle consumériste dont le premier symbole, il y a déjà plus de cent ans, a été la construction de la première automobile populaire : la Ford T. L’idée du Fordisme est d’élargir le marché pour pouvoir produire plus et gagner plus, grâce à la technologie et à l’énergie fossile, le pétrole, disponible à bon prix. Depuis, les travailleurs ne sont plus seulement des producteurs cantonnés derrière les murs de l’usine ; avec plus de pouvoir d’achat, ils deviennent aussi des acteurs de la consommation, comme les bourgeois ! La politique keynésienne mise en œuvre après la crise de 1929 fait des salariés des consommateurs de masse. La machine est lancée et avec l'ouverture des frontières « le Grand Marché » se développe. Tout semble fonctionner à merveille : le progrès scientifique et technique met à la disposition de l’homme de plus en plus d’objets qui l’assistent et le distraient au quotidien; le pouvoir d’achat des travailleurs augmente ce qui leur permet d’avoir accès à tout ce dont l’industrie est capable de produire, et ainsi d’anesthésier les douleurs que le travail à la chaîne engendre.

Pour produire plus, on joue sur l' augmentation de la productivité du travailleur. Pour limiter au mieux l'intervention humaine dans le processus de production, il faut automatiser le plus grand nombre de manipulations possibles.Il faut aussi encadrer au mieux les gestes de l'ouvrier devenu opérateur, dépersonnaliser son action, et faire en sorte que ses gestes soient reproductibles à l'infini partout dans le monde. Les cadences de production ne cessent d'augmenter et il faut vendre les produits finis pour réaliser ce capital toujours plus abondant. Cette augmentation de la productivité aurait pu conduire à une libération progressive par la machine du travail humain, pour aller vers une société conviviale et sobre en consommation des ressources de la Terre, tout en allant vers le bien être du plus grand nombre. Mais, c'était sans compter sur le développement d'une société de consommation, qui tout au long du XXème siècle, n'a eu de cesse d’exiger du salarié de travailler plus pour gagner plus et ainsi dépenser plus jusqu'à l'endettement. L'aliénation du travailleur envahit progressivement tous les aspects de sa vie et son aveuglement supposé autorise tous les excès.

Avec le capitalisme de la production, se développe alors un capitalisme de la distribution et de la communication. Il faut produire en masse, informer et mettre à la disposition du consommateur, partout dans le monde, des produits toujours renouvelés, magnifiés par la publicité. Dans la société de consommation, la distribution prend peu à peu la main sur la production. Avec la suppression des frontières, pour offrir des produits à prix réduit tout en préservant les marges, on n'hésite pas à mettre en concurrence les sous-traitants du monde entier. Peu à peu les ateliers de production se délocalisent. L'ouvrier des pays occidentaux, qui après un siècle de luttes et d'avancées sociales avait réussi à gagner un peu plus de pourcentage dans le partage de la valeur ajoutée, lâche à nouveau prise à partir des années 1980 et le triomphe de l'économie libérale. Si, après des mois de chômage et de galère, il ne se décourage pas (voir l'article : " Où sont passés les travailleurs américains"), il se retrouve trop souvent condamné au déclassement, à accepter des emplois de service, des "mini jobs" ou des temps partiels contraints, dans la grande distribution ou dans les chaines internationales des grandes marques. Son pouvoir d'achat stagne. Pour maintenir son niveau de vie, il est contraint à l'endettement et à acheter de plus en plus de produits dits low-cost, creusant ainsi sa propre tombe par les délocalisations et la pression sur les salaires et les conditions de travail que cela induit.

Simultanément, dans les anciennes colonies, dans des ateliers sordides, des hommes, des jeunes femmes, voire des enfants, travaillent jusqu'à l'épuisement pour quelques euros. Le XIXème siècle de Zola est ainsi de retour à l'autre bout du monde.



Mondialisation : Le travail, pourquoi ?
Vidéos mises en ligne le 26 nov. 2010 par MrMondialisation

Des objets sans aucune Valeur Humaine

Aujourd'hui la plupart de nos objets du quotidien, s'ils continuent à avoir une valeur marchande, n'ont plus aucune valeur humaine. Lorsque en échange de quelques dizaines d' euros on achète un objet ; mises à part quelques caractéristiques techniques et quelques précautions d'usage, on sait peu de chose de lui, de son mode de fabrication, du lieu d'assemblage ou de conception, de la valeur réelle qu'a perçu celui qui a participé à son élaboration. Dans ce formidable jeu de cache cache à l'échelle du monde, le grand gagnant à la fois sur l'ouvrier d'un pays du Sud-Est asiatique ou des "maquiladoras" de la frontière mexicaine et, sur le consommateur des centres commerciaux et boutiques des centres urbains, c' est celui qui se positionne en distributeur ou en créateur de marques.

Dans le prix d'un vêtement par exemple, la valeur du travail pour sa conception dans des ateliers au Bengladesh ne représente que 2 à 3 % du prix payé par les consommateurs, quant le distributeur et la marque se partagent plus de 85 %  de marge brut sur le chèque final. Il en est de même pour des objets techniques haut de gamme. Ainsi pour un Ipad de chez Apple vendu 400 euros, la valeur du travailleur chinois qui assemble les composants n'est que de 8 euros alors que le bénéfice net, sur chaque tablette, de la marque à la pomme est de 120 euros !

~ La petite souris est orpheline, Apple est tout sourire ~

Le succès de la marque à la pomme a permis aux financiers de l'entreprise d'accumuler un trésor de guerre de 137,1 milliards USD de cash dont les 2/3 sont placés non pas aux Etats-unis, berceau de la marque, mais à l’étranger dans divers paradis fiscaux. En réalité, avec le commerce mondialisé de tous ces produits de consommation standardisés, ce sont deux types de victimes qui sont dépouillées de la richesse que devrait leur procurer le travail. L'un, directement à Dacca , sous-payé, dans les ateliers des quartiers industriels de Gazipur et Savar, l'autre dans les centres commerciaux des grandes métropoles où les marques dictent leur prix à des consommateurs avides.
XXIème SIECLE : Un Commerce Triangulaire bien étrange

Ainsi au fil du temps la plupart des biens nécessaires ou superflus se sont inféodés à des marques mondialisées contrôlées par des méga entreprises multinationales qui imposent au monde un commerce triangulaire bien singulier. Les usines des sous-traitants de ces grands groupes se déplacent au gré du moins-disant salarial dans divers endroits du monde où jadis on pouvait vendre des esclaves. Ensuite, quelques milliers de kilomètres plus loin, par la magie du marketing et du transport en conteneurs, dans une débauche d'énergie fossile et de matières premières, on met à disposition du consommateur ces produits "packagés" et labellisés par des marques connues de tous. Marques qui permettent au passage d'extorquer des poches d'autres travailleurs, transformés pour l'occasion en consommateurs, de la richesse péniblement acquise par le travail qui se fait rare et se dévalorise. Les profits démesurés de ces marques internationales s'évadent ensuite vers des îles mystérieuses au nom exotique comme les îles Caïmans ou les îles Cook, pour les intérêts de quelques uns. Ce trésor, plus de 600 milliards d'euros, accumulé par ces pirates des temps modernes, qui se cachent sous des logos prestigieux, est autant d'argent prélevé dans la poche des consommateurs. Autant de richesses qui ne servent pas les trésors publics et ne permettent pas de combler les déficits des budgets des États de plus en plus sollicités pour soigner les dégâts collatéraux de ce funeste manège et dont la charge de la dette pèse aussi de plus en plus lourd sur le dos des citoyens.

~ Evasion fiscale : Le hold-up du siècle ~

Comme au XVIIIème siècle, un nouveau commerce triangulaire s'est ainsi mis en place. Mais cette fois ci au lieu d'enrichir les puissances coloniales aux dépends des terres conquises et de leur population, il dépouille à la fois les anciennes colonies devenues pays émergents et les anciens empires, pour monétiser une grande partie de la richesse et l'engloutir dans ces " trous noirs" de la finance internationale que sont ces paradis fiscaux, comme le font avec la lumière les trous noirs de l'univers des astrophysiciens. Dans cette régression mondiale, il ne faut pas compter sur les élites politiques et les nouveaux oligarques des pays "émergents" pour inverser cette marche funeste vers l'appauvrissement généralisé au profit de quelques uns tant ils ont les yeux rivés sur des indices boursiers ou économiques qui ne signifient plus rien (Comme le taux du chômage de ce mois d'août en France).

Seuls, ceux qui disposent de cette capacité à créer de la richesse par leur travail, sont capables d'enrayer ce trafic pervers, que ce soit dans les pays de production ou de consommation. Il ne faut pas désespérer, et prêtons attention aux signes précurseurs de cette reprise en main de leur destin par la masse impressionnante et diverse des travailleurs du monde entier. En voici quelques exemples récents dans divers endroits du monde :

- Il y a peu, les employés des fast-food de chez Mac Donald aux États-Unis ont refusé de travailler pour exiger le doublement de leur salaire (15 dollars pour un salaire actuel de 7,25 dollars de l'heure (5,4 euros), 40 heures de travail hebdomadaire pour les mieux lotis pour un revenu mensuel inférieur au seuil de pauvreté).
- Ce lundi 23 septembre, à Dacca, Les syndicats ouvriers demandent le relèvement du salaire minimal à 77 € par mois au lieu de 28€ actuellement, quatre mois et demi après le drame du Rana Plaza, qui avait coûté la vie à 1 129 personnes.
- A Paris, place Vendôme c'est la grève des femmes de chambres et des valets du luxueux hôtel Park Hyatt pour des contrats de travail sécurisés et un treizième mois.


Soyons conscients et vigilants. Continuons ce nécessaire travail de réflexion, échangeons, dialoguons, nourrissons nous de la pensée des autres, des expériences menées, pour qu’un jour, ces idées que nous portons en germe, ces combats encore minoritaires, la majorité se les approprie et trouve le bon moyen de métamorphoser l’ordre établi avant qu’il ne s’effondre et nous anéantisse.
Source de l'article :
Mondialisation: un étrange commerce triangulaire via Blogapares

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
 

Mondialisation: un étrange commerce triangulaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» l'étrange destin de Benjamin Button
» petits pots faits maison ou petits pots du commerce?
» La mondialisation vaut-elle le coup ?
» J'ai du mal à comprendre la mondialisation !
» Pétition Vétérinaires: halte au commerce

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Intuition :: Economie Mondiale :: Mondialisation-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet