Follow Your Intuition

L'intuition est la vision anticipée d'une vérité : hypothèse pour le savant, rêverie pour le poète (Lucien Arréat)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Pour un supplément de liberté, pour un complément de fraternité et pour un mouvement vers l’égalité…
Rien de tel qu’un masque pour manifester dignement son mécontentement. Sans violence et en silence, s’il vous plaît... (Le Journal de Personne)

Partagez | .
 

 Nouvelle tendance mondiale : la confiscation de l'épargne...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Nouvelle tendance mondiale : la confiscation de l'épargne...   Ven 4 Oct - 11:42

Nouvelle tendance mondiale : la confiscation de l'épargne...

Comme on pouvait le craindre, le modèle de renflouement interne mis en oeuvre
au printemps pour Chypre commence à faire des émules partout dans le monde.
En Pologne, en Italie et peut-être même prochainement aux Etats-Unis, l'argent des déposants
et des épargnants n'est plus totalement en sécurité face au problème
de plus en plus pressant de l'accroissement du déficit et de la dette.




Michael Snyder, du site "The Economic collapse", cite des exemples qui indiquent que cette pratique s’est en effet généralisée dans le monde au cours des derniers mois :

✔ Pologne : Reuters rapporte que le gouvernement polonais a annoncé mercredi dernier qu’il allait transférer à l’Etat plusieurs actifs détenus par des fonds de pension privés pour réduire la dette nationale. L’association des fonds de pension polonais a jugé que cette décision était inconstitutionnelle parce que le gouvernement s’est emparé de certains de leurs actifs privés sans leur proposer la moindre compensation.

~ Pologne. Comment adapter le système des retraites aux temps de la rigueur ? ~

✔ Islande : Ce pays a été salué pour sa gestion de la crise financière. Cependant, le ministère des Finances vient de proposer de limiter la garantie des dépôts bancaires à 100.000 euros. Cette mesure ne manque pas de rappeler que l’Europe a érigé la solution adoptée à Chypre (c'est-à-dire la mise à contribution forcée des déposants détenant plus de 100.000 euros en compte) en « modèle » , d’autant qu’en parallèle, des contrôles de capitaux ont été mis en place, qui ont permis de limiter les sorties de capitaux à 6 milliards d’euros.

~ L’Islande renaît de ses cendres ~

✔ Europe : Jeudi dernier, les ministres des Finances de la zone euro ont approuvé un plan qui promeut la méthode du «bail-in» comme la méthode type pour porter secours aux banques « too big to fail » à l’avenir. Ce plan prévoit que les clients titulaires de dépôts supérieurs à 100.000 euros seront les premiers à subir des pertes en cas de tombée en faillite de la banque. Les contribuables ne seront plus mis à contribution qu’en dernier ressort.

~ Ces banques au-dessus des lois ~

✔ Italie : Un « bail-in » est actuellement organisé pour la banque Monte dei Paschi, la plus ancienne banque italienne. En clair, la banque ne paiera plus d'intérêt sur ​481 millions d'obligations hybrides. Ces titres ont été choisis en particulier, parce qu’ils n’offrent aucune protection ni aucun recours à leur détenteur. Les clauses de leur règlement prévoient que l’absence de paiement des intérêts de l’emprunter ne sera pas considérée comme un défaut de paiement. Il ne semble pas que ce sauvetage devrait concerner d’autres titulaires de comptes privés, mais cela montre que les officiels européens sont déterminés à appliquer la solution du bail-in en cas de chute d’une banque.

~ Le PDG d’une banque Italienne demande une confiscation globale des dépôts ~

✔ Nouvelle-Zélande : Bill English, le ministre néo-zélandais des Finances est favorable à la solution chypriote pour porter secours aux banques en difficultés, qu’il a adaptée à la Nouvelle Zélande avec l’Open Bank Resolution (OBR). L’OBR prévoit qu’en cas de faillite d’une banque, tous les déposants subiront une ponction immédiate sur leur épargne pour financer le plan de secours de la banque.

✔ Canada : Le Canada est également en train de proposer la méthode du « bail-in » dans le cadre de la préparation du budget du gouvernement. Le nouveau budget propose de mettre en place un régime de bail-in pour les banques du Canada d’une importance systémique. Cette proposition est datée du 21 Mars, ce qui implique qu’elle est antérieure à la mise au point de la solution chypriote.

~ Bail-In le mot qui va changer vos vies et vider vos comptes en banque! ~

« Cela signifie que les gouvernements du monde considèrent désormais que notre argent constitue une partie de la solution en cas de faillite future de grandes banques », écrit Snyder. Il n'y a plus d’endroit offrant une garantie totale pour placer son argent. Plus que jamais, il est impératif de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, et de répartir ses actifs sur différentes sortes de supports au sein de plusieurs banques/institutions financières. Ceux qui s’en abstiendront et qui placeront toute leur fortune dans une seule banque ne devront pas se montrer surpris si un jour une grande partie venait à disparaitre à la suite d’une décision officielle.
Audrey Duperron
Source de l'article : 'La confiscation de l'épargne devient une tendance mondiale'

Article original : Cyprus-Style Wealth Confiscation Is Now Starting To Happen All Over The Globe

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
09991
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 169
Avez vous apprécié ce post? : 139
Date d'inscription : 18/09/2013
Age : 35
Localisation : Un peu partout....

MessageSujet: Re: Nouvelle tendance mondiale : la confiscation de l'épargne...   Mar 8 Oct - 20:46

La confiscation des épargnes des citoyens pour « sauver les banques » : Le projet diabolique de « recapitalisation » bancaire




Citation :
La recapitalisation des banques chypriotes est-elle une « répétition générale » pour ce qui ce qui s’en vient?

Envisage-t-on un « vol d’épargnes » au sein de l’Union européenne et en Amérique du Nord pouvant mener à la confiscation complète des dépôts bancaires?

À Chypre, le système de paiements a été complètement perturbé, provoquant ainsi l’effondrement de l’économie réelle.

On ne paie plus les pensions ni les salaires et le pouvoir d’achat s’est effondré.

La population est appauvrie.

Les petites et moyennes entreprises sont acculées à la faillite.

La population de Chypre est d’un million.

Qu’arriverait-il si l’on « rasait » de cette manière le paysage bancaire aux États-Unis, au Canada et dans l’Union européenne?

Citation :
Selon l’Institute of International Finance (IIF) situé à Washington et représentant le consensus de l’establishment financier, « l’approche chypriote consistant à s’attaquer aux déposants et aux créanciers lorsque les banques sont défaillantes deviendrait probablement un modèle pour faire face à des effondrements ailleurs en Europe. » (Economic Times, 27 mars 2013.)

Il faut comprendre qu’avant l’assaut de Chypre, la confiscation des dépôts bancaires avait été envisagée dans plusieurs pays. De plus, les puissants acteurs financiers qui ont déclenché la crise bancaire à Chypre sont aussi les architectes des mesures d’austérité socialement dévastatrices imposées au sein de l’Union européenne et en Amérique du Nord.
http://www.iif.com/about/

Chypre est-elle un « modèle » ou un scénario?

Ces puissants acteurs financiers ont-ils des « leçons à tirer », pouvant être appliquées ailleurs, à un stade ultérieur dans le paysage bancaire de la zone euro?

Selon l’Institute of International Finance (IIF), « s’attaquer aux déposants » pourrait devenir « la nouvelle norme » de ce projet diabolique, servant les intérêts des conglomérats financiers mondiaux.

Le FMI et la Banque centrale européenne approuvent cette nouvelle norme. Selon l’IIF, porte-parole de l’élite bancaire, « il serait opportun pour les investisseurs de voir les conséquences à Chypre […] comme un reflet de la façon dont seront traités les futures tensions. » (Cité dans Economic Times, 27 mars 2013.)



« Nettoyage financier ». La recapitalisation aux États-Unis et en Grande-Bretagne


Il est question d’un processus de « nettoyage financier » par lequel les banques européennes et nord-américaines « trop grosses pour faire faillite » (Citi, JPMorgan Chase et Goldman Sachs par exemple) contribuent à destabiliser des institutions financières de moindre envergure dans le but de prendre tôt ou tard le contrôle de tout le « paysage bancaire ».

La tendance sous-jacente aux niveaux national et international est la centralisation et la concentration du pouvoir bancaire, menant simultanément à un déclin spectaculaire de l’économie réelle.

Les recapitalisations ont été envisagées dans de nombreux pays. En Nouvelle-Zélande un « plan de coupe » a été contemplé dès 1997, en même temps que la crise financière asiatique.



Citation :
Des clauses existent au Royaume-Uni et aux États-Unis relativement à la confiscation des dépôts bancaires. Dans un document conjoint de la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) et de la Banque d’Angleterre intitulé Resolving Globally Active, Systemically Important, Financial Institutions (Résolution des défaillances des institutions financières mondialement actives et d’importance systémique) des procédures explicites sont mises de l’avant, par lesquelles « les fonds des créanciers initiaux de la compagnie en défaillance », c’est-à-dire les fonds des déposants de la banque défaillante, seraient transformés en « capital action », (Voir Ellen Brown, It Can Happen Here: The Bank Confiscation Scheme for US and UK Depositors,Global Research, mars 2013.)
http://www.fdic.gov/about/srac/2012/gsifi.pdf
Cela signifie que l’argent confisqué des comptes bancaires serait utilisé pour répondre aux obligations financières de la banque en déroute. En retour, les détenteurs des dépôts bancaires confisqués deviendraient actionnaires d’une institution financière défaillante au bord de la faillite.

Du jour au lendemain, les épargnes seraient transformées en un concept illusoire de propriété en capital. La confiscation des épargnes serait adoptée sous couvert de « compensation » factice en actions.

On prévoit l’application d’un processus sélectif de confiscation des dépôts bancaires dans le but de recouvrer des dettes tout en provoquant la disparition d’institutions financières « plus faibles ». Aux États-Unis, la procédure contournerait les clauses de la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), qui assure les détenteurs de dépôts contre les faillites bancaires :



Citation :
Aucune exception n’est indiquée pour les « dépôts assurés » aux États-Unis, c’est-à-dire ceux inférieurs à 250 000 dollars que nous croyions protégés par les assurances de la FDIC. Il peut difficilement s’agir d’une omission puisque c’est la FDIC qui émet cette directive. La FDIC est une compagnie d’assurances financée par des primes payées par les banques privées. La directive s’appelle « processus de résolution », définie ailleurs comme un plan « que l’on appliquerait en cas de faillite d’un assureur ». La seule mention de « dépôts assurés » est en lien avec la législation existante au Royaume-Uni et que la directive FDIC-BOE qualifie d’inadéquate, impliquant qu’elle doit être modifiée ou outrepassée. (Ibid.)
http://www.ey.com/Publication/vwLUAssets/Recovery_and_resolution_planning/$FILE/Recovery_and_resolution_planning.pdf
Les déposants ne sont pas éligibles à l’assurance dépôts de la FDIC parce qu’on leur donne une fausse compensation.


Le projet canadien de confiscation de dépôts

La déclaration la plus candide de confiscation des dépôts bancaires comme moyen de « sauver les banques » es formulée dans un document publié récemment par le gouvernement canadien, le « Plan d’action économique 2013. Emplois, croissance et prospérité à long terme ».

Ce dernier a été présenté à la Chambre des communes par le ministre des Finances Jim Flaherty le 21 mars dans le cadre d’un soi-disant projet « prébudgétaire ».

Une courte section du rapport de 400 pages nommée « Instaurer un cadre de gestion des risques pour les banques nationales d’importance systémique » identifie la procédure de recapitalisation pour les banques à charte canadiennes. Le terme « confiscation » n’est pas mentionné. Le jargon financier sert à obscurcir les véritables intentions, lesquelles consistent essentiellement à voler les épargnes des citoyens.

En vertu du projet canadien de « gestion des risques » :

http://actionplan.gc.ca/


Citation :
Le gouvernement propose d’établir un régime de recapitalisation interne pour les banques d’importance systémique.

Le gouvernement propose d’établir un régime de recapitalisation interne pour les banques d’importance systémique. Ce régime sera conçu de manière que, dans le cas peu probable où une banque d’importance systémique épuiserait ses fonds propres, elle pourra être recapitalisée et redevenir viable grâce à la conversion très rapide de certains de ses passifs en fonds propres réglementaires.

Cette mesure réduira les risques pour les contribuables. Le gouvernement consultera les intervenants sur la meilleure façon d’instaurer un régime de recapitalisation interne au Canada.

Cela signifie que si une ou plusieurs banques (ou caisse d’épargne) étaient obligées d’« épuiser leurs fonds propres » pour répondre à la demande de leurs créanciers, les banques seraient recapitalisées par la conversion très rapide de certains de [leurs] passifs en fonds propres réglementaires ».
Par « certains passifs » on entend (en jargon) l’argent que la banque doit à ses clients, à savoir ses déposants, dont les comptes bancaires seraient confisqués en échange d’actions (capital action) d’une institution bancaire « défaillante ».

Il est insensé de dire que « [c]ette mesure réduira les risques pour les contribuables ». Cela signifie en réalité que le gouvernement ne donnera ni financement pour compenser les déposants victimes d’une institution en faillite, ni ne viendra à la rescousse de cette dernière.

Les déposants seront plutôt obligés d’abandonner leurs épargnes. L’argent confisqué sera ensuite utilisé par la banque pour honorer ses engagements vis-à-vis des grandes institutions financières créancières. Autrement dit, ce plan est un « filet de sécurité » pour les banques trop grosses pour faire faillite, un mécanisme leur permettant, en tant que créancières, d’éclipser les institutions bancaires de moindre envergure, incluant les caisses d’épargne, tout en précipitant leur effondrement ou leur prise de contrôle.


Le paysage financier canadien

L’initiative de gestion de risque et de recapitalisation est cruciale pour tous les Canadiens : une fois adoptée par la Chambre de communes dans le cadre du budget, les procédures de recapitalisation pourraient être appliquées.

Le gouvernement conservateur a la majorité parlementaire et il est fort probable que le Plan d’action économique, comprenant la procédure de recapitalisation, sera adopté.

Alors que le cadre de gestion de risques du Canada laisse entendre que les banques canadiennes « sont à risque », surtout celles ayant accumulé des dettes importantes (en raison des pertes sur les produits dérivés), l’application généralisée de la « recapitalisation » n’est pas envisagée.

Le scénario suivant pourrait se concrétiser dans un avenir rapproché : les « cinq grandes banques » du Canada, soit, la Banque Royale du Canada, TD Canada Trust, la Banque Scotia, la Banque de Montréal et la CIBC (lesquelles ont toutes de puissantes associées opérant dans le paysage financier étasunien) consolideront leurs position aux dépens des banques et institutions financières de moindre envergure (au niveau provincial).

Le document gouvernemental suggère que la recapitalisation pourrait être utilisée de manière sélective « cas peu probable où l’une [des banques] ne serait plus viable». Cela sous-entend qu’au moins une banque canadienne de « moindre importance » ou plus pourrait faire l’objet d’une recapitalisation. Une telle procédure mènerait inévitablement à une concentration accrue du capital bancaire au pays, au profit des plus grands conglomérats financiers.


Remplacement des caisses d’épargnes et de crédit et des banques coopératives au niveau provincial

Il existe un important réseau de plus de 300 caisses d’épargnes et de crédit et de banques coopératives au niveau provincial, lesquelles pourraient être la cible des opérations sélectives de « recapitalisation ». Ce réseau comprend, parmi tant d’autres, le puissant réseau Desjardins au Québec, la Vancouver City Savings Credit Union (Vancity) et la Coastal Capital Savings en Colombie-Britannique, Servus en Alberta, Meridian et les caisses populaires en Ontario (affiliées à Desjardins).

Dans ce contexte, il est probable que l’on assiste à l’affaiblissement significatif des institutions financières coopératives provinciales. Elles ont une relation de gouvernance avec leurs membres (dont des conseils représentatifs) et offrent actuellement une alternative aux cinq grandes banques à charte. Selon des données récentes, il y a plus de 300 caisses d’épargnes et de crédit et caisses populaires au Canada, membres de la « Credit Union Central of Canada ».


Nouvelle norme : Les standards internationaux régissant la confiscation des dépôts bancaires

Le Plan d’action économique du Canada reconnaît que le cadre de recapitalisation proposé « s’alignera sur les réformes apportées dans d’autres pays et sur les principales normes internationales ». Le modèle suggéré de confiscation des dépôts tel que décrit dans le document du gouvernement canadien est donc conforme au modèle envisagé aux États-Unis et dans l’Union européenne. À l’heure actuelle, cette formule est un « point de discussion » (derrière des portes closes) lors de divers événements internationaux regroupant des gouverneurs des banques centrales et des ministres des Finances.

L’agence de règlementation impliquée dans ces consultations multilatérales est le Conseil de stabilité financière (CSF), situé à Bâle en Suisse et hébergé par la Banque de règlements internationaux (BRI) (image à droite). Le CSF est d’ailleurs présidé par le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, que le gouvernement britannique a récemment nommé chef de la Banque d’Angleterre à partir de juin 2013


À titre de gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney a joué un rôle clé dans l’élaboration des clauses de recapitalisation pour les banques à charte canadienne. Avant d’entamer sa carrière dans le monde des banques centrales, il était membre de la haute direction chez Goldman Sachs, qui a joué un rôle dans les coulisses pour l’implantation des plans de sauvetage et des mesures d’austérité dans l’Union européenne.

Le mandat du CSF serait de coordonner les procédures de recapitalisation, en liaison avec les « autorités financières nationales » et les « organismes internationaux de normalisation », dont le FMI et la BRI. Cela ne devrait surprendre personne : les procédures de confiscation des dépôts au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Canada examinées ci-dessus sont remarquablement similaires.



Mark Carney

http://www.budget.gc.ca/2013/doc/plan/toc-tdm-fra.html



La « recapitalisation » bancaire comparativement au « sauvetage » bancaire


Dans les plans de sauvetage, le gouvernement alloue une portion significative des revenus de l’État aux institutions financières défaillantes. L’argent des coffres de l’État est acheminé aux conglomérats bancaires.

Aux États-Unis, en 2008-2009, un total de 1,45 billions de dollars a été acheminé aux institutions financières de Wall Street dans le cadre des plans de sauvetages de Bush et Obama.

Ces plans étaient considérés de facto comme des dépenses gouvernementales. Elles nécessitaient l’implantation de mesures d’austérité. Les plans de sauvetage ainsi que les hausses dramatiques des dépenses militaires ont été financés par des réductions draconiennes dans les programmes sociaux, dont Medicare, Medicaid et la sécurité sociale.

Contrairement au plan de sauvetage, financé par le trésor public, la « recapitalisation » requiert la confiscation (interne) des dépôts bancaires et est instaurée sans l’utilisation de fonds publics. Le mécanisme règlementaire est établi par la banque centrale.

Au début du premier mandat d’Obama en janvier 2009, un plan de sauvetage bancaire de 750 milliards de dollars a été annoncé par Obama. Il s’ajoutait à celui de 700 milliards de dollars octroyé par l’administration Bush dans le cadre du Troubled Assets Relief Program (TARP).

En tout, les deux programmes atteignaient une somme astronomique de 1,45 billions de dollars, financée par le Trésor étasunien. (Il faut comprendre que le montant réel d’« aide » financière aux banques était significativement au-delà de 1,45 billions de dollars.) À cette somme s’ajoutait le montant ahurissant alloué au financement de l’économie de guerre d’Obama (2010), 739 milliards de dollars. Les plans de sauvetage, combinés aux dépenses de la Défense (2189 milliards de dollars) engouffraient donc presque la totalité des revenus fédéraux, lesquels se chiffraient à 2381 milliards de dollars pour l’année fiscale 2010.



Conclusion


Les plans de sauvetage ne sont plus fonctionnels. Au début du deuxième mandat d’Obama, les coffres de l’État étaient vides. Les mesures d’austérité sont dans l’impasse.

On envisage maintenant des plans de recapitalisation au lieu des « plans de sauvetage ».

Les groupes à faible et moyen revenu, invariablement endettés, ne seront pas la cible principale. L’appropriation de dépôts bancaires ciblerait essentiellement les classes moyenne élevée et supérieure, lesquelles possèdent des dépôts bancaires significatifs. Les comptes bancaires des petites et moyennes entreprises seront ciblés par la suite.

Cette transition fait partie de l’évolution de la crise économique et de l’impasse sous-jacente à l’application des mesures d’austérité.

L’objectif des acteurs financiers internationaux est d’anéantir les compétiteurs, de consolider et centraliser le pouvoir bancaire, et d’exercer un contrôle prépondérant sur l’économie réelle, les institutions gouvernementales et l’armée.

Même si les plans de recapitalisation étaient règlementés et appliqués de manière sélective à un nombre limité d’institutions financières défaillantes, de caisses d’épargnes et de crédit, etc., l’annonce d’un programme de confiscation des dépôts pourrait mener à une « ruée généralisée sur les banques ». Dans ce contexte, on ne peut considérer aucune institution bancaire comme sécuritaire


L’application (même locale ou sélective) des procédures de recapitalisation impliquant la confiscation de dépôts créerait un chaos financier. Elle interromprait le processus de paiements, les salaires ne seraient plus versés, pas plus que l’argent des investissements dans les usines et destiné aux équipements, et le pouvoir d’achat s’effondrerait. Les petites et moyennes entreprises seraient acculées à la faillite.

Si la recapitalisation était mise en œuvre au sein de l’Union européenne et en Amérique du Nord, elle amorcerait une nouvelle phase de la crise financière mondiale, intensifierait la dépression économique, accroîtrait la centralisation bancaire et financière ainsi que celle du pouvoir entrepreneurial dans l’économie réelle au détriment des entreprises locales et régionales.

Ensuite, tout le réseau bancaire mondial, caractérisé par des transactions électroniques (régissant les dépôts et retraits, etc.), sans compter les transactions monétaires sur les marchés boursiers et les bourses de marchandises, pourrait faire l’objet de perturbations systémiques significatives.

Les conséquences sociales seraient dévastatrices. L’économie réelle chuterait à la suite de l’effondrement du système de paiements.

Les perturbations potentielles du fonctionnement d’un système monétaire mondial intégré pourraient donner lieu à une nouvelle débâcle économique ainsi qu’à une baisse du commerce international des marchandises.


Citation :

Il est important que les citoyens européens et nord-américains agissent fermement aux niveaux national et international contre ces manigances diaboliques de leurs gouvernements, oeuvrant pour le compte d’intérêts financiers dominants afin d’implanter un processus sélectif de confiscation des dépôts bancaires.


Citation :

Michel Chossudovsky
est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en plus de 20 langues).

Traduction Julie Lévesque pour Mondialisation.ca


http://www.mondialisation.ca/la-confiscation-des-epargnes-des-citoyens-pour-sauver-les-banques-le-projet-diabolique-de-recapitalisation-bancaire/5332521



A Bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Golden Awaken
Fondateur
Fondateur
avatar

Messages : 1318
Avez vous apprécié ce post? : 204
Date d'inscription : 06/07/2013
Age : 48
Localisation : Planète Terre (pour le moment)

MessageSujet: Vers un vol manifeste organisé par le FMI... (Billet d'humeur)   Jeu 17 Oct - 10:39

Vers un vol manifeste organisé par le FMI...

Appelons un chat un chat, la proposition du FMI,
prendre 10% de l’épargne des Européens, porte un nom ; ce nom c’est du vol.
Vous avez travaillé 30 ans. Si on vous prend 10% de votre épargne,
on vous prend 3 ans de votre vie de labeur.



~ Le FMI vient de donner son 'feu vert' pour une taxation de 10% de votre épargne ~

On peut de plus être choqué par la désinvolture et la relaxation toute détendue avec lesquelles cet appel au vol est lancé. Qu’en pense Mme Lagarde ? Sachant qu’elle est à la tête de ce néfaste établissement, et qu’elle a laissé émettre ce message, on peut imaginer qu’elle est pour. Tirée à quatre épingle avec ses tailleurs à pas de prix, la belle vague argentée de sa coiffure impeccable, dans son bureau sévèrement gardé, au cœur des institutions de l’État Américain, Fed et Trésor Fédéral parmi eux, c’est avec une grande sérénité que cette personne, que nous n’avons jamais nommée, jamais élue, appelle avec un calme olympien à notre pillage.

Ornée de tous les atours de l’officialité, du prestige, de la légitimité, de la respectabilité, elle n’a aucun mal à gommer complètement ce en quoi elle vient effectivement de se transformer : une vulgaire pillarde. Ceux qui suivent ce qui se passe n’en seront pas surpris, Fred Wauters ou h16 nous avaient déjà prévenu de ce qui allait se passer, il y a plus de six mois.


Qu’une grande institution financière de Bretton Woods appelle, de Washington, au pillage à grande échelle des Européens, et l’on s’attendrait à ce que les journalistes posent au moins des questions. En fait de cela, ce n’est que soumission et complaisance. Et ne parlons même pas d’une presse qui s’auto-qualifie de libérale et qui semble en fait plutôt lagardiste, ce qui est diamétralement différent. Le FMI et sa chef Christine Lagarde à Washington appellent Bruxelles à vous piller. Allez-vous laisser faire sans réagir ou allez-vous résister ?
Résister, oui mais comment ?

En premier lieu, n’acceptez pas. Ils n’ont pas le droit de vous voler votre épargne. Ensuite, réfléchissez, voyez comment protéger les fruits de votre labeur. Discutez-en en famille et entre gens de confiance. Adressez-vous à vos élus. En pleine campagne électorale, ils viennent vous faire des ronds de jambe place du marché. Demandez-leur ce qu’ils vont faire contre l’appel du FMI. Ils vont vous répondre des mensonges, qu’il n’y a pas à s’inquiéter. Dites-leurs en termes non équivoques que si ça ne se vérifie pas, ils auront à faire à vous, et pas dans le cadre d’élections. Qu’il y a des limites. Convertissez des avoirs en valeurs qu’ils ne peuvent saisir sans passer par vous, la question alors devenant la capacité à se défendre.


Organisez-vous. Des voix s’élèvent comme les nouveaux partis PLD ou le parti libertarien, en France et en Belgique. Si vous êtes étudiants, European Student for Liberty. Si vous préférez des mouvements ne contenant pas le mot liberté car le libéralisme vous semble Le Mal, pas de problème, organisez-vous quand même. Les Pigeons, puis les Tondus, ou Défense Autoentrepreneurs, ou Les Médecins ne sont pas des Pigeons, tous ceux-là ont prouvé qu’on peut réunir des dizaines de milliers de personnes grâce au web. Sur la question de résister au pillage des efforts de sa vie par le FMI de Washington et par Bruxelles, il y a forcément la possibilité de réunir des centaines de milliers de personnes. Et même de les faire descendre dans la rue, avant qu’il ne soit trop tard. Madame Lagarde et sa gente de Washington et de Bruxelles, en toute froideur, appellent à vous piller. Vous êtes prévenus et vous ne pourrez pas dire « on ne savait pas ».
Nick de Cusa
Source de l'article : Lagarde la pillarde : résistance !

Revenir en haut Aller en bas
http://followyourintuition.forumactif.org
09991
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 169
Avez vous apprécié ce post? : 139
Date d'inscription : 18/09/2013
Age : 35
Localisation : Un peu partout....

MessageSujet: Re: Nouvelle tendance mondiale : la confiscation de l'épargne...   Jeu 3 Juil - 23:40

La confiscation globale des comptes bancaires a-t-elle commencé ?




Repérages, perçages au foret, ouvertures forcées de coffre-fort blindés... Non, vous ne lisez pas une page de faits divers à propos d'une série de braquage de banques... Ce sont des gouvernements eux-mêmes qui organisent ces actions sous couvert de la loi sur les "Biens Non-Réclamés". Sommes-nous dans les prémices d'une confiscation de richesse à grande échelle pour sauver les Etats en faillite ? Quelques précautions en fin d'article...


Etat des lieux de cette série de braquages à ciel ouvert...


80 000 comptes bancaires de ménages australiens ont été vidé depuis le début de l'année par leur gouvernement (environ 360 millions de dollars saisis pour ne pas dire... volés)


50 états américains ont fait appel à des sociétés privées pour localiser les comptes bancaires "dormants" qui peuvent être saisis.à tout moment (environ 32 milliards de dollars)





En Australie.....


Le gouvernement fédéral a saisi la somme record de 360 millions de dollars de comptes bancaires de ménages qui étaient en sommeil depuis trois ans seulement, ce qui incite l'indignation ainsi que des plaintes de retraités ayant perdu leurs dépôts.

90% des comptes saisis par le gouvernement avait un solde de moins de 5000 dollars...



Témoignages de victimes australiennes...

M. Munchenberg a écrit:


"Nous avons des grands-parents qui mettent de l'argent de côté pour l'avenir. Ce sont des agriculteurs qui ont mis de l'argent de côté pour les mauvais jours pour leurs petits-enfants, mais tout a été transféré au gouvernement", a déclaré M. Munchenberg à la société de presse Fairfax Media.

Connie Franze a écrit:

Connie Franze, 68 ans, et son fils Vince, 45 ans, ont déclaré à Fairfax Media qu'ils essaient de récupérer leurs économies d'une vie (environ 12.000 dollars) qui ont été saisi par le gouvernement australien en Juin dernier.




Aux Etats-Unis...


Le cas le plus frappant est celui de la Californie qui a engagé des sociétés spécialisées dans la recherche de "biens non-réclamés". A l'image des cambrioleurs, l'Etat de Californie procède à des repérages de richesse potentielle pour ensuite vider les comptes bancaires et coffres de banque :




Témoignage d'une victime américaine...



- San Francisco - Le coffre-fort bancaire de Carla Ruff a été foré, saisi et remis à l'état de Californie, et marqué "propriétaire inconnu." Elle a ensuite découvert que les documents contenus à l'intérieur étaient déchiquetés et que les bijoux de sa grand-mère avait été vendu aux enchères pour seulement 1800 dollars (estimation du préjudice : 82500 dollars)

"J'étais consternée", a déclaré Carla. "Je me sentais violée."



Pourtant, le nom de Carla figurait sur les documents dans la caisse sécurisée à la Banque Noe Valley of America.





Explications sur ces attaques en série de banques...



Les conditions économiques deviennent encore pire et la tentation pour les gouvernements de saisir des comptes bancaires privés risque de devenir une habitude.


Mesures de vigilance...


Nous avons noté une recrudescence de cambriolages gouvernementaux dans votre secteur d'habitation. Merci de nous indiquer ici (dans les commentaires ci-dessous) toute loi ou comportement suspect de votre gouvernement à proximité de vos comptes et livrets bancaires. En cas de doute, veuillez contacter immédiatement votre chargé de compte afin de procéder au transfert de vos richesses en lieux sûrs.

Pour faire simple : protégez votre argent du grand banditisme gouvernement !






http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/la-confiscation-globale-des-153979







A Bientôt
Revenir en haut Aller en bas
09991
Modérateur
Modérateur
avatar

Messages : 169
Avez vous apprécié ce post? : 139
Date d'inscription : 18/09/2013
Age : 35
Localisation : Un peu partout....

MessageSujet: Re: Nouvelle tendance mondiale : la confiscation de l'épargne...   Ven 5 Sep - 19:50

Philippe Herlin – La France emprunte sans difficulté… parce qu’elle n’hésitera pas à ponctionner l’épargne des Français



Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance a écrit:

John Williams pense qu’il n’y aura pas de bail in (renflouement des banques par les épargnants) , aux états unis , mais pour l’Europe, je suis d’accord avec philippe Herlin , ce sera une toute autre histoire (textes permettants la spoliation déjà votés) Nos politiciens sont sans scrupules ; Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance




Lundi, la France a emprunté à un taux négatif, ce qui veut dire que les investisseurs perdent de l’argent, qu’ils payent pour confier leur argent ! Certes, il s’agit d’emprunts à court terme (3, 6 et 12 mois, pour un montant total de 8,2 milliards d’euros) et à des taux très légèrement en dessous de zéro (de -0,002% à -0,004%). Mais tout de même, cela ne s’était pas produit depuis mai 2013.

Au même moment, l’Allemagne a également emprunté à des taux négatifs. Cependant, la situation économique des deux pays n’a strictement rien à y voir : l’Allemagne a dégagé un excédent budgétaire sur le premier semestre, alors que la France n’arrive pas à limiter son déficit à 3% du PIB ; le taux de chômage varie quasiment du simple au double de part et d’autre du Rhin ; la balance commerciale allemande a dégagé un excédent de 200 milliards d’euros sur 2013, tandis que celle de la France affichait un déficit de 60 milliards.

Et on pourrait continuer cette liste sur des pages entières (rentabilité des entreprises, pourcentage des PME exportatrices, niveau des investissements, qualité de la formation professionnelle, etc.). Comment deux pays aussi dissemblables peuvent-ils emprunter avec la même facilité sur les marchés internationaux ?

Si, ces deux pays possèdent un point commun : l’euro. Ça aide, surtout la France. Ceci dit, les investisseurs achètent de la dette française, à des conditions comparables à celle de l’Allemagne ; comment expliquer cela ? Des analystes évoquent le "Flight to quality" (fuite vers la qualité) : les abondantes liquidités cherchant à se placer à travers le monde quittent les pays émergents, peu sûrs et dont les devises peuvent décrocher et, dans la zone euro, évitent les pays périphériques. Ne restent plus que l’Allemagne, l’Europe du Nord et la France
.


goldbroker.com et François Baroin a écrit:
Cette explication est en partie vraie, mais pas suffisante. Il y en a une autre : les Français épargnent beaucoup, entre 15 et 16% de leurs revenus (contre 10% en moyenne au niveau européen), ce qui se traduit par un pactole de 3.600 milliards d’euros d’épargne financière (livrets, comptes épargne, assurance-vie) logés dans les banques et les sociétés d’assurances. À un journaliste qui lui demandait si la France pouvait faire faillite, un ancien ministre des finances (François Baroin en 2012) avait répondu que la dette de la France est un "investissement sans risque", notamment parce que "la France a un niveau d’épargne élevé".

Cet éphémère ministre avait trahi la ligne de conduite du pouvoir, par delà les alternances politiques : l’État n’hésitera pas à puiser dans l’épargne des ménages pour faire face à ses obligations (3.600 milliards d’épargne financière d’un côté, 2.000 milliards de dette publique de l’autre…). Et la qualité universellement reconnue de nos services fiscaux ne laisse aucun doute sur la réalité de cette menace. Voilà qui rassure les investisseurs internationaux. Nettement moins l’épargnant.


François Baroin

goldbroker.com a écrit:
On sait déjà que les banques qui tombent en faillite pourront puiser dans les comptes de leurs clients pour se renflouer, en vertu d’une directive européenne, mais une règle non écrite autorise l’État à faire de même : il faut en être conscient. Et, comme la situation de la France se dégrade inexorablement (les déficits ne se réduisent pas, la croissance est à zéro, le chômage continue d’augmenter), ce scénario risque vraiment de se produire. Face aux grands investisseurs internationaux, pour lesquels il ne faut pas négliger la dimension géopolitique (les fonds de pension US, les fonds souverains du Moyen-Orient, la banque centrale de Chine ; il ne fait pas bon se fâcher avec ces gens-là), l’épargnant français devra se sacrifier pour défendre "les intérêts supérieurs de l’État".

On peut déjà imaginer, sur nos écrans de télévision, le ton compatissant, mais ferme, des plus hautes autorités de l’État nous expliquant "qu’il n’y a pas d’autre solution". Plus le temps passe, plus l’économie française s’enfonce dans la récession, et plus ce scénario cauchemar devient probable.





http://www.goldbroker.com/fr/actualites/france-emprunte-sans-difficulte-hesitera-pas-ponctionner-epargne-francais-577




Vue sur : http://resistanceauthentique.wordpress.com/2014/09/05/philippe-herlin-la-france-emprunte-sans-difficulte-parce-quelle-nhesitera-pas-a-ponctionner-lepargne-des-francais/








A Bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelle tendance mondiale : la confiscation de l'épargne...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nouvelle tendance mondiale : la confiscation de l'épargne...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Histoire de la prison Bonne Nouvelle de Rouen
» Nouvelle Star: Lary de Fontaine les Dijon
» Laure Bolatre, nouvelle écrivain du berry
» Miss NRJ Nouvelle Calédonie 2010
» Les OGM, une seconde Révolution Verte. Sera-t-elle aussi meurtrière ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Follow Your Intuition :: Economie Mondiale :: Mondialisation-